796
Notre Père
106
Collectif
Suppl. au n° 132. La Prière du Seigneur
Théologie
 
Approfondir
 
Selon les évangiles, Jésus a prié plusieurs fois, mais il n'a enseigné qu'une seule prière à ses disciples.
 

La Prière du Seigneur. Selon les évangiles, Jésus a prié plusieurs fois, mais il n'a enseigné qu'une seule prière à ses disciples. Celle-ci a été transmise de façon quelque peu différente par les récits de Matthieu et de Luc. L'exégèse contemporaine est légitimement intéressée par les écarts entre deux recensions. Mais comme la version matthéenne se rapproche davantage du texte du "Pater" retenu par la liturgie, elle est ici privilégiée. D'ailleurs, c'est elle que commentent le plus souvent les Pères de l'Église. C'est pourquoi les divers dossiers du présent "Supplément" suivent la structure du "Pater" : tout d'abord l'adresse, puis les trois premières demandes qui ont Dieu pour objet, et enfin les trois dernières qui touchent à l'existence concrète. Les demandes concernant le pain "supersubstantiel" et l'entrée en tentation sont bien sûr des points de passages obligés.

Comme le montre l'exégèse actuelle, la Prière du Seigneur nous permet, tout en nous adressant au Père, de mieux savoir qui il est ; dans le même mouvement, elle dit aussi quelque chose de l'homme selon Dieu. Sans négliger cette dimension proprement théologique, les Pères de l'Église ont souvent privilégié la dimension morale de ce qu'ils appellent souvent "oraison dominicale". À leur suite, les exégètes médiévaux envisagent avant tout le "Notre Père" du point de vue de l'homme et ils en tirent des leçons pour une morale pratique.

Avant de parcourir les auteurs chrétiens, les éclairages rabbiniques ici donnés montrent combien la Prière du Seigneur s'enracine dans l'Écriture et le judaïsme du premier siècle.

Auteurs : Jean-François Baudoz, Gilbert Dahan, Jean-Noël Guinot
avec la collaboration de Anne-Catherine Avril, Michel Berder, Gérard Billon, François Boespflug, Matthieu Collin, Philippe Gruson, François Laplanche, Annie Noblesse-Rocher, Éliane Poirot, Altred-Louis de Prémare, Isabelle Saint-Martin


Suppl. au n° 132, La Prière du Seigneur (Mt 6, 9-13 ; Lc 11, 2-4)
136 pages, SBEV / Éd. du Cerf, 2005.

SOMMAIRE

p. 3 - Le " Pater " dans les Évangiles (J.-F. Baudoz)
Pour ouvrir le présent Supplément, ce premier dossier veut aider le lecteur à redécouvrir le "Notre Père", tel qu’il figure dans les deux versions que nous livrent deux évangiles, parce qu’il est, selon la parole de Tertullien, "le résumé de tout l’évangile".
Les études sur le "Pater" sont nombreuses, parfois contradictoires, et nous ne prétendons ni les exposer ni en proposer une synthèse. Nous avons simplement essayé de tracer notre propre sentier dans le fourmillement des hypothèses et des interprétations, en prenant résolument des options pour l'exégèse d’ensemble du "Pater" et pour chaque demande, voire parfois pour chaque mot, souvent sans pouvoir les justifier. Sans négliger la version lucanienne du "Pater" (Lc 11,2b-4), nous privilégierons toutefois le commentaire de la recension matthéenne (Mt 6,9b-13), dans la mesure où c’est celui dont est le plus proche le texte retenu par la liturgie. Sur ce fond néo-testamentaire, pourront être mises en valeur les diverses interprétations du texte au long des siècles.

p. 3 - Les deux contextes évangéliques
p. 6 - Le "Pater" dans la source Q
p. 9 - Structure et commentaire du "Pater" en Mt >>> Extrait à lire

p. 7 - Encadré : Forme ancienne du Notre Père (J.-P. Meier)
p. 18 - Encadré : La "Didachè"

p. 19 - Éclairages rabbiniques (A.-C. Avril)
La "Prière du Seigneur" dévoile d’autant plus son identité chrétienne, qu’elle se nourrit à la source de la tradition juive dans laquelle elle est née. Ses éléments se retrouvent dans la tradition rabbinique, soit dans le cadre de la prière, soit dans les commentaires juifs de l’Écriture.
En Lc 11,1, les disciples demandent à Jésus de leur "apprendre à prier, comme Jean le Baptiste l’a appris à ses propres disciples". Les sages, les maîtres avaient l’habitude de communiquer à leurs disciples des prières qui leur étaient propres ; non que le contenu en fût nouveau, mais leur manière d’harmoniser les différents éléments ou les accents qu’ils y mettaient caractérisaient leur enseignement.
Ainsi le Talmud nous transmet la prière favorite de plusieurs sages. Lisons d’abord celle de Rabbi (env. 138-217) reprise dans le "Siddour", le livre de prière qui contient la liturgie récitée tant à la synagogue que chez soi, puis celle de Mar bar Ravina (IVe s. de notre ère). >>> Extrait à lire

p. 29 - Lectures patristiques du "Pater" (J.-N. Guinot)
L’exégèse patristique du "Pater", du IIe au VIe siècle, est d’une grande richesse mais aussi d’une grande unité. Sa dimension théologique est loin d’être négligeable, même si elle privilégie la dimension morale du texte, son caractère de règle de vie chrétienne.

p. 29 – Lectures patristiques (introduction) >>> Extrait à lire
p. 31 - La prière chrétienne par excellence
p. 41 - La dimension théologique du "Pater"
p. 48 - La dimension morale du "Pater"

p. 68 - Encadré : La Règle de St Benoît (M. Collin)

p. 71 - Liturgies orientales (E. Poirot)
La Prière du Seigneur est présente dans les liturgies eucharistiques orientales, introduite par une prière plus ou moins développée, prolongée par une imploration, conclue par une louange de la souveraineté de Dieu. De même au début et à la fin des offices qui sanctifient le temps, elle apparaît comme la prière qui nourrit chaque jour la vie des fils de Dieu.
Lorsque le "Notre Père" est entré dans les liturgies, les diverses Églises ont donné la préférence au texte long de Matthieu. "Abrégé de tout l’Évangile" comme le dit Tertullien, il a trouvé place dans le baptême, dans l’eucharistie et dans les offices des heures.

p. 80 - Encadré : Islam, La Fâtiha et le Notre Père (A.-L. de Prémare)
p. 82 - Encadré : La grotte du Pater

p. 83 - Au moyen âge (Gilbert Dahan)
Ce qui frappe chez les exégètes médiévaux est leur volonté d’envisager le "Notre Père" du point de vue de l’homme et d’en tirer des leçons pour une morale pratique. Mais comme toujours, la rigueur et l’honnêteté avec lesquelles ils abordent l’Écriture permettent de trouver dans leurs écrits bien des enseignements toujours actuels.
>>> Extrait à lire

p. 107 - De la Réforme à l’époque classique
Pour les deux grands Réformateurs, l’Oraison dominicale est la tâche par excellence du chrétien dans le monde. Il n’est pas étonnant par ailleurs que les exégèses sur la demande concernant la tentation portent la marque des controverses sur l’efficacité de la grâce et la place des œuvres…

p. 107 - M. Luther et J. Calvin (A. Noblesse-Rocher)
p. 112 - "Ne nous induis pas…" aux XVIe –XVIIe siècles (François Laplanche)

p. 115 - Le "Notre Père" en images
C’est à partir du XVIe siècle que les artistes relèvent le défi d’illustrer le "Notre Père". Cela se prolongera notamment dans les arts populaires et dans les moyens d’enseignement.

p. 115 - Dans l’art occidental (F. Boespflug)
p. 119 - Dans les catéchismes en images (I. Saint-Martin)

p. 125 - Chants et musique (M. Berder)
Dans le domaine de la création musicale, le "Notre Père" occupe une place originale. De nombreux compositeurs se sont intéressés à cette prière, qui jouit d’un prestige exceptionnel en raison de son lien à la personne même du Christ d’après les évangiles. Nous évoquerons ce répertoire en classant les productions en trois ensembles, en fonction du traitement accordé au texte d’origine : pièces isolées constituant une simple mise en musique du texte, compositions se référant à des paraphrases, productions diverses intégrant le "Notre Père" dans des œuvres plus vastes. Mais, dans un premier temps, nous aborderons des réalisations destinées aux assemblées liturgiques. En chaque cas, nous devrons nous contenter de quelques exemples à titre indicatif, tant la production est riche.

p. 130 - Encadré : Poésie. Charles Péguy (G. Billon)
p. 132 - Encadré : Une relecture théologique : G. Kowalski

p. 28 - Origine des éditions et des traductions
p. 70 - Sélection bibliographique
p. 133 - Index des citations

 
Lc 11,2-4
2Il leur dit : « Quand vous priez, dites : Père, fais connaître à tous qui tu es, fais venir ton Règne,
3donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour,
4pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous, et ne nous conduis pas dans la tentation. »
Mt 6,9-13
9« Vous donc, priez ainsi : Notre Père qui es aux cieux, fais connaître à tous qui tu es,
10fais venir ton Règne, fais se réaliser ta volonté sur la terre à l'image du ciel.
11Donne-nous aujourd'hui le pain dont nous avons besoin,
12pardonne-nous nos torts envers toi, comme nous-mêmes nous avons pardonné à ceux qui avaient des torts envers nous,
13et ne nous conduis pas dans la tentation, mais délivre-nous du Tentateur.
Lc 11,2-4
Mt 6,9-13
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org