531
Actes des Apôtres
Les Actes des Apôtres, rencontres 6 à 10
Fiche de travail
 
Commencer
 
Les cinq dernières rencontres pour lire les Actes des Apôtres
 
Lire un livre biblique d'un bout à l'autre, c'est se donner la possibilité d'entrer dans la beauté et la profondeur de l'uvre. Voici une proposition appliquée aux Actes des Apôtres. Sur cette page, se trouvent les rencontres 6 à 10.

Ces ''fiches'' ne sont pas destinées d'abord à une lecture individuelle (mais elles peuvent certainement l'aider !). Elles veulent favoriser une lecture collective (une dizaine de personnes…), attentive, respectueuse du texte, nourrissante pour aujourd’hui. Le récit des Actes des Apôtres nous plonge aux origines de l'Église née au milieu de tensions avec le monde d'alors.

On pourra s'aider utilement de la plaquette ''Lire les Actes des Apôtres'' (60 pages, 5 euros).


6e rencontre : relire Ac 13 à 15
Observation du texte : quelle est notre impression d’ensemble sur cette section des Actes ?

Observons maintenant un mot clé de cette section : le mot “ uvre ”. Au début de leur voyage, Saul et Barnabé savent-ils quelle “ uvre ” (v.13,2) ils vont accomplir ? À la fin de son discours à Antioche, Paul sait-il en quoi consiste “ l’uvre ” de Dieu ? Il semble bien que non. Quelle nouveauté y a-t-il à la fin du premier voyage, en Ac, 26-27 ? L’uvre est maintenant définie. En quoi consiste-t-elle ? Par qui est-elle accomplie ?

Luc donne maintenant un autre nom à Saul. En quelles circonstances ? Quels traits communs y a-t-il entre la scène de Paphos et celle du chemin de Dams ? Par quelles mains, le pseudo prophète doit-il se laisser guider pour voir clair ?

Comparons le discours de Paul à Antioche, en milieu juif, et celui de Lystres, en milieu païen. Ont-ils la même tonalité ?

Quelle est l’importance des décisions prises à Jérusalem ? Que permettent-elles ?

Méditation du texte : Barnabé et Saul sont choisis par l’Esprit Saint pour une “ uvre ” à accomplir. Mais l’Esprit Saint ne dit pas en quoi elle consiste. Il laisse les 2 envoyés décider par eux-mêmes de se tourner vers les païens. N’est-ce pas une manière de raconter comment Dieu associe les hommes à son projet, en respectant leur liberté ? Percevons-nous ces appels de Dieu dans nos vies ? Comment avons-nous décidé d’y répondre ?

Prière : pourquoi ne pas réciter lentement le Notre Père, en méditant les premières demandes : ''Que Ton règne vienne''.'' Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel''.

Avant la prochaine rencontre, lire les ch. Ac 15,36 à 17,34.


7e rencontre : relire Ac 15,36 à 17,34
Observation du texte : Paul envisage de visiter les communautés qu’il a fondées. Aujourd’hui on pourrait appeler cela un travail épiscopal : visiter, soutenir, redresser ce qui va de travers, encourager, etc. Les conflits peuvent avoir un effet positif. Ici l’emportement de Paul contre Barnabé à propos de Marc aboutit à la formation de deux équipes apostoliques.

À votre avis, le premier passage de Paul et de Barnabé à Lystres et à Iconium a-t-il été négatif ? Comment Luc s’y prend-il pour nous faire comprendre que la mission est l’uvre des hommes mais aussi l’uvre de Dieu ?

D’après Luc, Paul est-il le misogyne qu’on nous présente habituellement ? Admirez le parallélisme des fondations d’Église à Philippes, dans la maison d’une femme et dans la maison d’un homme.

Sur quoi achoppe le discours de Paul à Athènes ?

Méditation du texte : en langage d’aujourd’hui, la Parole de Dieu est passée d’Asie en Europe. Elle aborde maintenant les grandes villes gréco-romaines. Les lieux où se fondent les communautés chrétiennes ne sont plus des lieux sacrés (Temple, synagogue) mais des maisons de particuliers. La Parole de Dieu, portée par les apôtres, rejoint les hommes et les femmes de toutes conditions là où ils se trouvent.

Elle rejoint également toutes les cultures. À Athènes, Paul parle la langue des philosophes. Aujourd’hui on appelerait cela ''inculturation''. Mais ce terme ne signifie pas falsification. Même s’il n’arrive pas à se faire comprendre, Paul n’abandonne pas le message de la résurrection de Jésus.

Comment annoncer la bonne nouvelle aux hommes d’aujourd’hui, en parlant le langage d’aujourd’hui, mais sans trahir le message chrétien ?

Prière : reprendre (et chanter ?) le Cantique de Siméon (Lc 2,29-32)

Avant la prochaine rencontre, lire les chapitres 18 à 20


8e rencontre : relire Ac 18 à 20
Observation du texte: observez comment Luc inscrit les activités de Paul et la naissance de l’Église dans la grande histoire du monde. Paul rencontre Gallion, le frère du philosophe Sénèque, précepteur de Néron. Gallion était proconsul dans les années 52.

Pour la deuxième fois (Cf 13,46) Paul déclare qu’il se tourne vers les païens. Rejette-t-il pour autant les Juifs ? Les chrétiens sont-il définitivement coupés de la communauté juive ?

À Corinthe et à Éphèse, Luc présente-t-il la justice romaine sous un jour favorable ou défavorable ? Les chrétiens sont-ils un danger pour l’empire romain ?

À quels signes voyez-vous qu’à l’époque de Paul il y a encore des disciples de Jean-Baptiste ?

Observez que le souci du véritable enseignement chrétien n’est pas l’affaire de quelques spécialistes mais concerne tous les membres de l’Église.

Luc aime les récits en parallèle. Rappelez-vous les deux résurrections opérées par Jésus dans l’évangile. Ici, dans ce passage des Actes, Paul ressuscite un homme. À quel endroit Pierre a-t-il ressuscité une femme ? Remarquez comment la résurrection d’Eutyque s’insère dans le repas du Seigneur.

D’après le discours de Milet, quelles sont les qualités d’un bon responsable de communauté ?

Méditation du texte : en observant le comportement de Priscille et Aquilas, en écoutant les recommandations de Paul à Milet, quelles appels en tirons-nous pour notre propre vie chrétienne et notre participation active à la vie de l’Église ?

Prière : '' Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père…''

Avant la prochaine rencontre : lire les chapitres 21 à 24.


9e rencontre : relire Ac 21 à 24
Observation du texte: comme Jésus, Paul monte à Jérusalem pour y subir des épreuves. Comme pour Jésus, les disciples ont du mal à accepter la souffrance et la mort de leur maître. Ils font même dire des choses contradictoires à l’Esprit Saint. Relevez ces passages.

Observez le comportement de Paul à Jérusalem. S’est-il définitivement coupé des Juifs ? Quand Paul raconte les événements du chemin de Damas, il leur donne un éclairage nouveau. Quelles différences y a-t-il entre le récit fait par Paul lui-même devant le peuple juif et le récit du narrateur des Actes au ch.9.

La foi en la résurrection est-elle communément admise par tous les responsables du peuple juif ? Observez comment Paul utilise habilement avec ces divergences doctrinales. Paul est-il condamné par la justice romaine ?

Méditation du texte : la vie de Paul se calque de plus en plus sur celle de son maître. Montée à Jérusalem, annonce de la passion, incompréhension des disciples, procès devant les autorités juives, procès devant les autorités romaines.

Comment annoncer la bonne nouvelle de Jésus ressuscité à des personnes qui rejette l’idée même de résurrection ? Comment annoncer cela de nos jours ? Comment déceler dans nos vies les appels de l’Esprit Saint ?

Prière : le Notre Père, en insistant sur l’invocation “ Que ta volonté soit faite ”

Avant la prochaine rencontre, lire les chapitres 25 à 28.


10e rencontre : relire Ac 25 à 28
Observation du texte: Dans l’évangile de Luc, Jésus comparaît devant un descendant d’Hérode le Grand. Il en va de même pour Paul qui comparaît devant un autre Hérodien, Agrippa. Avec Bérénice (immortalisée par Racine) l’histoire de Paul se rattache à la grande histoire universelle. Quels sont les nouvelles variantes que Paul introduit dans son récit des événements du chemin de Damas.

On dirait qu’au soir de sa vie, Paul va maintenant droit à l’essentiel : le Ressuscité l’envoie vers les nations païennes. Quelle est la sentence des autorités civiles juives et romaines ?

Dans le récit de la tempête, repérez le vocabulaire de salut. Quelle place Paul occupe-t-il sur ce bateau ? Lisez Lc 10,19 ou la finale de l’évangile de Marc. N’y a-t-il pas un lien avec l’épisode du serpent de Malte ?

Méditation du texte : le livre des Actes semble s’achever abruptement. Luc ne nous raconte ni la fin de Pierre ni celle de Paul. Mais écrire la vie des deux apôtres n’était pas son projet. Il voulait nous montrer l’irrésistible course de la Parole de Dieu, de Jérusalem jusqu’à Rome. Malgré le déchaînement des forces du mal, un message de bonheur se répand dans la capitale ''sans rencontrer aucun obstacle''.

Concernant la propagation de la Bonne Nouvelle pour notre temps, partageons-nous l’optimisme de Luc ? À quoi nous sentons-nous appelés ? Croyons-nous à la force de l’Esprit Saint qui continue, aujourd’hui comme hier, à bâtit l’Église de Dieu ?

Prière : le chant de la liturgie latine pourrait être bien adapté : ''Veni, Creator Spiritus / Mentes tuorum visita / Imple superna gratia / Quae tu creasti pectora.''

Pour l'année prochaine, quel livre allons-nous relire ?
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org