402
Essénien
248
Interprétation
401
Qumrân
18
Marchadour Alain
cahiers Evangile n°61

Jean Pouilly, ''Qumrân'', Supplément au Cahier Évangile n°61 (1987)

Les manuscrits de la Mer Morte
2259188109

Michael Wise, Martin Abegg, Edward Cook, Les manuscrits de la Mer Morte, traduction intégrale des anciens rouleaux avec des textes encore jamais publiés et comportant les plus récentes découvertes (Plon, 2001)

Des textes nouveaux sur Qoumrân
Gros plan sur
 
Commencer
 
Lévitique et Livres de Samuel: Fragments bibliques de la me ...
Depuis 1947, les fouilles archéologiques sur le site de Qumrân se sont révélées très fécondes...
 

Depuis qu'un jeune bédouin, en 1947, a découvert par hasard, dans une grotte près de la Mer Morte, des jarres contenant des manuscrits anciens, un vaste chantier s'est ouvert : fouilles archéologiques sur le site de Qoumrân, milliers de fragments à classer, traduire, publier… Après plus de 50 ans, en verrait-on le bout ? Le P. Alain Marchadour, de Jérusalem, fait le point.

S’il faut en croire Emmanuel Tov, le professeur de l’Université de Jérusalem chargé depuis 1991 de la publication des Manuscrits de la Mer Morte, nous sommes enfin arrivés au bout du chantier inauguré dès la découverte des fameux documents. Disons que c’est presque vrai puisque 39 volumes de la collection ''Discoveries in The Judaean Desert'' (en abrégé : DJD), en voie de publication depuis 1955, sont désormais accessibles. Manquent seulement un ou deux volumes à paraître prochainement et l’ouvrage d’Index pour toute la collection. Attendu avec une grande impatience par les spécialistes, cet événement ne concerne pas directement les lecteurs des Dossiers qui, avec raison, trouveront cette bibliothèque beaucoup trop technique pour eux, sans parler de son coût dissuasif (4270 € !).

Les manuscrits de la grotte 4
Pour les lecteurs des Dossiers, Le Supplément au Cahiers Évangile n° 61 consacré à Qoumrân reste un instrument de référence, en particulier par le choix judicieux des textes et les introductions qui les accompagnent. On y trouvera en particulier les bases pour une connaissance du mouvement spirituel ''essénien'', contemporain de Jésus. Mais, publié en 1987, ce Supplément est devenu incomplet, puisqu’il ignore les nombreux textes de la grotte 4, qui ont été à l’origine de polémiques retentissantes et qui apportent incontestablement du nouveau. Pour avoir accès à ces données, on peut recommander deux ouvrages aux amateurs éclairés. Le premier, paru en 1995, de Robert Eisemann et Michael Wise, a sélectionné et commenté cinquante textes sortis de la fameuse grotte 4. Le second, plus complet, de Michael Wise, Martin Abegg et Edward Cook offre l’ensemble des textes (pas seulement ceux de la grotte 4) traduits en français, avec introductions, tables et bibliographie (paru en 2001).

Redécouvrir les esséniens
L’accès aux textes de la grotte 4 modifie largement l’appréciation des spécialistes sur le mouvement essénien. La dimension eschatologique – réflexion sur la fin du monde – très présente dans les premiers documents n’est pas remise en question. Mais il apparaît, à la lumière des nouveaux textes, que l’observance de la Torah (la Loi) constituait le véritable centre de la vie communautaire des esséniens. Aux deux grandes catégories de manuscrits (les copies des livres de la Bible, et les écrits propres aux esséniens), il faut rajouter désormais une troisième catégorie qui représente le tiers des textes. Ceux-ci ne sont pas proprement ''apocalyptiques'' (révélation sur le sens de l'Histoire), mais ils forment un ensemble diversifié de textes ''apocryphes'', de ''pseudépigraphes'' ou de textes para-bibliques. Le rapport de la communauté de Qoumrân au christianisme se pose désormais en d’autres termes, avec en particulier la présence, dans la grotte 4, d’importants textes de sagesse. Les spécialistes renoncent maintenant à parler de secte, préférant voir dans le mouvement essénien un courant original d’un judaïsme aux expressions très variées.

Nouveaux chantiers
Avec la publication de l’ensemble des textes de Qoumrân, des chantiers nouveaux s’ouvrent, concernant particulièrement la nature exacte de la parenté entre les esséniens et les chrétiens. Entre un André Paul qui souligne la rupture du maître de Galilée avec les religieux de Qoumrân, et un Étienne Nodet qui aimerait trouver d’authentiques parentés entre les deux mouvements, il y a de grands écarts d’interprétation. La recherche a encore de beaux jours devant elle.

On peut dire que l’épopée des découvertes de Qoumrân vient de franchir une étape décisive : la totalité des textes (à moins d’une découverte d’un texte perdu toujours possible, mais improbable!) est désormais accessible à tous les chercheurs. Le temps des déchiffreurs a pris fin pour laisser place à celui des interprètes et des commentateurs. Les lecteurs des Dossiers ont tout à gagner à lire par eux mêmes quelques-uns de ces textes qui ont entraîné une mini-révolution dans l’histoire de l’interprétation.

© SBEV . Alain MARCHADOUR. 

> > > Un exemple de texte récemment exhumé :
Béatitudes à Qoumrân


À lire :
Jean Pouilly, ''Qumrân'', Supplément au Cahier Évangile n°61 (1987)
''Qumrân, cinquante ans après : quelles réponses ?'', Le Monde de la Bible n° 107 (1997)
Michael Wise, Martin Abegg, Edward Cook, Les manuscrits de la Mer Morte, traduction intégrale des anciens rouleaux avec des textes encore jamais publiés et comportant les plus récentes découvertes (Plon, 2001)

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org