296
Abraham
124
Epreuve
1102
Sacrifice d'Isaac
5
Service Biblique catholique Évangile et Vie
Abraham et le sacrifice d'Isaac. Questions pour lire Gn 22,1-19
Fiche de travail
 
Commencer
 
Cathédrale de Chartres
Faut-il parler du sacrifice d'Isaac ou du sacrifice d'Abraham?
 

Voici quelques remarques pour accompagner une lecture attentive du texte intitulé ici "l'épreuve d'Abraham". Au fait, est-ce bien le bon titre ?

Gn 22 v.1-2.
Dès le début, le narrateur de ce texte nous en donne le sens : il s’agit d’une épreuve à laquelle Dieu soumet Abraham. Abraham l'ignore, mais nous, lectrices, lecteurs, nous le savons. Sortira-t-il vainqueur de cette épreuve ? Tel est certainement le souhait de Dieu. "Va-t'en pour le pays de […] sur la montagne que je t’indiquerai" : Dieu s’adresse à Abraham comme il l’a fait quand il s’est adressé à lui pour la première fois : " Va-t'en de ton pays […] pour le pays que je te ferai voir" (Gn 12,1). Dieu est fidèle à ses manières de faire. Mais, au milieu de cette phrase s’intercale l’ordre surprenant et terrible : "Fais-le monter en holocauste". La promesse d’une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel semble remise en cause. Dieu serait-il infidèle à ses promesses ?

v.3-5.
Le silence d’Abraham est impressionnant. Remarquez comment le narrateur nous décrit minutieusement ses faits et gestes. À aucun moment on ne sait ce qu’il pense. À l’approche du lieu, (comment sait-il que c’est le bon ?) Abraham abandonne les jeunes gens et part avec le jeune homme. Il ne dit plus "mon fils". En aurait-il déjà fait le deuil ? Puis il dit : "nous reviendrons". Pieux mensonge ou certitude ?

v.6-10.
Écoutons bien le dialogue entre le père et le fils et cherchons avec eux l’objet manquant : la victime. Que cherche le fils ? Que dit le père ? Que verra Dieu ? Comment comprendre cette parole d’Abraham ? Sur le lieu de l'holocauste, laissons-nous impressionner par les gestes et le silence.

v.11-19.
Sur la montagne, après le message de l'ange, Abraham lève les yeux : le bélier semble venir du ciel ! Abraham voit un animal mâle et adulte et il le sacrifie, alors qu'en chemin Isaac cherchait un animal jeune. Le narrateur n'invite-t-il pas à nous souvenir de la phrase mystérieuse d’Abraham : "Dieu saura voir" ? Il fait des variations sur le verbe voir : le Seigneur voit et il est vu. Et la fin du texte ne parle plus d’Isaac. Dans les chapitres suivants, il sera question de la naissance de Rébecca, sa future femme, de la mort de Sara, sa mère, et enfin de son mariage avec Rébecca.

En conclusion, Abraham sort victorieux de l’épreuve. Mais qui est donc sacrifié dans ce texte : un agneau ou un bélier ? Un animal fils ou un animal père ? Faut-il parler du sacrifice d’Isaac ou du sacrifice d’Abraham ? D’un sacrifice offert à Dieu ou du sacrifice d’une certaine image de Dieu ? Quelles conséquences ce récit peut-il avoir pour le lecteur qui s'interroge sur l'identité de Dieu et sur sa propre identité d'enfant et/ ou de parent ?

© Service Biblique catholique Évangile et Vie

 
Gn22,1-19
1Après ces événements, il arriva que Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il lui dit : « Abraham » ; il répondit : « Me voici. »
2Il reprit : « Prends ton fils, ton unique, Isaac, que tu aimes. Pars pour le pays de Moriyya et là, tu l'offriras en holocauste sur celle des montagnes que je t'indiquerai. »
3Abraham se leva de bon matin, sangla son âne, prit avec lui deux de ses jeunes gens et son fils Isaac. Il fendit les bûches pour l'holocauste. Il partit pour le lieu que Dieu lui avait indiqué.
4Le troisième jour, il leva les yeux et vit de loin ce lieu.
5Abraham dit aux jeunes gens : « Demeurez ici, vous, avec l'âne ; moi et le jeune homme, nous irons là-bas pour nous prosterner ; puis nous reviendrons vers vous. »
6Abraham prit les bûches pour l'holocauste et en chargea son fils Isaac ; il prit en main la pierre à feu et le couteau, et tous deux s'en allèrent ensemble.
7Isaac parla à son père Abraham : « Mon père », dit-il, et Abraham répondit : « Me voici, mon fils. » Il reprit : « Voici le feu et les bûches ; où est l'agneau pour l'holocauste ? »
8Abraham répondit : « Dieu saura voir l'agneau pour l'holocauste, mon fils. » Tous deux continuèrent à aller ensemble.
9Lorsqu'ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait indiqué, Abraham y éleva un autel et disposa les bûches. Il lia son fils Isaac et le mit sur l'autel au-dessus des bûches.
10Abraham tendit la main pour prendre le couteau et immoler son fils.
11Alors l'ange du SEIGNEUR l'appela du ciel et cria : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici. »
12Il reprit : « N'étends pas la main sur le jeune homme. Ne lui fais rien, car maintenant je sais que tu crains Dieu, toi qui n'as pas épargné ton fils unique pour moi. »
13Abraham leva les yeux, il regarda, et voici qu'un bélier était pris par les cornes dans un fourré. Il alla le prendre pour l'offrir en holocauste à la place de son fils.
14Abraham nomma ce lieu « le SEIGNEUR voit » ; aussi dit-on aujourd'hui : « C'est sur la montagne que le SEIGNEUR est vu. »
15L'ange du SEIGNEUR appela Abraham du ciel une seconde fois
16et dit : « Je le jure par moi-même, oracle du SEIGNEUR. Parce que tu as fait cela et n'as pas épargné ton fils unique,
17je m'engage à te bénir, et à faire proliférer ta descendance autant que les étoiles du ciel et le sable au bord de la mer. Ta descendance occupera la Porte de ses ennemis  ;
18c'est en elle que se béniront toutes les nations de la terre parce que tu as écouté ma voix. »
19Abraham revint vers les jeunes gens ; ils se levèrent et partirent ensemble pour Béer-Shéva. Abraham habita à Béer-Shéva.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org