120
Bonheur
212
Illusions
94
Temps
3
Billon Gérard
Le livre de Qohélet et les Evangiles
Gros plan sur
 
Commencer
 
http://www.wga. Hans HOLBEIN, le jeune , l’homme riche 1523 ...
Le livre de Qohélet n'est jamais cité dans les évangiles. Cependant une parabole de Jésus rapportée par St Luc semble prendre à rebours son enseignement.
 

Manger, boire et après ?

L'évangile de Luc accorde une grande place aux choses de la vie comme l'argent, les récoltes, les repas. S'y vérifient concrètement les valeurs auxquelles nous sommes attachés :
Jésus dit une parabole à ses disciples : "Il y avait un homme riche dont la terre avait bien rapporté. Et il se demandait : 'Que vais-je faire ? car je n'ai pas où rassembler ma récolte.' Puis il se dit : 'Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j'en bâtirai de plus grands et j'y rassemblerai tout mon blé et mes biens.' Et je me dirai à moi-même : 'Te voilà avec quantité de biens en réserve pour de longues années ; repose-toi, mange, bois, fais bombance.' Mais Dieu lui dit : 'Insensé, cette nuit même on te redemande ta vie, et ce que tu as préparé, qui donc l'aura ?' […] Voilà pourquoi je vous dis : 'Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez. […] Ne cherchez pas ce que vous mangerez ni ce que vous boirez, et ne vous tourmentez pas. Tout cela, les païens de ce monde le recherchent sans répit, mais vous, votre Père sait que vous en avez besoin. Cherchez plutôt son Royaume, et cela vous sera donné par surcroît." (Luc 12, 16…31)

Jésus avertit ses disciples : cet homme riche qui travaille et décide de jouir des plaisirs de la table a fait un choix insensé. On pourrait lui répliquer que cela rejoint pourtant les conseils de Qohélet : " Tout homme qui mange et boit et goûte au bonheur en tout son travail, cela, c'est un don de Dieu…" (Qo 3,13). Cette contradiction entre l'Ancien et le Nouveau Testament est d'autant plus étonnante que, par ailleurs, il n'est pas trop difficile de rapprocher Jésus et Qohélet.

La fin des illusions


Entre Qohélet et Jésus, il y a des rapprochements de style d'abord et d'attitude ensuite. Concernant le style, paradoxes, énigmes, images, formules-choc ponctuent leurs discours habituels. L'un dit : "un chien vivant vaut mieux qu'un lion mort" et l'autre : "soyez rusés comme des serpents et candides comme des colombes". Les béatitudes (quelles que soient les différences entre les textes de Matthieu 5 et de Luc 6) sont tout autant rythmées et musicales – mais d'une autre musique – que le couplet de Qohélet sur le temps. Concernant l'attitude devant la vie, Jésus et Qohélet partagent un même réalisme. Tous deux regardent les choses en face et font tomber les illusions : rien n'échappe à la mort et les calculs du riche cultivateur ne lui ont pas donné un jour de plus à vivre. Commentaire de Jésus rapporté par Luc : "Qui d'entre vous peut par son inquiétude prolonger tant soit peu son existence ?" (Luc 12,25)

Quelle est l'erreur de ce cultivateur ? De travailler, de s'être donné du mal, de vouloir prendre du bon temps ? Non. Alors ? Risquons une hypothèse : il n'a pas vu que ses efforts s'inscrivent dans des limites repérées par des gens comme Qohélet. Il plante, il arrache (plus précisément, il récolte), il démolit, il bâtit et mais il oublie le temps de mourir. Et tous ses efforts n'ont qu'un but : son ventre. Tout s'y engloutit ! Dans son réalisme, Qohélet, lui, voit beaucoup plus large : avant le temps de mourir, il y a celui d'enfanter. Ici, pas d'épouse, pas d'enfants, pas d'héritiers, personne avec qui faire la guerre ou la paix. Cet homme est solitaire. Il se veut solitaire. Là est sa folie.

Adam et Salomon


Qohélet aime à répéter dans son livre que "sous le soleil, il n'y a rien de nouveau". Et le propriétaire insensé a d'illustres prédécesseurs. À sa manière il répète la folie première, celle d'Adam (Gn 2-3). Souvenons-nous. Dieu a donné à Adam une occupation : cultiver et garder le jardin de l'Éden. Il y a là une multitude d'arbres comme autant de cadeaux pour le plaisir du corps. Mais un homme qui ne fait que manger n'est pas encore humain. Alors Dieu met une limite, un arbre à ne pas toucher, invitant Adam à décider, à poser des actes responsables. Aux dons de la nourriture et de la décision libre, Dieu ajoute enfin celui d'une compagne. Comme les jardiniers de l'Éden trompés par le serpent, le riche cultivateur oublie tout cela pour ne voir que des produits à consommer. Il ne s'inscrit plus dans le temps de naître et de mourir, ne respecte plus les limites, néglige tout rapport avec Dieu ou les autres et ne discerne plus, dans le goût du bonheur, les effets de la Loi divine.

"Sous le soleil, il n'y a rien de nouveau", ainsi en est-il de la nourriture, la liberté, l'amour, la vie et le bonheur qui existent dès les débuts du monde. Il y a une manière de s'y rapporter qui les transforme en biens de consommation : c'est le cas du propriétaire insensé réitérant la faute d'Adam. Jésus ouvre une autre piste : "chercher le Royaume de Dieu". Où ? Très précisément au cœur de l'ordinaire. Jésus, en Luc 12,22 à 28, prend comme exemples les repas et les vêtements. D'une part ils sont le résultat d'une série d'actions complexes qui demandent du temps et causent du souci : semer, moissonner, engranger ou filer et tisser. Mais d'autre part, le premier qui se met en peine reste Dieu, lui qui est Père, nourrit les oiseaux et habille les fleurs des prés. Chercher le Royaume de Dieu, c'est remonter à l'origine par delà la surface visible des choses. Qui pourrait croire, à première vue, qu'un lys des champs est mieux habillé que Salomon (Luc 12,27) ? Regard de foi. Source de joie.


© SBEV. Gérard Billon.

 
Lc 12,16-31
16Et il leur dit une parabole  : « Il y avait un homme riche dont la terre avait bien rapporté.
17Et il se demandait : "Que vais-je faire ? car je n'ai pas où rassembler ma récolte."
18Puis il se dit : "Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j'en bâtirai de plus grands et j'y rassemblerai tout mon blé et mes biens."
19Et je me dirai à moi-même : "Te voilà avec quantité de biens en réserve pour de longues années ; repose-toi, mange, bois, fais bombance."
20Mais Dieu lui dit : "Insensé, cette nuit même on te redemande ta vie, et ce que tu as préparé, qui donc l'aura ?"
21Voilà ce qui arrive à celui qui amasse un trésor pour lui-même au lieu de s'enrichir auprès de Dieu. »
22Jésus dit à ses disciples  : « Voilà pourquoi je vous dis : ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez.
23Car la vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement.
24Observez les corbeaux : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier ; et Dieu les nourrit. Combien plus valez-vous que les oiseaux  !
25Et qui d'entre vous peut par son inquiétude prolonger tant soit peu son existence ?
26Si donc vous êtes sans pouvoir même pour si peu, pourquoi vous inquiéter pour tout le reste ?
27Observez les lis : ils ne filent ni ne tissent, et je vous le dis : Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'a jamais été vêtu comme l'un d'eux.
28Si Dieu habille ainsi en pleins champs l'herbe qui est là aujourd'hui et qui demain sera jetée au feu, combien plus le fera-t-il pour vous, gens de peu de foi.
29Et vous, ne cherchez pas ce que vous mangerez ni ce que vous boirez, et ne vous tourmentez pas.
30Tout cela, les païens de ce monde le recherchent sans répit, mais vous, votre Père sait que vous en avez besoin.
31Cherchez plutôt son Royaume, et cela vous sera donné par surcroît.
Lc 12,16-31
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org