25 juillet: 17° dimanche ordinaire
 
 
" Ils distribuèrent les pains aux convives, autant qu'ils en voulaient"
 

• Première lecture : 2 Rois 4, 42-44 

Élisée est un prophète, disciple et successeur du prophète Élie. Autour de lui, d’autres personnes comme lui passionnées pour le Dieu d’Israël : ellesforment une petite communauté dont ne sait pas grande chose sur les modalités concrètes de sonexistence ; n’imaginons pas un monastère bénédictin ! On les appelle fils de prophète, cette expression ne parle pas d’une filiation physique mais spirituelle : elle signifie que ces personnes sont des disciples d’Élisée.
Ce récit, comme d’autres récits de miracles rapportés à la personne d'Élisée, montre que le Seigneur accompagne toujours ceux qui lui font confiance, comme ce fut le cas pendant l’Exode.
Et il en resta… Après la multiplication des pains, il en reste ! Voici un signe de la surabondance qui ouvre l’avenir vers d’autres prodiges.

• Psaume 144 (145), 10-11, 15-16, 17-18 

Le miracle que nous rapporte la première lecture, tout comme la multiplication des pains de l’Évangile de ce dimanche, constituent des événements extraordinaires ; ils manifestent une dimension essentielle de l’attitude de Dieu à l’égard des hommes : sa bonté rassasie !
Ce psaume chante avec bonheur la souveraineté de Dieu sur le monde etsur l’histoire ; cette domination se réalise dans l’ordinaire providence divine qui prévient et prévoitlesbesoins de chacun.

• Évangile : Jean 6, 1-15 

Nourrir le peuple est une prérogative royale ; aussi, appelle-t-on parfois cet épisode le miracle du roi et le roi des miracles. Avec ce miracle, le Père montre que Jésus est son envoyé pour prendre soin de son peuple et préparer l’avènement durègne de Dieu. C’est bien ainsi que la foule comprit les choses puisqu’elle voulut le faire roi. Mais il n’est pas dit pour autant que la royauté de Jésus doive s’exercer à la manière de nos règnes humains ; aussi Jésus préfère-t-il se tenir à l’écart de cette foule, après l’avoir nourrie.
Par ce signe éclatant, Jésus est donné à la foule et la foule est reçue par Jésus comme celle dont il doit prendre soin (cf. Évangile de dimanche dernier). L’Évangéliste Jean, dans les choix qu’il opère pour nous relater cet événement, insiste sur les personnes qui coopèrent avec Jésus. En premier, ce jeune garçon avec ses cinq pains et deux poissons, manière de dire trois fois rien ; jamais ce gamin aurait pu imaginer que les offrir à Jésus pût changer tant de choses ! Il y a les disciples, proches témoins de l’attitude et des dispositions de Jésus à l’égard de cette foule et qui ne peuvent croire que Jésus puisse en prendre soin jusqu’au bout.

Jean nous dit qu’ils sont mis à l’épreuve : être le témoin de ce miracle de Jésus est une épreuve de foi et d’espérance. Et pour caractériser cette épreuve, Jean nous rappelle que cet événement eut lieu quelque temps avant la fête de Pâques. L'épreuve à laquelle Jésus les soumet coïncide avec celle des pères qui traversèrent le désert, nourris par la manne et désaltérés par l’eau du rocher.
Dans les dimanches qui vont suivre, la liturgie nous proposera de proclamer et de méditer le discours que fit Jésus à la suite de ce miracle et dans lequel il nous fera entendre qu’il est le pain de vie. Comme toujours, dans l’Évangile de Jean, les gestes de Jésus sont le signe de ce qu’il est : il guérit l’aveugle de naissance, il se révèle être la lumière du monde ; il relève le paralysé et il est celui qui nous relèvera d’entre les morts ; etc. L’épreuve du miracle des pains revient à vivre ce passage : celui qui multiple les pains est le pain vivant et véritable donné pour la vie du monde.
Le récit que Jean nous propose aujourd’hui insiste sur les corbeilles qui restent : que vont-elles devenir ? La suite dimanche prochain…



On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (Ephésiens 4,1-6) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales (Année B 2020-2021). Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre et des pistes pour l'homélie.
 
Monastère Ste Catherine, Sinaï.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org