18 juillet: 16° dimanche ordinaire
 
 
"Ils étaient comme des brebis sans berger"
 

• Première lecture : Jérémie 23, 1-6 

Selon le prophète Jérémie, au VII° siècle, Dieu n’est pas content desrois d’Israël ! Ils sont responsables du désastre qui conduisit le peuple à être dispersé parmi les nations (chute de Samarie il y a un peu plus d’un siècle, première déportation par Nabuchodonosor en 597). Aussi Dieu décide-t-il d’intervenir en faveur d’Israël en suscitant les pasteurs nécessaires pour vivre l’alliance : ce roi idéal se nomme « Germe juste », il aura l’intelligence requise pour exercer « le droit et la justice ».
En écrivant cet oracle, 10 ans avant la chute de Jérusalem, Jérémie espère que la catastrophe pourra être évitée si le nouveau roi accepte de se conformer à ce portrait. On connaît la suite…

• Psaume 22 (23)

À plusieurs reprises, comme dans la première lecture, les écrivains bibliques tentent de dessinerle portrait du roi idéal, ici c’est avec les traits du berger attentif.
Pour le psalmiste, le seul roi idéal c’est Dieu lui-même, lui qui nous fait revivre l’Exode : traverser les ravins dangereux sans encombre, guidés, rassurés, nourris et restaurés.

Cette marche a un terme : la maison du Seigneur, c’est-à-dire le temple où l’on peut se réjouir de la présence même de Dieu.

• Évangile : Marc 6, 30-34 

Au début de ce récit, Marc nous raconte comment les apôtres revenus de mission ne réussissent pas à trouver le temps de se reposer, de se rassasier. Une foule nombreuse les en empêche.
D’où vient cette foule ? Peut-être s’approche-t-elle de Jésus à la suite de la mort de Jean le Baptiste, racontée dans l’épisode qui précède immédiatement ? En effet, Jean-Baptiste avait désigné Jésus comme son successeur ! Après sa mort, plutôt son assassinat par le roi Hérode, la foule désemparée s’approche de Jésus : n’est-il pas celui qui va procurer la libération promise et rétablir la justice dont le Baptiste parlait avec tant de force et qu’il annonçait comme devant immédiatement advenir ?
Toute la foule s’approche de Jésus, mais personne n’est rassasié. Quel paradoxe ! Comment est-il possible d’être rassemblés autour de celui que Dieu donne comme pasteur et de ne pas pouvoir être nourris de sa présence ? C’est pourquoi Jésus, accomplissant la mission que le Père lui donne, se met à enseigner longuement.
Marc nous présente le Seigneur Jésus sous les traits de ceberger, de ce pasteur idéal que Dieu donne à son peuple parce qu’il sait que c’est de lui dont Israël a besoin. Comment réalise-t-il cette mission : en ayant pitié de cette foule, et en se mettant à enseigner.



On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (Ephésiens 2,13-18) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales (Année B 2020-2021). Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre et des pistes pour l'homélie.
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org