18 octobre: 29° dimanche ordinaire
 
 
"Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu"
 

• Première lecture : Isaïe 45, 1.4-6 

Ce texte est écrit durant l’exil à Babylone. Les prophètes disciples d’Isaïe savent qu’à l’Orient, un roi émerge peu à peu : il vient de Perse et les nations ne lui résistent pas ; son nom : Cyrus.
Il semble évident qu’une fois arrivé aux portes de la ville de Babylone, il conquerra celle-ci. C’est effectivement ce qui advient peu de temps après (en -536), pratiquement sans coup férir, en une nuit !
De manière unique, et donc encore plus surprenante, le terme de messie est employé pour désigner ce païen, alors que c’est ordinairement l’expression qui désigne le fils de David sur le trône, à Jérusalem ! Par une telle désignation, le prophète dit que c’est Dieu qui est à l’œuvre à travers l’ascension de Cyrus pour la libération de son peuple.
Le messie est celui qu’investit de la force de l’Esprit pour ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée. Bien évidemment le texte pense aux portes de la ville de Babylone ; mais l’œuvre libératrice de Dieu ne réside-t-elle pas en ce que son messie, son Christ, ouvre définitivement les portes de la mort pour nous faire revenir des enfers, de nos enfermements dans lesquels la mort nous retient ?

• Psaume 95 (96), 1.3, 4-5, 7-8, 9-10ac 

Dieu gouverne les peuples avec droiture. Cette acclamation que le psaume nous fait chanter dans cette liturgie est une juste réponse à la proclamation d’Isaïe. Si un roi païen est un instrument choisi par Dieu pour accomplir par lui son œuvre libératrice, alors effectivement, nous pouvons le dire : Dieu gouverne les peuples avec droiture.
La providence divine n’est pas une manipulation de l’histoire mais le don fait à chacun pour qu’en servant la justice, il soit au service du Règne divin. Un Dieu qui prévoit est d’abord un Dieu qui pourvoit.

• Évangile : Matthieu 22, 15-21 

La phrase de Jésus rapportée dans cette scène est connue : elle est devenue un proverbe cité en oubliant d’où elle vient ; on en fait alors une maxime de philosophie politique. Or le texte évangélique nous dit que cette réponse permet à Jésus de se sortir d’un piège, lequel ?
•       Si Jésus dit à ses interlocuteurs qu’il faut payer l’impôt aux Romains, alors il va passer pour un collaborateur, ce qui ne va pas le rendre populaire auprès de cette foule qui le tient pour un libérateur.
•       Si Jésus dit qu’il ne faut pas payer l’impôt, alors il pourra être accusé, auprès des autorités romaines, d’être séditieux ; ainsi on se débarrassera de lui…
Ce piège est tendu alors que Jésus et ses opposants sont sur l’esplanade du Temple dans lequel il est rigoureusement interdit de faire rentrer une quelconque image ou effigie d’un être humain. Cette prescription est une application du décalogue exigeant qu’aucune représentation de Dieu ne soit faite
Voilà donc ceux qui tendent un piège à Jésus pris en flagrant délit d’idolâtrie, avec cette pièce à l’effigie de César dans la poche.
Ainsi la phrase de Jésus est avant tout un commentaire du premier commandement qui exige de n’avoir pas d’autre dieu que le Seigneur qui fit sortir Israël d’Égypte. Or, l’empire romain divinisait César !
Ainsi, rappelle Jésus, qu’au Dieu d’Israël soient rendues la louange et l’action de grâces qu’il convient de rendre au créateur de toutes choses. César, les Romains et toutes les nations de la terre le lui doivent comme tout un chacun. La fidélité d’Israël au décalogue est une lumière pour les conduire à cette adoration du Dieu trois fois saint. En espérant qu’un jour, tous les César de la terre croient et espère en Lui !
Ces choses étant dites, alors reconnaissez humblement que César exerce une autorité en ce monde et que pour le bien de tous, lui rendre ce qui lui revient à ce titre, et à ce titre seulement, est justice.



On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (1 Thessalonniciens 1,1-5b) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales (Année A 2019-2020). Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre et des pistes pour l'homélie.
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org