12 juillet: 15° dimanche ordinaire
 
 
"Le semeur sortit pour semer"
 

• Isaïe 55, 10-11 
Ce texte propos une brève comparaison qui veut nous faire entrer dans l’espérance.
La métaphore de la neige et de la pluie est éloquente : un mouvement descendant (pluie ou neige) permet de produire un mouvement ascendant : la germination et la croissance du froment qui nourrit l’humanité. Pareillement, la Parole de Dieu descendue sur terre, irrigue le cœur des croyants qui acceptent de l’écouter et revient vers Dieu par la louange et l’action de grâces qui montent de la terre vers le ciel.
Ce chapitre d’Is 55 vient conclure un grand ensemble commencé en Is 40, 1 et qui s’ouvre ainsi : consolez, consolez mon peule. C’est cette parole de consolation qui reviendra vers Dieu quand, à nouveau rassemblé à Jérusalem, Israël accomplira sa vocation d’être la lumière des nations (Is 42, 6). Écrit pendant l’exil à Babylone (VI° siècle), par un lointain disciple du prophète Isaïe, ce texte est convaincu que le retour à l’Alliance promis par le prophète du VIII° siècle se réalisera parce que la parole de Dieu est une puissante source de bénédiction.
Ainsi, quelque soit la situation historique du peuple, son absence de soutien par des institutions cultuelles et législatives, le prophète est convaincu que par la parole qu’il porte, le peuple peut d’ores et déjà louer Dieu pour ce qu’il fera.

• Psaume 64 
En ce temps de phénomènes météorologiques extrêmes, nous avons tendance à oublier que la pluie est une bénédiction par laquelle Dieu irrigue la terre et prend directement soin de son peuple (Dt 11, 11). Le psaume de ce dimanche contemple les bienfaits de la pluie par laquelle la terre regorge de la bénédiction et donc de la fécondité divine.

• Évangile : Mt 13, 1-23
Souvent Jésus fut mis en question par ses détracteurs. Aujourd’hui encore, ne sommes-nous pas désabusés : à quoi bon parler du règne de Dieu puisque rien ne vient ?
La parabole de la semence répond à ces légitimes interrogations. Jésus compare son activité de prédicateur à celle du semeur. Sa parole est semence, elle portera du fruit même si cela ne se voit pas dès à présent.
Pour nous introduire en son royaume, Dieu pourrait s’y prendre de bien des manières : nous attraper et nous y mettre sans coup férir. Il choisit de nous parler, de nous appeler. Il inaugure ainsi son règne par la douceur et la puissance de sa parole. Peut-être y trouvons-nous à redire : c’est trop lent, ou autre chose, mais à y bien réfléchir, quelle plus grande fidélité et délicatesse de la part de Dieu que de procéder ainsi !
La question consécutive à la compréhension du ministère de Jésus est donc celle de la qualité de la terre dans laquelle tombe la semence du Règne. Ainsi, sommes-nous renvoyés à notre responsabilité : comment accueillons-nous cette Parole ? Lui donnons-nous le temps afin qu’elle produise son fruit ? Mais cette interrogation porte en elle-même une espérance : c’est en travaillant la terre qu’elle est débroussaillée, dépierrée, et que de labours en moissons, elle en devient plus féconde.
Cette parabole nous invite à prendre le temps de l’écoute, mais elle nous dit également le temps que Dieu prend pour qu’en nous parlant : Il nous rend ainsi capables de mieux entendre ce qu’Il nous dit.
Il y a une bénédiction octroyée à celles et ceux qui acceptent de chercher ce qui fait le secret de la vie de Jésus dans les paroles mêmes de Jésus. Si on ne voit pas que Jésus est tout à la fois le semeur et la semence, cette parabole est une énigme indéchiffrable. Ainsi nous est offerte cette bénédiction : heureux sommes-nous de pouvoir écouter la Parole de Jésus, la Parole de Dieu.




On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (Romains 8,18-23) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales (Année A/ 2019-2020). Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre et des pistes pour l'homélie.
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org