31 mai: Solennité de la Pentecôte
 
 
"De même que le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie: recevez l'Esprit-Saint"
 

• 1° lecture : Actes 2, 1-11 :
La fête de Pentecôte est une fête juive, appelée aujourd’hui la fête des Semaines. Cinquante jours après Pâques, après avoir célébré la sortie d’Égypte, le peuple d’Israël célèbre le don de la Loi au Sinaï. Aujourd’hui comme à l’époque, dans la liturgie juive de Pentecôte, l’épisode de la tour de Babel est proclamé : le don de la Torah fait d’Israël la lumière des nations dispersées.
Fidèles à la foi de leurs pères, les disciples de Jésus Ressuscité sont ainsi à Jérusalem, tout comme nombre de juifs de la diaspora, c’est-à-dire venus des différentes régions de l’empire Romain où ils sont maintenant installés. Ce jour-là comme ce fut le cas sur le Sinaï quand Dieu donna la loi à Moïse, il y eut grand vent et langues de feu : manifestation divine qui inscrit cet épisode dans la suite d’une histoire. Maintenant l’Esprit est donné pour que les merveilles de Dieu soient annoncées dans la langue de chacun.
L’unique Esprit n’abolit pas les langues, il permet à chacune de livrer, par son génie propre, ce qu’elle peut dire de l’unique œuvre de Dieu. En cela l’œuvre de l’Esprit est travail de communion.

• Psaume 103 (104), 1ab.24ac, 29bc-30, 31.34 :
Dans ce psaume, il nous est dit que l’œuvre de l’Esprit est de renouveler la face de la terre. C’est par son souffle (esprit et souffle traduisent un seul et même mot) que Dieu maintient le monde créé dans l’existence. Le retire-t-il et plus rien n’existe ! Le renvoie-t-il et nous sommes renouvelés dans la vie, le mouvement et l’être. La prise de conscience ainsi produite par ce va-et-vient, nous rend plus dociles aux sollicitations de l’Esprit qui réalise en nous les volontés du Père.

• Évangile : Jean 20, 19-23 :
La fête de Pentecôte vient clore le temps pascal. Aussi la liturgie nous fait-elle entendre ce jour le récit de ce qui se produisit le jour de Pâques. L’extrait privilégié est celui où le Ressuscité donne l’Esprit à ses disciples. Les perspectives de Luc et de Jean, les auteurs respectifs de la première lecture de ce dimanche et de cet évangile, ne coïncident pas exactement. Aussi ne faut-il pas considérer que l’Esprit fut donné deux fois. C’est le même don, fruit de la mort et de la résurrection de Jésus qui est fait aux croyants. Si Luc, s’appuyant sur l’expérience historique des disciples, montre un déploiement dans le temps sur cinquante jours, Jean concentre tout en seul moment celui du jour de Pâque.
Ce dernier choix permet de lier davantage le don de l’Esprit à l’œuvre de Jésus, le Messie. La mission de ce dernier est de porter l’Alliance à son achèvement ce qui se caractérise par le don de la paix. Cette dernière est le don de Dieu qui vient couronner tous ses dons. Par le don de l’Esprit, les disciples sont maintenant en mesure de vivre la réconciliation enseignée par Jésus et établie par son sang versé ; ils sont ainsi en mesure de servir la paix qu’ils ont reçue, laquelle n’est pas une absence de guerre, ni un simple état de quiétude mai bel et bien une mission exigeante pour laquelle l’Esprit donne la force du Ressuscité.




On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (1 Corinthiens 12,3...13) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales (Année A/ 2019-2020). Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre et des pistes pour l'homélie.
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org