1656
Jephté (fille de)
751
Livre des Juges
35
Burnet Régis
116
Dahan Gilbert
34
Guinot Jean-Noël
115
Tassin Claude
111
Wénin André
Suppl. au n° 186. La fille de Jephté
 
Approfondir
 
Épisode scandaleux, il est intéressant de voir quelles solutions les lecteurs de toutes époques ont trouvées pour le rendre compréhensible.
 

À part celui de Samson et Dalila, qui peut citer un épisode du livre des Juges ? Texte difficile, aux rebondissements apparemment confus et, semble-t-il, sans rapport avec le grand récit d’Israël, le septième livre de la Bible hébraïque n’a pas passionné les générations de croyants. La péricope du sacrifice de la fille de Jephté (Juges 11) mérite pourtant qu’on s’y attarde, au moins pour deux raisons.

C’est, d’une part, un épisode très compliqué à décrypter. Pourquoi Jephté fait-il cette promesse inconsidérée à Dieu ; pourquoi celui-ci ne l’en délie-t-il pas ? Pourquoi sa fille se sacrifie-t-elle aussi facilement ? Les difficultés narratives sont nombreuses et il est passionnant de voir les interprètes de toutes les époques se débattre dans les mêmes questionnements que nous, et d’admirer avec quelle intelligence (et parfois quelle roublardise), ils se sont tirés des pièges tendus par le récit.

C’est, d’autre part, une tragédie, au sens premier du terme. Deux éthiques s’affrontent en effet : une éthique personnelle, celle d’un père qui semble chérir sa fille et qui affirme vouloir son bien ; une éthique de responsabilité, celle d’un homme politique qui sait qu’il doit sa victoire (et donc le bien de son peuple) à son serment malheureux. Et comme dans toute tragédie, la mort d’un innocent est la clef de l’affrontement. L’innocent est une innocente : à l’instar d’Iphigénie, à laquelle les commentateurs feront parfois référence, le texte brosse le portrait d’une femme courageuse, pure, désintéressée. Une héroïne, au sens propre.

Et voici que dans l’histoire de sa réception, ce texte un peu obscur se dévoile tel qu’il est vraiment : la dénonciation par une jeune fille de l’orgueil des mâles. Comme le dit ce grand poète qu’était Edmond Fleg (texte [88]), Jephté n’est qu’un « guerroyeur » qui « s’obstine à souiller d’un refus la clémence divine », tandis que l’oblation de sa fille est un désastre, car son sacrifice est celui de « l’âme d’Israël ».

Supplément au Cahier Évangile n° 186, La fille de Jéphté
128 pages, SBEV / Éd. du Cerf,  2018, 12 euros.

Collectid sous la direction de Gilbert Dahan.

 

SOMMAIRE

p. 2 – Liminaire

p. 3 – Pourquoi commémorer la fille de Jephté? André WÉNIN
Quelques mots sur l'histoire du texte
Encadré; Le mythe d'Iphigénie (Régis Burnet)
Une lecture narrative du texte
Pour conclure

p. 16 – Les traditions juives anciennes sur Jephté et sa fille.   Claude TASSIN
Flavius Josèphe et Jehpté
Jephté et Pinhas dans le Midrash et le Targum
Le Livre des Antiquités bibliques

p. 29 – Le sacrifice de la fille de Jephté: lectures patristiques.   Jean-Noël GUINOT
Lecture de Jg 11,29-40 selon le sens historique
Encadré: Manlius Torquatus (Régis Burnet)
L'interprétation allégorico-typologique

p. 49 – La fille de Jephté dans l'exégèse du Moyen Âge.  Gilbert DAHAN
L'approche narrative
Les interprétations spirituelles
La réflexion théologique
Encadré: Note sur l'exégèse juive médiévale (Gilbert Dahan)

p. 71 – L'exégèse moderne (XVIIe-XVIII siècle): de la philologie à la contestation. Gilbert DAHAN

p. 85 – Quelques réécritures, du Moyen Âge au XXe siècle. Gilbert DAHAN

p. 101 – La fille de Jephté en musique.  Gilbert DAHAN

p. 114– La fille de Jephté dans les arts visuels. Régis BURNET

p. 124 - Bibliographie

p. 125 -  textes cités

p. 128 - Table des figures

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org