6 mars: Mercredi des Cendres
 
 
"Ton Père qui voit dans le secret te le rendra"
 

• Première lecture : Joël 2,12-18
On ne sait à peu près rien du prophète Joël. C’est peut-être un personnage d’avant l’exil à Babylone, en tout cas proche du temple. Il perçoit une situation difficile, certains font l’hypothèse d’une sècheresse, devant laquelle il y a urgence à se remettre devant Dieu.
Revenir est un maître-mot de ce passage. Il semble recouvrir deux aspects : l’un est collectif, tout le peuple est convoqué à une liturgie dans le temple. On est un peu embarrassés devant cette forme de culte qui consisterait à donner des gages pour se préserver d’un châtiment de Dieu.
L’autre aspect de revenir s’adresse à chaque personne et c’est à une dynamique intérieure qu’il nous convoque : il s’agit de faire mouvement vers Dieu, de se rendre disponible à sa miséricorde. C’est une invitation à laisser de côté le monde agité dans lequel nous sommes tous plus ou moins pris, ne serait-ce que par les urgences du quotidien, pour se calmer et laisser opérer, monter en soi, l’action de grâce : consentir à la déchirure du cœur.
La véritable proximité avec ceux qui nous entourent se nourrit d’un retour perpétuel à la personne aimée. Sans cesse l’amour, pour exister, doit se redire, se refaire, dans un mouvement qui amène un changement constant, une conversion sans cesse réitérée.
La question que nous entendons parfois formulée devant des tragédies, sous forme de « si Dieu existait… », se déplace alors, tant nous sommes convaincus, en nous tournant vers le Christ, que Dieu est avec nous, toujours compatissant jusqu’à l’extrême dernier. 

• Psaume 50,3-6.12-14.17
Le verset 2 porte la mention : Quand le prophète Nathan alla chez lui, après que David fut allé chez Bethsabée. Même si la circonstance de ce psaume, indiquée ici, est fictive, elle nous permet d’en lire le début sans tomber dans une culpabilité excessive et de faire nôtre la conscience d’un mal radical qui n’a rien de constructif. Ce n’est pas que nous n’ayons pas à nous repentir devant Dieu, mais pas dans l’absolu, pas du fait même de notre conception (cf. v.7).
Quand la lucidité, ou l’échange, même rude, avec autrui, nous amène à assumer nos torts, alors se retrouve une vraie paix intérieure, une confiance en soi qui nous donne à penser que, peu ou prou, nous sommes estimables.
C’est un nouveau départ, une connaissance nouvelle qui nous permet d’offrir à Dieu le sacrifice qui lui plaît … : un cœur brisé et broyé (v.19), c’est-à-dire nous-même dans notre faiblesse, mais aussi dans la libération du pardon. Nous éprouvons alors la joie d'être sauvés et nous n’avons de cesse que d’annoncer la louange

• Évangile : Matthieu 6,1-6.16-18
Jésus nous appelle à la discrétion pour trouver le lieu où nous sommes libres du regard des autres et totalement disponibles. Là où il ne reste plus que la vérité de soi, sans autre considération que le seul regard de Dieu sur nous. Cette démarche est essentiellement secrète. Elle ne se voit pas, mais elle n’est pas sans effet immédiat, car elle conduit à partager avec le proche dans un infini respect.
Et si revenir, selon le mot de Joël, est de notre responsabilité, c’est Dieu qui nous y appelle et qui est à l’œuvre. La conversion est de l’ordre du désir, mais elle se reçoit : démarche volontaire, elle est en même temps renoncement à la faire par soi-même.  
Ce paradoxe est magnifiquement exprimé par Grégoire de Nysse. À propos de Moïse tendu vers Dieu dans son ascension spirituelle, il parle de « mouvement immobile », autrement dit initié par celui qui cherche Dieu, mais totalement reçu.
C’est ce à quoi nous sommes appelés et notre regard sur les autres s’en trouvera transformé. Nous ferons authentique charité, car elle sera discrète, respectueuse, et ainsi fraternelle.


On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (2 Corinthiens 5,20-6,2 ) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales (Année C/ 2018-2019). Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre et des pistes pour l'homélie.

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org