24 février: 7° dimanche ordinaire C
 
 
"Soyez miséricordieux comme votre père est miséricordieux"
 

• Première lecture : 1 Samuel 26, 2.7-9.12-13.22-23
Les livres de Samuel font de David la figure d’un roi modèle, choisi par Dieu et fidèle. On le voit ici refuser de prendre le pouvoir par la force. Son respect pour l’institution mise en place au nom de Dieu par Samuel montre qu’il sait qu’à son tour, Dieu l’a choisi.
Devenu roi, David fut un politique pragmatique. Il fera tout pour unir l’ensemble des « tribus » d’Israël sous sa seule autorité : d’abord le sud d’où il était originaire, à la faveur de son sacre à Hébron (2 S 2), puis le nord (2 S 5, 1-4). Pour consolider son œuvre, il procède à l’élimination de la maison de Saül et conquiert Jérusalem en territoire neutre pour y asseoir sa capitale.
Comme il a réussi où les autres échoueront, il deviendra, au fil de l’histoire, la figure du roi béni, celui qui mise tout sur Dieu.
On aimerait voir l’autorité s’exercer, à tous les niveaux, même au nôtre, avec la même hauteur, mais les circonstances s’imposent toujours et obligent à des compromis ; c’est dans les solutions négociées, souvent bancales et inachevées, que se manifeste la volonté de Dieu et non dans une vision irénique, illusoire, des rapports humains. 

• Psaume 102,1-4.8.10.12-13
Comme beaucoup d’autres, ce psaume est dit de David (v.1). C’est donc lui qui, fictivement, prononce l’hymne que nous nous approprions en habitant le je qui s’y exprime.
Le mot traduit ici par être désigne en hébreu l’intime. Bénir Dieu concerne en effet l’intégralité de la personne. Au-delà ce qu’elle sait d’elle-même, c’est aussi tout ce qu’elle ne connaît pas encore de soi, qui est impliqué dans cette bénédiction.
On sent dans ce chant une formidable confiance en Dieu, au point que les valeurs les plus précieuses que nous portons, celles qui nous font vivre : l’amour et la tendresse, sont désignées comme des attributs royaux.
Bénir Dieu nous donne la conviction d’être infiniment précieux à ses yeux, en dépit de nos défaillances et de nos ambigüités. Elles ne sont pas niées, mais tenues à distance suffisante pour que nous puissions vivre dans sa tendresse comme ses fils. 

• Évangile : Luc 6, 27-38
C’est notre expérience la plus ordinaire. Depuis l’enfance, nous sommes contraints de nous mesurer aux autres pour être libres et ne pas nous aliéner dans une soumission qui justifierait la loi du plus fort. Il est fondamental que toute éducation apprenne à chacun à construire une identité capable de faire face, sans jamais accepter de servir de bouc émissaire.
Or, Jésus semble réclamer l’inverse quand il demande, non seulement une acceptation de la violence reçue, mais un surcroit de pardon, de générosité et d’abnégation. Si pareil discours s’adresse à des faibles, il faut le refuser.
Si, en revanche, nous sommes bien situés en Adam, dans un sain rapport de force avec les autres, ce que dit Jésus peut être entendu, non comme une démission, mais comme une expression achevée de l’amour.
Il nous en a montré le chemin en acceptant de donner sa vie sur la croix. Ce n’est pas en résigné, maisen fort, le visage déterminé, qu’il prit la route de Jérusalem (Lc 9, 51). Jusqu’au bout, il fait face, même quand le fardeau devient trop pesant (Lc 22, 42). La coupe, il va la boire jusqu’à la lie, non comme un destin subi, mais comme une remise de soi à Dieu (Lc 23, 46).
Jésus nous demande de donner plus que nous ne le pouvons, mais il ne nous dispense jamais du combat. Argile, nous sommes et nous restons, mais déjà pris dans une puissance d’amour qui nous dépasse, celle qui vient du Père. Alors seulement, nous pouvons faire ce qu’il nous demande sans abdiquer, mais en accomplissant ce pourquoi nous sommes nés.
Rappelons-nous Maximilien Kolbe. Il ne fut pas un faible. C’est en homme responsable qu’il a librement offert sa vie pour épargner un père de famille condamné à mort.




On trouvera des pistes d'approfondissement pour la deuxième lecture (
1 Corinthiens 15,45-49) ainsi que de brèves citations d'auteurs spirituels d'hier et d'aujourd'hui dans les Fiches Dominicales (Année C/ 2018-2019). Ceux qui préparent la liturgie y trouveront aussi des idées pour une mise en œuvre et des pistes pour l'homélie.
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org