446
Mezzarobba Marie-Reine
Ce que la Bible dit de... la jalousie
285313878X
Ce que la Bible sur... la jalousie
Recension
 
Commencer
 
Recension du livre de Marie-Reine Mezzarobba, "Ce que la Bible dit sur... la jalousie", par Christophe Raimbault
 

Marie-Reine Mezzarobba
Ce que la Bible dit sur… la jalousie
Nouvelle Cité, 2017, 126 p., 13 €

Bénédicte Draillard s’entretient ici avec Marie-Reine Mezzarobba (M.-R.M.) qui enseigne l’anthropologie chrétienne au Centre universitaire Guilhem-de-Gellone à Montpellier. Elles abordent la jalousie dans la Bible en douze chapitres. M.-R.M. opte pour une approche à la fois psychanalytique et exégétique, inspirée par Denis Vasse et Paul Beauchamp. « La jalousie est fondamentalement refus du don de l’Autre, refus de la vie en tant qu’elle n’est pas ce que nous imaginons mais Autre. La jalousie est possessive et dévorante, elle s’attaque au lieu même où la vie se donne en nous. Il est illusoire et menteur de penser que l’on puisse ne pas avoir affaire à la jalousie, ne pas avoir à s’en laisser déprendre » (p. 103). Cette thèse est traitée en s’appuyant sur de nombreux extraits bibliques.

Le chapitre 1, « Jaloux, moi ? », s’appuie sur le récit de la création de Gn 2–3. Le chapitre 2, « Jalousie fratricide », part de Caïn et Abel en Gn 4. Dans le chapitre 3, la fratrie est présentée comme le lieu où s’éveille la jalousie, à partir de 1 R 21 (Akhab et la vigne de Naboth). Le lien entre jalousie et convoitise est évoqué très rapidement (Ex 20,19). Dans le chapitre 4, la parabole des talents en Mt 25 est lue comme un chemin de compréhension et de remède à la jalousie. La parabole du père aux deux fils en Lc 15 illustre la jalousie comme négation ou refus du don. La jalousie est présentée comme un sentiment qui alerte avant le péché d’orgueil, en prenant appui sur la prière des Psaumes, vue comme antidote au chapitre 6. L’histoire de Joseph, le fils préféré de Jacob, permet de montrer que Dieu choisit de guérir l’homme en prenant le chemin de son péché (chap. 7). Vivre la diversité et la singularité sans jalousie est un défi. Dieu vient justement nous délivrer de la tentation du même, comme l’illustrent les récits de Babel et de la Pentecôte, au chapitre 8. La relation spéculaire, où l’autre est vu comme un miroir et non pas pour lui-même, est meurtrière, comme le montre le récit du jugement de Salomon en 1 R 3, à l’opposé du récit de la Visitation de Lc 1. Au chapitre 10, la maternité peut être entachée de jalousie (Ap 12), ou bien elle est une acceptation de l’altérité radicale (Jésus et Marie). Au chapitre 11, M.-R.M. s’étonne des traductions qui cherchent à gommer la jalousie de Dieu et lui préfèrent l’expression « Dieu exigeant » – cela empêche de comprendre le sens de la jalousie de Dieu qui, pourtant, nous met sur la voie d’une fidélité divine sans faille. Le chapitre 12, enfin, ouvre la réflexion sur la joie partagée de celui qui accepte pleinement l’invitation au festin des noces.

De nombreux textes bibliques sont convoqués ou simplement évoqués. Ils permettent un parcours général et sans doute un peu bref sur un thème pourtant majeur que certains exégètes de renom ont approfondi en leur temps. L’ouvrage est une bonne porte d’entrée, mais le lecteur ressentira vite la nécessité de ne pas en rester à un rapide survol.

■ Christophe Raimbault

Niveau de lecture: aisé

Recension parue dans le Cahier Evangile n° 183, "Les animaux dans la Bible", mar 2018, p.67

 
Jérusalem: l'entrée du St Sépulcre
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org