1657
critique (de Dieu)
1345
Livre de Job
Suppl. au n° 182. Job et la critique de Dieu.
 
Approfondir
 
Aux prises avec une souffrance extrême, comment le héros de ce conte ose-t-il questionner la bonté de Dieu?
 

« Prends-tu plaisir à m’accabler, à mépriser la peine de tes mains et à favoriser les intrigues des méchants ? » (Jb 10,3). Comment le héros de ce petit conte des alentours du vie siècle avant J.-C. ose-t-il questionner aussi crûment la bonté de Dieu dans ce passage et, surtout, comment une religion peut-elle inscrire parmi ses livres saints un texte qui contredit aussi manifestement sa tentative de magnifier un Dieu juste ?

Si les exégètes débattent toujours pour savoir quelle était l’intention première du rédacteur en rédigeant ces chapitres, une chose est sûre : la condamnation des propos convenus des amis de Job disqualifie tout discours « pieusard » et ratifie en creux cette vigoureuse manière de s’adresser à Dieu.

Comme c’est le cas de beaucoup de textes, l’interprétation de Job 9–10 connaît un point de bascule entre une interprétation traditionnelle et une interprétation moderne. Pour ce passage, c’est le Moyen Âge qui le réalise. Ainsi que le montre ce Supplément, si les Pères de l’Église, les commentateurs juifs et musulmans cherchent des circonstances atténuantes à Dieu (ou à Job) pour éluder sa question, à partir du xiiie siècle on fait face à la terrible interrogation : et si Dieu était injuste ?

Celle-ci traverse toute la littérature des xixe et xxe siècles et prend une terrifiante actualité dans les horreurs du siècle dernier, au point qu’il a semblé indispensable de conclure ce cahier par une relecture théologique : la théologie contemporaine peut-elle faire l’économie de la question de Job ?


Collectif
Suppl. au n° 182, JOB ET LA CRITIQUE DE DIEU, 
142 pages, SBEV / Éd. du Cerf,  2017, 12 euros.

 
SOMMAIRE

p. 5 - Dieu devant le tribunal
 ? Une découverte de Job 9–10, Pierre Van Hecke 

Job 9–10 dans le contexte de ce qui précède 
Structure 
Encadré : Job répond à ses amis , Job s’adresse à Dieu 
Découverte du texte 
Job 9–10 dans la suite du livre 

p. 17 - Interprétations rabbiniques classiques et médiévales , David Lemler.

Littérature rabbinique classique 
Époque médiévale 

p. 28 - Job 9–10 chez les Pères de l’Église , Jean-Noël Guinot.

Regard d’ensemble sur Job 9–10 27
La justice et la puissance de Dieu 
La justice de l’homme au regard de la justice de Dieu 
Un enseignement doctrinal 

p. 59 - Job dans la tradition musulmane , Jean-Louis Déclais.

Job dans le Coran 
Job chez les commentateurs 

p. 66 - Job 9–10 au Moyen Âge , Gilbert Dahan.

L’interprétation générale : les prologues 
L’interprétation des chapitres 9 et 10 
Encadré : La traduction latine 

p. 100 - Le cri de Job en musique, Michel Berder.

Pièces musicales en lien avec l’office des défunts
Oratorios et compositions diverses 
Encadré: Job 9–10 dans la liturgie (Henri Delhougne, osb, abbaye de Clervaux (Luxembourg),  coordinateur de la traduction officielle liturgique de la Bible)

p. 111 - Regards de quelques auteurs des xixe et xxe siècles.  Aude Bonord.

Victor Hugo 
Lautréamont 
Georges Hyvernaud 
Albert Camus 
Boris Vian 
Samuel Beckett 
Sylvie Germain
Deux mystiques : Simone Weil et Marie de la Trinité 
Élie Wiesel 

p. 126 - Job, chercheur de Dieu et théologien, Benoît Bourgine.

L’homme éprouvé face à son Dieu  (anthropologie théologale)
La justice en procès (sotériologie)
Dieu au creuset du soupçon (théologie)

 

 
Monastère Ste Catherine, Sinaï.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org