746
Lavement des pieds
438
Egasse Corinne
Le lavement des pieds – Recherche sur une pratique négligée
Recension
 
Approfondir
 
Recension du livre de Corinne Égasse : "Le lavement des pieds – Recherche sur une pratique négligée", par Paul Agneray
 

Corinne Égasse
Le lavement des pieds – Recherche sur une pratique négligée
Labor et Fides, 2015, 341 p., 45 €

Corinne Égasse (C.É.) est pro­fesseur à la faculté adven­tiste de théologie de Col­longes-sous-Salève. Cet ouvra-ge provient d’une thèse soute­nue à l’université de Lausanne en 2014. Disons d’emblée que c’est un travail magistral et un livre passionnant.

Au cours de son dernier repas, en Jn 13, Jésus lave les pieds de ses disciples et leur commande de se laver les pieds les uns aux autres ; or, déjà au temps d’Origène et encore de nos jours, la pratique liturgique de ce lavement des pieds – et plus précisément de ce lavement des pieds réciproque – n’existe « presque pas » dans les églises chrétiennes. C.É. se demande donc comment ce geste et ce commandement ont été com­pris aux origines du christia­nisme. Son analyse donne le dessin d’un arbre dont les racines seraient les pratiques de lavement des pieds dans l’A.T., le judaïsme et le monde gré­co-romain, dont le tronc serait le récit johannique et dont les branches seraient les interpré­tations des Pères de l’Église. Quant aux racines, comme on le sait, le lavement des pieds était dans le monde méditer­ranéen une pratique tout à fait courante et même banale, mais aussi – sauf exception – une tâche humiliante réservée aux derniers des esclaves. Il pouvait être une simple action d’hy­giène, mais aussi un geste d’ac­cueil ou un geste liturgique.

Pour le N.T., nous avons d’abord un rapprochement intéressant avec les onctions des pieds de Jésus par la « femme pécheur » de Lc 7 et Marie de Béthanie en Jn 12, puis vient l’analyse du récit du dernier repas (dans les limites de Jn 13,2-17). Quel est le sens de ce geste en Jn ? C.É. répond de manière assez tranchée : Le lavement des pieds par Jésus n’est pas : une manifestation d’humi­lité,… un renforcement des liens de soumission,… un rituel de purifi­cation,… un rappel ni un complé­ment du baptême. Mais il est : un acte d’amour,… une transmission de vie éternelle,… un pré-requis pour participer au banquet de la vie éternelle,… une investiture pour la mission.

La communauté johannique a-t-elle ensuite pratiqué le lavement des pieds réciproque que Jésus demandait ? C.É. répond par l’affirmative, puis elle s’intéresse aux quelques mots de 1 Tm 5,10, au sujet des veuves qui « lavent les pieds des saints. » Il semble qu’il y ait là une pratique symbolique, la « maîtresse de la maison de Dieu » participant au ministère des missionnaires de l’Évangile. Ensuite, plus de la moitié de l’ouvrage parle de la manière dont le geste a été compris ou repris aux temps patristiques. D’abord un lavement des pieds matériel et corporel, avec, entre autres, Clément d’Alexandrie et surtout Ambroise de Milan, dans le cadre du rite baptis­mal. Ensuite, un lavement des pieds dématérialisé et spiritua­lisé : long développement sur Origène, puis viennent quatre Pères qui ont de plus en plus insisté sur la dimension d’humi­lité : Jean Chrysostome, Théo­dore de Mopsueste, Cyrille d’Alexandrie et enfin Augus­tin. Soulignons au passage la manière remarquable dont cha­cun de ces Pères est présenté et situé dans son contexte. Après une synthèse finale, C.É. évoque la façon dont le rite est repris aujourd’hui, en particu­lier dans l’Eglise Adventiste.

Très intéressant, l’ouvrage stimule la réflexion. Mais on peut se demander pourquoi C.É. insiste tant sur le fait que, contrairement à l’opinion des Pères, le geste de Jésus en Jn ne serait pas une manifestation d’humilité : tout ne dépend-il pas de la façon dont on définit l’humilité ? S’il s’agit d’auto­dépréciation, ce n’est certai­nement pas le cas de Jésus, et encore moins du Jésus johan­nique… mais s’il s’agit d’adop­ter le « comportement » du Ser­viteur ?

                                                                                 Paul Agneray

Recensin parue dans le Cahier Évangile n° 180

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org