1345
Livre de Job
105
Pinçon Bertrand
Le livre de Job
2204106191
Le livre de Job
Recension
 
Commencer
 
Recension du livre de Bertrand Pinçon : "Le livre de Job", par Sophie Ramond
 

Bertrand Pinçon
Le livre de Job
Le Cerf, « Mon A B C de la Bible », 2016, 160 p. 14 €

Les premiers mots de l’ouvrage introductif de Bernard Pinçon, professeur d’exégèse à Lyon, précisent son objet : appréhender au fil de la lecture du livre de Job l’énigme de la souffrance des êtres innocents, pour discerner ce que s’y dit de la relation tumultueuse de l’homme blessé avec Dieu. Car c’est, en définitive, la remise en cause du principe de rétribution qui fait l’originalité du livre de Job.

Divisé en onze chapitres, cette introduction est également dotée d’outils pédagogiques : lexique, glossaire, chronologie et carte. On appréciera par exemple les clarifications sur les noms de Dieu dans le livre de Job. Le premier chapitre, qui traite de questions générale (l’arrière-fond des sagesses de l’Orient ancien, date et lieu de rédaction du livre, son message…), reprend des données classiques. On peut regretter que ne soient pas, quelques fois au moins, signalés les débats exégétiques : par exemple sur le rapport entre le cadre et les dialogues, d’un point de vue diachronique. Après un deuxième et troisième chapitres qui résument le livre et en donnent la structure, six autres abordent différents thèmes. Si le parcours comporte des répétitions, il conduit agréablement le lecteur dans le dédale des pages de Job et de leurs plus grandes thématiques : la foi, la souffrance, l’espérance, la sagesse, le mal et la création, avec chaque fois ce qui masque ou dévoile le visage de Dieu. Le parcours thématique a peut-être l’inconvénient de dissimuler l’intrigue et l’itinéraire intérieur du héros éponyme qui ne passe pas si simplement de la souffrance à l’espérance et du procès adressé à Dieu à la reconnaissance de sa toute-puissance et de sa bienveillance. C’est, en effet, en faisant passer Job et son lecteur par l’intégration de contradictions successives que le texte propose un itinéraire de sagesse. On découvre toutefois avec bonheur où réside la vraie sagesse de Job, ce juste éprouvé qui demande des comptes à Dieu mais le tient aussi pour son ami le plus proche, lui qui ne connaissait Dieu que par l’enseignement sur la rétribution mais finit par oser le saut de la foi.

Plus originaux, les derniers chapitres orientent du côté de la postérité du livre de Job, de sa réception dans la liturgie ou dans le judaïsme et l’Islam. On y trouvera une petite liste des œuvres d’art inspirées de Job. Au final, c’est avec grand profit qu’on entrera par cette introduction dans le livre de Job, qu’on se confrontera au travers de sa lecture au mystère du mal pour finalement l’aborder avec une foi renouvelée.

                                                                                                  Sophie Ramond

Recension parue dans le Cahier Évangile n° 179.

 

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org