1260
Enfant prodigue
2
Stricher Joseph
Quel titre donner à la parabole dite "du fils prodigue" (Luc 15) ?
Gros plan sur
 
Commencer
 
Les titres de la parabole sont très variés ce qui dénote les difficultés de on interprétation...
 

Les titres de la parabole sont très variés. Ils dénotent les difficultés d'interprétation.

Le plus jeune des fils

Traditionnellement le récit est appelée « La parabole de l'enfant prodigue » (J. Dupont, 1966, C. Golenvaux, 1970). Le titre met l'accent sur l'un des protagonistes de l'histoire. Il suggère qu'il est très jeune et dénonce son attitude « infantile », son mauvais comportement face à l'argent. Remarquons que le mot « enfant » est employé dans la parabole, mais qu'il est appliqué au fils aîné (15, 31).

La dénomination classique est abandonnée au profit du « Fils prodigue » (J. Dupont, 1969). Ce titre est le plus usuel en anglais (« The Parable of the Prodigal Son », J. D. M. Derrett, 1967), en italien (« La parabola del figlio prodigo », P. Siniscalco, 1967), en espagnol (« La parabola del hijo prodigo », R. Silva, 1966).

Les titres en langue allemande sont plus sensibles à la perte humaine qu'à celle de l'argent. La parabole s'intitule généralement « Gleichnis vom verlorenen Sohn » (Parabole du fils perdu); ainsi chez J. Jeremias (1949).

Ce titre, comme les précédents, a cependant l'inconvénient de ne s'appliquer qu'à la toute première partie du récit. La Bible de Crampon suggère donc « Le fils perdu et retrouvé ». D'autre commentateurs ne s'arrêtent pas à la perte mais mettent uniquement en valeur le retour. H. Kruse titre : « The return of the Prodigal » (Le retour du prodigue). La TOB propose : « La parabole du fils retrouvé ».

Les deux fils

Beaucoup se demandent si le plus jeune des fils est le héros principal de l'histoire. Déjà St Irénée parlait de la.« parabole des deux fils » et St Augustin avait fait un sermon sur « les deux fils ».

La Bible de Jérusalem (1955 et 1973) titre : « Le fils perdu et le fils fidèle ». Osty : « Le fils perdu et retrouvé, et le fils fidèle, orgueilleux et jaloux ». Mais les qualificatifs sont-ils bien adaptés ? Faut-il opposer de la sorte les deux frères ? F. Schnider (1977) propose : « Les fils perdus » et R. Javelet : « Les deux fils prodigues ». Certains mettent même l'accent sur le fils aîné : J. A. Robiliard (1962) : « La parabole du fils aîné. Jésus et l'amour miséricordieux ».

Le père

Tous les titres précédents laissent dans l'ombre le troisième personnage de l'histoire, qui joue pourtant un rôle considérable. D'où les titres suivants : « Le père miséricordieux » (L. Cerfaux) ou « La parabole de l'amour du père » (J. Jeremias). Cette fois-ci, par contre, on perd de vue les deux fils qui, pourtant, participent activement au déroulement de cette histoire.

Une histoire à trois personnages

R. Pesch (1976) et P. Grelot (1977) proposent d'intituler ce texte : « Le père et ses deux fils ». Cet intitulé est neutre et n'impose pas une interprétation préalable à la lecture de la parabole. Il a cependant l'inconvénient de pouvoir s'appliquer également à Mt 21, 28-32.

Des titres-citations

Terminons par des titres qui renoncent à désigner les héros de cette histoire : ce sont de simples citations du texte. Le Groupe d'Entrevernes (1977) propose : « Il fallait faire la fête ». Cela rejoint la suggestion de J. Dupont pour l'ensemble des trois paraboles de Lc 15 : « Réjouissez-vous avec moi ».

© Joseph Stricher, SBEV / Éd du Cerf, Supplément au Cahier Évangile n° 101 (septembre 1997), « La parabole du fils prodigue (Luc 12,11-32) », p. 5.

 

 
Lc 15
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org