252
Bible
1592
Peinture
1593
Renaissance
123
Gibert Pierre
Quand les peintres lisaient la Bible. L’exégèse des peintres à la Renaissance
2227488472
Quand les peintres lisaient la Bible. L'exégèse des peintres à la Renaissance
Recension
 
 
Recension du livre de Pierre Gibert : "Quand les peintres lisaient la Bible. L'exégèse des peintres à la Renaissance", par Régis Burnet.
 

Pierre Gibert
Quand les peintres lisaient la Bible. L’exégèse des peintres à la Renaissance
Éd. Bayard, 2015, 300 p., 29,90 €.

Pierre Gibert (P.G.), jésuite, professeur au Centre Sèvres (Paris) est l'actuel directeur des Recherches de science religieuse. Il nous offre ici un beau livre, richement illustré et à entrées multiples. Il procède par courts chapitres joliment éclairés par une iconographie bien choisie.

Plus qu'une thèse unique, c'est une série d'intuitions qu'il cherche à fonder. Ainsi, les premières pages s'attachent-elles à démontrer que la Renaissance marque une rupture dans l'appropriation artistique de la Bible: quittant le « tout allégorique » (l'Ancien Testament comme figure du Nouveau), les humanistes s'engagent dans une lecture des textes pour eux-mêmes (retour à la lettre) qui multiplie donc les possibilités de représentations. Une comparaison du Christ mort de Bellini et de Mantegna, permet ensuite à P.G. de montrer comment les peintres font aussi de la théologie, en instaurant un rapport nouveau au corps souffrant du Fils. Une analyse du plafond de la Sixtine et du Moise de Michel-Ange met en lumière l'interaction singulière que l'artiste entretient avec l'histoire biblique dans son ensemble, Ancien et Nouveau Testament. Plusieurs chapitres sur les Réformes catholiques et protestantes lui servent ensuite à interroger la complexité du XVIe siècle qui, tout à la fois, promeut l'image biblique et la conteste.

On mentionnera enfin ce qui est donné par P.G. lui-même comme un des projets de l'ouvrage : plusieurs chapitres se proposent de vérifier l'effet des Exercices spirituels de saint Ignace sur l'art. On recommandera ainsi les critiques qu'un jésuite adresse à un autre jésuite, Jérôme Nadal, l'auteur de vignettes illustratives de la Bible, les Evangelicœ Historiœ Imagines : certes, elles répondent à la technique ignacienne de la composition de lieu, mais en même temps elles n'en respectent pas la visée, puisque le but des Exercices est de travailler le monde spirituel intérieur de chaque retraitant, par essence individuel et non communicable, et pas de proposer des modèles de représentation pour tous.

Propre à intéresser aussi bien les amateurs d'art que les lecteurs de la Bible, ce livre doit être salué, car il constitue une nouvelle évolution dans la pensée et l'œuvre de P.G., mais également de l'exégèse francophone. Parti de l'exégèse de l'Ancien Testament, P.G. s'est ensuite intéressé à l'histoire de l'interprétation (voir par exemple son Invention critique de la Bible XV-XVIIe siècle, Gallimard, 2010); il consacre cet ouvrage aux traductions picturales de la Bible aux XVe XVIe siècle, qu'il n'hésite pas à qualifier d' « exégèse ». Son parcours démontre qu'il n'est pas de bonne herméneutique des textes sans la prise de conscience que chaque acte de lecture s'insère dans une histoire des interprétations qui doit aussi comprendre les productions artistiques.

                                                                                                  Régis Burnet
Niveau de lecture : Moyen

Recension parue dans le Cahier Évangile n° 175 (mars 2016), « Interpréter les Écritures », p. 69.

 

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org