1567
Circoncision
35
Burnet Régis
194
Luciani Didier
La circoncision. Parcours biblique
2872992324
La circoncision. Parcours biblique
Recension
 
Approfondir
 
Recension du livre : "La circoncision. Parcours biblique" [Régis Burnet, Didier Luciani (dir.)], par Jean-Marie Carrière.
 

Régis Burnet, Didier Luciani (dir.)
La circoncision. Parcours biblique
« Le livre et le rouleau » n° 40, Lessius, 2013, 160 p., 18,50 €

La décision du Tribunal de Cologne, qui a estimé en 2012 que la circoncision d’un enfant juif ressortissait à une blessure passible de condamnation, a beaucoup secoué les communautés juives en Europe. Il y va non seulement de la liberté religieuse en matière de rit – et celui de la circoncision est central pour le judaïsme –, mais aussi de la nécessité d’un débat sur la compréhension trop juridique des principes fondamentaux de l’Europe au regard des convictions des religions de ses citoyens, comme l’explicite le beau texte du rabbin Meyer. Dans un autre ordre, l’appel de six théologiens au pape (qui était alors Benoît XVI) pour le rétablissement de la fête de la Circoncision du Seigneur le 1er janvier constitue une invitation à ré-ajuster à nouveau le rapport de l’Église à ses racines juives.

C’est dire tout l’intérêt de cet ouvrage qui présente un dossier biblique autour de la circoncision, de l’Ancien au Nouveau Testament. André Wénin étudie d’un point de vue narratif le texte majeur de Gn 17, et particulièrement la structuration des discours divins, pour montrer combien la circoncision est intrinsèquement liée à l’alliance ; le détournement du signe en Gn 34 (l’affaire de Dinah) confirme a contrario ce lien fondamental. Dans les ivres du Lévitique et du Deutéronome, ainsi que chez Jérémie et Ézéchiel, se trouve l’expression« la circoncision du cœur », qu’Elena di Pede analyse au fil des textes ; que le cœur, mais aussi les lèvres et les oreilles, acceptent cette blessure symbolique ouvre tout un chacun à l’accueil de la parole de vie dans l’alliance. Didier Luciani présente le dossier difficile de Ex 4,24-26, où il est raconté une attaque divine contre Moïse. Difficulté de la syntaxe, du lexique, non moins que de la logique narrative. Malgré leur difficulté, ces trois versets, de par leur position et leurs liens avec la narration depuis le début d’Exode et celle qui suit, offrent en fait comme un e synopsis du drame qui va opposer Moïse et Pharaon, tout en permettant à Moïse de mettre un point d’orgue aux brouillages identitaires qui le concernent. À partir du rappel des deux effusions de sang de la nuit pascale, celle de l’agneau et celle de la circoncision, Michel Remaud propose de réfléchir sur le rapport entre circoncision et sacrifice, en vue de mieux comprendre l’expression« sang de l’alliance » à propos du Christ. Enfin, Simon Mimouni offre un parcours sur la circoncision dans le Nouveau Testament. Situant le rapport entre judaïsme et christianisme dans les recherches actuelles, et la circoncision en général dans la société judéenne des deux premiers siècles, il suit ensuite les principaux textes pauliniens qui parlent de la circoncision. À travers la discussion avec le groupe de Jacques, la position de Paul consiste à délier la circoncision de sa fonction identitaire, sans toutefois la rendre caduque, mais en la reliant à un changement profond d’attitude.

L’ouvrage ne vise pas à « répondre» aux deux circonstances qu’on a rappelées au début de cette recension, mais plutôt à déployer l’intelligence biblique de la circoncision. Ce qui présente l’avantage, outre le profit qu’on retire des contributions de qualité, de mieux comprendre l’importance de ce rite, sa portée à la fois anthropologique et sociale, son lien à l’alliance; et, par là, à mieux respecter ce qui s’y joue de la foi juive aujourd’hui.

                                                                                       Jean-Marie Carrière
Niveau de lecture : moyen

Recension parue dans le Cahier Évangile n° 173.

 

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org