128
Histoire
975
Récits bibliques
639
Théologie
173
Dionne Christian
390
Mathieu Yvan
Raconter Dieu. Entre Récit, histoire et théologie
Gros plan sur
 
Approfondir
 
Recension du livre : "Raconter Dieu. Entre Récit, histoire et théologie" Christian Dionne et Yvan Mathieu (dir.),par Elena di Pede.
 

Christian Dionne et Yvan Mathieu (dir.)
Raconter Dieu. Entre Récit, histoire et théologie
« Le livre et le Rouleau », n° 44, Lessius, Bruxelles, 2014, 208 p., 19,50 €

Cet ouvrage rassemble les textes des trois conférences principales, ainsi que de quelques-unes des contributions offertes au Symposium bisannuel du Réseau de recherche en narratologie et Bible (RRENAB), qui s’est tenu à Ottawa en 2011. La thématique abordée est tout aussi stimulante que fondamentale pour chercher à comprendre comment le corpus biblique raconte et comprend l’histoire d’Israël. Comme toute œuvre historiographique, en effet, ce n’est pas dans l’immédiateté des faits que l’historiographie biblique se forme et se raconte, mais dans leur relecture, dans leur mise à distance. C’est cela que permet la mise en récit d’une histoire : donner un sens aux faits et permettre dans ce même mouvement à ceux qui les racontent – et les lisent – de les comprendre et de se comprendre à partir d’eux. Dans la première contribution, Philippe Carrard s’intéresse à la poétique du discours historiographique et à ses relations avec la narrativité. Françoise Miguet s’attache, pour sa part, à comprendre comment un personnage aussi particulier que Dieu est mis en récit dans le corpus du Pentateuque et comment sa présence influence la manière de raconter. Elle prolonge sa contribution avec une réflexion sur le « narrateur omniscient », proposant de sortir du débat circulaire et stérile qui anime certains exégètes qui cherchent à fonder théologiquement cette omniscience. Anne Pasquier s’interroge quant à elle sur le langage religieux, en particulier sur la pertinence de l’opposition entre « fiction » et « vérité ». À partir de l’idée de mythe, tel que l’entend Aristote, Pasquier propose des pistes pour sortir de cette dichotomie et montre à quel point la création de mondes imaginaires – fictionnels – est efficace et libérateur lorsqu’il s’agit de parler de vie et de mort, de raconter Dieu, l’humain et leurs relations. Trois études de textes illustrent ensuite ces propos davantage théoriques : André Wénin étudie le passage de la Mer (Ex 13,17–14,31) ; Didier Luciani s’intéresse à la naissance de Samson (Jg 13–16) ; Normand Bonneau applique certaines des thèses de A.C. Danto à l’évangile de Marc. Avant d’offrir une contribution conclusive de Jean-Pierre Sonnet qui étudie certains discours du personnage divin pour montrer comment celui-ci agit en s’ajustant sans cesse aux agissements humains, l’ouvrage propose deux contributions de jeunes chercheurs : Ionel Ababi présente une étude sur l’histoire de David et Bethsabée et Constantin Pogor se centre sur l’action divine dans deux épisodes de Juges (Jg 3,11b-30 et 4). L’ensemble constitue un ouvrage passionnant et stimulant.

                                                                                               Elena di Pede
Niveau de lecture : moyen

Recension parue dans le Cahier Évangile n° 171.



 
Monastère Ste Catherine, Sinaï.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org