948
Epître aux Romains
166
Raimbault Christophe
L’avènement de l’amour
2-204-10269-8
L'avènement de l'amour : Épître aux Romains, chapîtres 12 et 13
Recension
 
Approfondir
 
Recension du livre de Christophe Raimbault : "L'avènement de l'amour : Épître aux Romains, chapîtres 12 et 13", par Roselyne Dupont-Roc.
 

Christophe Raimbault
L’avènement de l’amour : Épître aux Romains, chapîtres 12 et 13
« Lectio Divina » n° 265, Éd. du Cerf, Paris, 2014, 624 p., 39 €

Voici une approche particulièrement originale de la lettre aux Romains, qui s’empare d’emblée de sa partie parénétique généralement délaissée. Christophe Raimbault (C.R.) a voulu honorer ce qui est trop souvent considéré comme un appendice parénétique (ch. 12 à 15), en y relevant le thème fédérateur de l’agapè : une compréhension nouvelle de l’amour s’y déploie et offre un sommet au grand mouvement d’ensemble d’un évangile qui s’épanouit dans la mise en œuvre d’une vie chrétienne ecclésiale.

Le livre est la reprise d’une thèse qui s’attache à étudier ce thème dans les chapitres 12 et 13 de la lettre, tout en déployant ce que cette perspective apporte à la lecture de l’ensemble. C.R. s’inscrit dans le cadre du renouvellement des études pauliniennes (la Nouvelle Perspective), et des études rhétoriques appliquées aux lettres de Paul. Le plan de son étude est classique : la problématique est mise en place avec beaucoup de fermeté et de nuances, la question se détachant nettement sur les acquis des travaux les plus récents sur la quatrième partie de la lettre aux Romains. Puis le vocabulaire de l’amour est étudié, à partir des trois racines qui l’expriment dans la lettre. Cette étude lexicologique s’appuie sur un travail rhétorique tout à fait pertinent : c’est la dispositio du vocabulaire de l’amour au long de la lettre qui permet d’en préciser la fonction et le sens. Et qui permet surtout de préciser le sens spécifique et entièrement original de l’agapè, ce terme rare (à peu près absent de la littérature grecque, mais présent dans la Septante, dans le Cantique des Cantiques essentiellement !) que Paul « invente » pour dire la nouveauté de l’amour de Dieu tel qu’il se répand à travers Jésus Christ dans le cœur des croyants. Alors deux étapes majeures proposent une analyse littéraire très fouillée de Romains 12, puis 13. Sous la propositio que constituent les versets 12,1-2, ces deux chapitres forment une unité dont la mention de l’agapè assure la cohérence, et organise la dynamique. C’est leur lien interne liée à une structuration attentive qui apparaît alors, et manifeste l’ampleur de l’agapè recouvrant le tout de la vie chrétienne. Le passage sans solution de continuité des relations à l’intérieur de la communauté ecclésiale, puis à l’extérieur et jusque dans les rouages de l’Empire romain, se comprend comme le fruit d’une métamorphose intérieure que le don de l’agapè divine favorise en chaque chrétien. Il installe de fait la tension eschatologique au cœur de la vie éthique des croyants.

Chemin faisant, des expressions difficiles, ambiguës et discutées sont reprises et interrogées à nouveaux frais. Évidemment, toute la littérature récente est convoquée, mais des propositions de traduction inédites sont faites. On soulignera notamment un renversement de la traduction du verset 13,6 qui réoriente toute la compréhension d’une péricope qui est l’une des plus célèbres de saint Paul. Elle se comprend à la lumière d’un amour vécu comme une dette envers tous.

La présentation reste un peu didactique, mais elle met à la disposition du lecteur une somme importante de matériaux : exposés et analyses critiques des interprétations passées, dossiers lexicaux et propositions de structuration, une riche matière qui invite le lecteur à faire à son tour son chemin dans le texte. Les choix de C.R. sont toujours justifiés de façon personnelle et remarquablement suggestive.

On peut ici ou là regretter que la lecture audacieuse n’ait pas été poussée plus loin. Mais C.R. sait ouvrir des voies à d’autres études et réflexions que son approche de l’amour comme paradigme rend possible. Cette belle thèse est une étape qui marque désormais la recherche à la fois sur l’agapè chrétienne et sur la compréhension de la lettre aux Romains.

                                                                                       Roselyne Dupont-Roc
Niveau de lecture : exigeant

Recension parue dans le Cahier Évangile n° 170.

 

 
Rm 12-13
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org