252
Bible
1511
Vieillesse
15
Gicquel des Touches Loïc
La vieillesse « Ce que dit la Bible sur… »
2-85313-715-7
Ce que dit la Bible sur... La vieillesse
Recension
 
Commencer
 
Recension du livre de Loïc Gicquel des Touches : "Ce que dit la Bible sur... La vieillesse", par Roselyne Dupont-Roc.
 

Loïc Gicquel des Touches
Ce que dit la Bible sur… La vieillesse
« Ce que dit la Bible sur… » n° 6, Nouvelle Cité, Bruyères-le-Châtel, 2014, 124 p., 13 €

Selon le principe de la collection, ce petit livre opère une traversée de la Bible pour dessiner et croiser les divers points de vue sur le thème choisi : la vieillesse. La visée délibérément pastorale de l’auteur fait la force spirituelle de son travail, quitte à alimenter quelques frustrations chez le bibliste. Explicitement, il cherche à faire résonner les textes bibliques dans le paysage du xxie siècle occidental qui offre une approche largement négative du vieillissement et de la vieillesse. De ce fait, le livre part plutôt des interrogations actuelles pour chercher des échos dans le texte biblique ; il y trouve un « message spécifique » pour les personnes âgées. La tendresse personnelle de l’auteur pour les vieillards qui lui sont proches transparaît. Son goût du texte biblique, dont il analyse le pouvoir d’évocation poétique avec sensibilité, nous offre quelques belles lectures des Psaumes et de Qohélet.

L’ensemble est construit selon une sorte de chiasme : dans l’Ancien Testament, la vieillesse est d’abord signe de fécondité et de bénédiction ; parce qu’ils sont ceux qui transmettent d’âge en âge la mémoire d’Israël, le souvenir des hauts faits de Dieu et la force structurante de sa Loi, les vieillards sont détenteurs d’une sagesse faite d’expérience et de réflexion ; porteurs et témoins d’une tradition qui assure l’identité et la survie du peuple, ils sont honorés et respectés. Mais la vieillesse vécue de l’intérieur est aussi parente des ténèbres, de l’affaiblissement des facultés, de la fermeture de l’avenir ; les textes de Qo 12, des Ps 31 et 71 témoignent d’une perception intense de la brièveté de la vie, de la fragilité de l’homme et de la mélancolie qui accompagne son passage sur la terre.

Mais l’homme biblique sait que le vieillard, plus que tout autre, assure le lien entre le passé et l’avenir. Et ce sont des vieillards qui accueillent Jésus enfant dans le Temple et reconnaissent en lui la nouveauté de Dieu. Le Nouveau Testament est peu explicite, et l’auteur doit solliciter des textes comme celui de Jean 21 (« un autre te conduira où tu ne veux pas aller ») ou encore Jean 3, pour évoquer la vieillesse comme le lieu de l’abandon à l’Esprit de Dieu qui fait renaître à une vie nouvelle. Le livre s’achève sur la vision des « vieillards » de l’Apocalypse : ils représentent une humanité qui, en avançant sur son chemin et jusqu’à l’extrême vieillesse, se renouvelle sans cesse dans la louange au Maître de la vie.

Il faut accepter quelques raccourcis nécessairement discutables dans la lecture et l’interprétation des textes bibliques. Mais on est reconnaissant à l’auteur d’avoir mené une fructueuse méditation spirituelle, qui fait le va et vient entre la Bible et le constat contemporain.

                                                                                        Roselyne Dupont-Roc
Niveau de lecture : aisé

Recension parue dans le Cahier Évangile n° 168.



 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org