1016
Ecriture
1206
Saint Augustin
269
Dulaey Martine
Suppl. au n° 162. Augustin, lecteur de l'Écriture
Gros plan sur
 
Approfondir
 
On gagne beaucoup à voir aussi en Saint Augustin un exégète, un grand exégète...
 
On connaît davantage Augustin pour ses Confessions et certains traités théologiques ; le présent Supplément invite à vérifier que l’on gagne beaucoup à voir aussi en lui un exégète, un grand exégète.

Avant d’exposer le travail de l’évêque d’Hippone sur l’un et l’autre Testament, Martine Dulaey présente, textes à l’appui, les grandes options herméneutiques qui le guident. Que l’Ancien Testament soit un livre scellé qui ne s’éclaire qu’à la lumière du Christ n’est certes pas un scoop ; Augustin reprend ce qui, dès la rédaction du Nouveau Testament, a guidé les premières générations chrétiennes. « Quand nous lisons les Psaumes, les Prophètes ou la Loi, nous devons mettre toute notre attention à y voir le Christ, à y comprendre le Christ. » Augustin est autrement neuf quand il affirme que l’Écriture n’est pas l’enregistrement pur et simple de la Parole de Dieu, car ce dernier ne parle ni grec, ni latin, ni hébreu ; elle est un enseignement divin passant par des paroles humaines. Augustin professe aussi l’inspiration du texte hébreu et du texte grec. Sa doctrine de l’inspiration et de la multiplicité des sens vrais permet d’ailleurs une grande souplesse. L’interprétation d’un passage peut être porteuse d’un sens vrai tout en étant erronée du point de vue de l’analyse textuelle ; d’un texte peuvent jaillir plusieurs interprétations vraies. En un mot, la lecture fondamentaliste de l’Écriture est récusée chez l’évêque d’Hippone.

Une fois ces bases bien établies, M. Dulaey explore pour nous les travaux d’Augustin sur les deux Testaments, tant les plus connus, tel le Commentaire des Psaumes oucelui sur l’évangile de Jean, que ceux que l’on méconnaît. D’ailleurs, le lecteur le notera avec soin / Un exemple montre combien l’exégèse est partout présente dans l’œuvre d’Augustin : le commentaire le plus fouillé du Psaume 21 ne se trouve pas dans les Commentaires, mais bien dans une Épître…

 Auteur : Martine Dulaey



Suppl. au n° 162, « Augustin, lecteur de l’Écriture »
144 pages, SBEV / Éd. du Cerf, 2012, 12 euros .
d. du Cerf, 2012, 12 euros.



SOMMAIRE



p. 3 – Apprendre à connaître les divines écritures


Augustin n’est pas un exégète au sens qu’on donne aujourd’hui à ce mot, ni même comme le sont Origène et Jérôme qui ont consacré leur existence à l’établissement, la traduction et l’explication de la Bible ; il n’a pas bénéficié des mêmes loisirs studieux que ces deux savants. Sans doute n’a-t-il pas non plus la même forme d’esprit : l’érudition n’est pas son affaire ; les idées l’intéressent plus que leur support et, en dépit de sa formation de grammairien et de rhéteur, il est spontanément plus philosophe et théologien que philologue.

– Une découverte progressive des Écritures
– Les exigences du rhéteur
– Un intellectuel chrétien face à la Bible >>>Extrait à lire
– En quête du sens : la pratique augustinienne



p. 49 – 
Augustin exégète de l’Ancien Testament

Dans sa lutte contre les manichéens et leur rejet de l’Ancien Testament, Augustin commente longuement les trois premiers chapitres de la Genèse et plusieurs textes du Pentateuque, la figure de Moïse y tient une place de choix ; l’interprétation augustinienne de ces pages sera souvent reprise par l’exégèse ultérieure. Parallèlement, dans son travail de près de trente ans sur l’ensemble du psautier, Augustin offre des commentaires qu’il a dictés et d’autres qu’il a prêché – les plus attachants.

– Défense et illustrationi de l'Ancien Testament : le "Contre Fauste" >>>Extrait à lire
– Les commentaires de Genèse 2-3
– Lectures du Pentateuque
– Les commentaires des psaumes



p. 97 –  Augustin exégète du Nouveau Testament

« Dieu est avec toi dans l’Évangile », dit Saint Augustin (Sermon CXLII, 40), et il faut « écouter l’Évangile dans le pensée que le Christ est présent » (Sur l’évangile de Jean 30,4). Celui qui écoute l’évangile entend « le son des pas de Jésus qui passe », comme l’ont fait jadis les aveugles de Jéricho : « Aujourd’hui encore Jésus passe ; quand on nous lit les actions passagères qu’a accomplies le Seigneur, on nous montre toujours Jésus qui passe (Sermon LXXXVIII, 12).

– Les évangiles synoptiques >>>Extrait à lire
– La littérature johannique
– Les épîtres de Paul

p. 134 – Conclusion >>>Extrait à lire


 

p. 136 – Origine des textes et des traductions

p. 137 – Éléments de bibliographie

p. 138 – Repères biographiques

p. 158 – Index des citations bibliques

p. 140 – Index des citations augustiniennes

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org