598
Christianisme
576
Judaïsme
141
Séparation
190
Boyarin Daniel
La Partition du judaïsme et du christianisme
2-204-09309-5
La Partition du judaïsme et du christianisme
Recension
 
Approfondir
 
Par Daniel Boyarin
 
Daniel Boyarin
La Partition du judaïsme et du christianisme

Traduction de Jacqueline Rastoin (†), avec la collaboration de Cécile et Marc Rastoin, « Patrimoines – judaïsme », Éd. du Cerf, Paris, 2011, 448 p., 48 €


Enseignant à l’université californienne de Berkeley, Daniel Boyarin s’est fait connaître par de nombreux travaux sur le judaïsme ancien et sur les premiers écrits chrétiens (dont la littérature paulinienne). Il s’attaque volontiers à certaines idées reçues, notamment dans le champ de l’histoire des religions. Dans la préface de cet ouvrage – dont il précise qu’il lui a demandé plus de temps que ses publications antérieures –, il prend la peine de se présenter de manière personnelle, en confiant avec une grande franchise les difficultés qu’il rencontre tant dans son environnement religieux que dans les débats politiques actuels, en raison de son positionnement intellectuel : il déclare assumer son identité de juif « orthodoxe », tout en éprouvant un profond intérêt pour le christianisme, ce qui l’amène à réinterroger constamment les témoignages concernant ce qui a marqué l’histoire des relations entre les groupes juifs et chrétiens des premiers siècles de notre ère. Dans sa version d’origine, ce livre a été publié en 2004, sous le titre Border Lines. The Partition of Judeo-Christianity.

Le sujet abordé est d’une grande importance. Il se trouve au cœur de multiples recherches et de vives discussions depuis quelques dizaines d’années. Boyarin le traite en universitaire, ne craignant pas d’entrer dans des débats techniques en citant des publications en diverses langues. Il invite à reconsidérer un certain nombre de définitions et de frontières parfois admises comme fermement établies. Il montre que, dans bien des cas, les positions en présence étaient plus mouvantes que ce qui en a été retenu dans les siècles suivants. Pour expliciter le sens de sa démarche, il relate avec humour l’anecdote du contrebandier qui, jour après jour, passait une frontière en poussant une brouette pleine de sable. Lors de son départ à la retraite, ce personnage avoua que c’était les brouettes qu’il passait en contrebande alors que l’attention des douaniers se focalisait sur leur contenu. Dans cette perspective, Boyarin ne craint pas d’utiliser des expressions provocatrices : il parle d’« ecclésiologie rabbinique », de « succession apostolique dans la Mishna ». Il invite à une réflexion approfondie sur la notion d’hérésie, en faisant observer qu’elle fonctionne souvent de manière rétrospective.

Le parcours proposé se déploie en trois étapes. Les titres donnés pour qualifier chacune de ces périodes permettent de saisir les grands mouvements observés : 1). IIe-IIIe siècles, « Faire une différence : les débuts hérésiologiques du christianisme et du judaïsme » ; 2). IVe-Ve siècles, « La crucifixion du Logos : comment la théologie du Logos devint chrétienne » ; 3). VIe siècle, « Étincelles du Logos ou comment historiciser la religion rabbinique ».

L’édition française comporte, en postface, un ajout : la traduction de quelques pages d’un article, rédigé en 2009, dans lequel l’auteur revient sur une position qu’il a tenue dans son livre et qui a fait l’objet de critiques qu’il qualifie de « légitimes ». Il estime que, là où il envisageait des influences réciproques entre différents groupes, il serait plus judicieux de parler de voies parallèles.

On peut remercier chaleureusement les éditions du Cerf de permettre au public francophone d’avoir accès à ce livre. Certains aspects techniques ne doivent pas rebuter les lecteurs. C’est un travail qui ne se contente pas d’accumuler de la documentation sur des textes, des personnages, des situations, des institutions. Il invite à réfléchir aux enjeux de débats qui gardent toute leur pertinence dans la vie du judaïsme et du christianisme en notre temps. Même si on ne partage pas toutes les options de l’auteur, on peut tirer un grand bénéfice d’une démarche qui se recommande à la fois par son ampleur et sa rigueur. (Michel Berder)
Niveau de lecture : exigeant
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org