670
conseils
605
Groupe
539
Lectio Divina
Conseil pour une lecture croyante à plusieurs
Gros plan sur
 
Commencer
 
Lire à plusieurs apporte généralement une autre dimension à la Lecture sainte. Voici une proposition parmi d'autres pour un groupe de 5 à 10 personnes.
 
Lire à plusieurs un texte biblique apporte généralement une autre dimension à la Lectio divina ou Lecture sainte. Comment procéder ? Voici une proposition parmi d'autres pour un groupe de 5 à 10 personnes. Elle pourrait prendre entre 45 et 60 mn.

Après une courte invocation, les 3 temps s'enchaînent : OBSERVER, MÉDITER, PRIER, avant une brève conclusion.

Invocation. Pour se préparer à la Lecture sainte, une prière ou un chant rappelle la parole de Jésus : «Quand deux ou trois personnes sont rassemblées en mon nom, je suis au milieu d'elles» (Matthieu 18,20). On peut ensuite formuler une invocation comme: «Parle, Seigneur, ton serviteur écoute» (1 Samuel 3,10) ou encore: «Toi seul, Seigneur, as les paroles de la vie éternelles» (Jean 6,68). On peut encore s'adresser à l'Esprit Saint. Un chant connu de tous aide à créer le climat.

1- Le temps de l'observation (15-20 mn ?)
Ne pas avoir peur du côté studieux (il faut ''scruter ''les Écritures !)

Un des participants lit à haute voix et lentement le texte choisi.

Ensuite, pendant 5 à 7 minutes de silence absolu, chacun(e) observe les éléments qui font le texte (par exemple : les mots à densité religieuse, les personnages, les mouvements, les lieux, etc.). Ceux qui ont acquis quelques habitudes de lecture (savoir repérer une composition poétique, un schéma littéraire ou la progression d'une histoire) sont plus outillés, mais attention ! il ne s'agit pas d'une étude biblique en bonne et due forme.

''Scruter'' les Écritures - même sommairement - suppose ici que tous aient devant les yeux la même traduction du texte biblique. L'observation se fait crayon à la main, pour souligner les mots et les expressions qui semblent caractéristiques de l'enjeu du texte.

Enfin, à tour de rôle, chacun(e), en une ou deux phrases seulement, exprime au groupe l'élément de son observation qui lui semble le plus important.

2- Le temps de la méditation (15-20 mn ?)

Une deuxième personne relit le texte à haute voix.

Ensuite, pendant 5 à 7 minutes de silence, chacun(e) reprend le texte et essaie de percevoir quelle est la foi qui s'y exprime, et comment ce témoignage de foi résonne ou non pour sa propre foi.

Alors, nouveau partage. Chacun(e), en une phrase ou deux, résume ce qui lui paraît l'enseignement de foi du texte et comment cela interroge ou non sa propre foi.
Afin qu'un tel échange reste personnel, chacun(e) tente de s'exprimer à la première personne ('Je', 'pour moi', ''je vois dans ce texte...'), et évite des formules générales (comme le 'nous', ou 'le texte dit que…'). Il s'agit ici d'une simple communication. On n'engage aucune discussion.

3- Le temps de la contemplation ou de la prière (15-20 mn ?)

Une troisième personne relit le texte à haute voix, lentement.

Ensuite, pendant 5 à 7 minutes de silence, chacun(e) prie à partir de son observation, de sa méditation, et aussi de ce qu'il(elle) aura entendu des autres. Dans cette prière on n'oubliera pas d'utiliser si possible des mots du texte. Chacun(e) choisit, en fonction de la tonalité du texte, la forme de prière qui lui convient : confiance, louange, pénitence, demande, intercession...

Enfin, dernier partage. Chaque participant(e), brièvement, reprend devant les autres une ou deux expressions de sa prière. Chacun(e) retiendra l'une ou l'autre formule de l'échange pour l'emporter et la reprendre dans sa prière personnelle au cours de la journée ou de la semaine.

Pour conclure, on terminera par un refrain connu de tous ou une prière traditionnelle de l'Église (le Notre Père, le Magnificat, une des formulations du Credo...)


Cinq remarques

Se limiter dans le temps. Sur chaque étape on aimerait passer beaucoup plus de temps. C'est possible dans le cadre d'une retraite par exemple. Mais pour une Lecture sainte ordinaire, il faut renoncer à vouloir tout comprendre. Observer le texte ne pourra jamais être exhaustif. Mais 20 mn suffisent pour découvrir ce qui nous permettra de méditer puis de prier.

Pas de commentaire. Bien entendu, au cours des échanges chacun accueille ce que disent les autres sans porter de jugement et sans faire de commentaire. Le but de la rencontre n'est pas une discussion à partir du texte, mais un partage simple de la lecture croyante de chacun.

Une sensibilité biblique. L'objectif de la Lecture sainte n'est pas d'être immédiatement utile. Il est plutôt de façonner en nous une mentalité de croyants. Il s'agit d'un compagnonnage avec les Écritures, qui permet d'acquérir une sensibilité biblique, une sensibilité chrétienne. Peu à peu la foi qui imprègne les textes imprègne celui qui vient de méditer et de prier.

Voir autrement. Quand on s'engage dans la Lecture sainte, il s'agit de tenir bon. Car elle peut avoir un côté répétitif et parfois fastidieux. Avec un peu de persévérance, elle devient savoureuse. Elle aide à voir différemment ce que l'on vit et les événements du monde. Elle ne se confond pas avec une 'étude de la Bible'. Mais le fait d'étudier de la Bible, ailleurs, dans un groupe, dans un cours, ne peut que rendre plus riche la Lecture sainte !

Une méditation partielle. La "méditation" et la "prière/contemplation" sont toujours partielles et partiales car la Lecture sainte se fait sur de courts passages bibliques et par des croyants qui ont leur propre façon de penser. Or, c'est la Bible dans son ensemble qui est Parole de Dieu lorsqu'elle est reçue par la communauté des croyants. Une Lecture sainte n'est jamais à isoler de la foi et de la vie de l'Église.
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org