531
Actes des Apôtres
957
Présentation
110
Marguerat Daniel
Un admirable christianisme. Relire les Actes des Apôtres
2884690263
Un admirable christianisme. Relire les Actes des Apôtres
Recension
 
Commencer
 
Par Daniel Marguerat
 
Daniel Marguerat
Un admirable christianisme. Relire les Actes des Apôtres

Poliez le Grand (Suisse), Éd. du Moulin, 2010, 93 p., 14 €

Voilà un petit ouvrage d’une belle actualité. Il offre une synthèse très accessible de la deuxième partie de l’œuvre de Luc et permet à D. Marguerat (D.M.) de qualifier d’« admirable » le christianisme dont elle témoigne. Non sans humour, il propose en effet de retrouver à travers les Actes une série de vitamines pour « notre christianisme fatigué ». D.M., professeur honoraire de l’université de Lausanne est bien connu pour ses travaux sur les Actes des Apôtres (voir CE 141, p. 141-142 et CE 146, p. 61-62). Il manie à la fois les talents d’un grand chercheur et la simplicité du vulgarisateur. Il peut, par petites touches successives, livrer une relecture essentielle des Actes, avec les clés de lecture probantes.

Dans un premier chapitre, il fait faire œuvre de mémoire pour nous ramener aux lendemains du traumatisme de la destruction du Temple de Jérusalem en 70, puis au déchirement entre judaïsme et christianisme naissant qui s’ensuit. Nous sommes au cœur d’un divorce que Luc ne veut pas consommer, insistant à la fois sur la continuité et sur la rupture entre l’un et l’autre. Un second chapitre décrit avec brio la foule des témoins ordinaires inspirés par l’Esprit qui entourent les héros Pierre et Paul, toujours au service de la Parole. La chronique de la résurrection, véritable clef de lecture de l’action de l’Esprit sur l’Église, fait l’objet du chapitre suivant, qui retrace la force de vie à l’œuvre, même à travers les échecs, sans oublier l’universalité du christianisme en marche. Un chapitre est alors consacré à Paul, dont Luc entend perpétuer la mémoire au-delà des épîtres, un Paul différent, méconnu et protéiforme, sans le titre d’« Apôtre ». Puis D.M. revient à l’évangile, qu’il situe, selon les différents modèles de confrontation que développe efficacement Luc, face aux religions ambiantes de l’Empire romain, melting pot semblable à celui que nous connaissons aujourd’hui. Un dernier chapitre s’ouvre autour du problème de l’argent, utilisés par Luc pour mieux le désacraliser, comme le montre le drame d’Ananias et de Sapphira, dont la relecture s’avère fructueuse.

L’épilogue permet de conclure combien cette « histoire des commencements » rédigée par Luc est pertinente pour notre temps, avec le caractère admirable du christianisme naissant, qui n’en est que plus précieux au milieu de nos interrogations d’aujourd’hui. Alors ne boudons pas notre plaisir avec cette belle relecture des Actes des apôtres ! (Hervé Giraud)
Niveau de lecture : aisé
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org