994
Anthropologie
545
Exégèse
993
Violence divine
218
Causse Jean-Daniel
45
Cuvillier Elian
111
Wénin André
Divine violence. Approche exégétique et anthropologique
Divine violence. Approche exégétique et anthropologique
 
 
Par Jean-Daniel Causse, Élian Cuvillier et André Wénin
 
Jean-Daniel Causse, Élian Cuvillier, André Wénin
Divine violence. Approche exégétique et anthropologique

« Lire la Bible » n° 168, Le Cerf, Paris, 2011, 224 p., 19 €

Persistante est la question de la violence qui habite les Écritures bibliques, sans que souvent ne soit fait l’effort d’y réfléchir de manière rigoureuse ; il s’ensuit des jugements simplificateurs sur le Dieu violent de l’A.T. opposé au Dieu d’amour du N.T., et parfois quelque découragement à lire toutes les Écritures. Il est clair que la question de la violence n’est pas simple à affronter, déjà dans l’existence humaine tout simplement ! L’intérêt de ce livre tient précisément à la conviction de devoir s’y confronter à plusieurs, deux lecteurs spécialistes des Écritures (pour l’A.T. et pour le N.T.) et un lecteur de celles-ci du point de vue des sciences humaines, de la psychanalyse pour être précis. Les « traversées » qui sont proposées offrent des perspectives éclairantes, qui redonnent courage de manière réaliste à l’infini combat contre la violence.

Car la Bible convie à des traversées : traversée des images de Dieu susceptibles de nourrir la violence ; traversée des violences humaines aux visages fascinants et tentants ; traversée des défigurations quand elles l’emportent comme des transfigurations quand la violence se mue en force de vie. Car si la Bible parle des violences humaines, elle parle aussi de celle de Dieu.

A. Wénin examine quelques textes comme celui du Déluge ou celui de la « conquête » par Josué, puis suggère une typologie des violences de Dieu. C’est la figure du serviteur d’Isaïe qui rend possible la traversée des images violentes de Dieu (et par là se profile la question du sacrifice).

Le chapitre suivant, écrit par J.-D. Causse, traite de la violence archaïque et du sacrifice aux dieux obscurs. Il rappelle l’ambivalence de la violence et s’interroge sur comment faire avec la violence incurable. Le sacrifice semble être une réponse, mais qui repose en fait sur un supposé savoir de la volonté divine – comme le montre la belle lecture proposée de l’épisode de la fille de Jephté (Jg 11). C’est l’entrée dans la parole qui ouvre une stratégie effective contre la violence qui menace.

Est-ce que la violence vient au service de la Bonne Nouvelle, comme on pourrait le croire à l’écoute de quelques paroles du Christ ? É. Cuvillier déploie cette interrogation, en reprenant tout d’abord une lecture de l’Apocalypse de Jean, où la violence, des hommes et de Dieu, est très présente. Puis en proposant un parcours autour de la violence dans le corpus paulinien. Enfin, en suivant Jésus aux prises avec la violence dans l’évangile de Matthieu. De cette traversée, il apparaît qu’en se dessaisissant du besoin de violence et de vengeance, Jésus met fin à la violence en Dieu, ou mieux à une image violente de Dieu, et met fin à la réponse sacrificielle.

La parole revient alors à nouveau à J.-D. Causse : la religion de l’amour serait-elle une résolution de la violence divine ? La critique de Nietzsche aide à démasquer les faux-semblants de l’amour. Mais il faut un pas de plus, qui consiste à comprendre le sacrifice du Christ autrement que comme un sacrifice substitutif, comme pure démesure. Car la logique évangélique, telle que le Christ nous la partage dans le Sermon sur la montagne, est celle de la réciprocité, à laquelle le don de soi doit toujours être mesuré. En son obéissance même, le Christ ouvre la voie à une déconstruction chrétienne du Dieu violent.

On le voit : le parcours de ce livre est exigeant, et c’est ce qui fait sa force et son intérêt. La rigueur de l’articulation entre la lecture des textes bibliques et la réflexion des sciences humaines trace de manière précise un chemin où la violence est démasquée, située, et finalement délogée de son pouvoir destructeur. (Jean-Marie Carrière)
Niveau de lecture : moyen
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org