398
Jésus
488
Luc
1005
Montée à Jérusalem
224
Beauboeuf Stéphane
La Montée à Jérusalem. Le dernier voyage de Jésus selon Luc (9,51-19,48)
2-204-09101-5
La Montée à Jérusalem. Le dernier voyage de Jésus selon Luc (9,51-19,48)
Recension
 
Approfondir
 
Par Stéphane Beauboeuf
 
Stéphane Beauboeuf
La Montée à Jérusalem. Le dernier voyage de Jésus selon Luc (9,51-19,48)

Paris, Éditions du Cerf, « Lire la Bible » n° 161, 2010, 146 p., 15 €

« Toute tentative pour retrouver la composition d’ensemble [de la montée de Jésus à Jérusalem] serait-elle donc vouée à l’échec ? », interrogeait Jean-Noël Aletti en 1989.

Stéphane Beauboeuf (S.B.) relève ici le défi et propose une étude de structure pour lire la grande section lucanienne. Le défi est considérable, car la section reste marquée par un étonnant désordre des matières. Mais l’attention et la finesse d’une analyse qui perçoit d’emblée l’homogénéité stylistique et thématique du texte et sait en tisser les fils les plus ténus, attache ici le lecteur. Qui accepte d’entrer dans le détail subtil et passionnant de l’étude, dans les méandres d’une analyse pénétrante, en découvrira la cohérence et en appréciera la qualité.

S.B. justifie d’abord la division traditionnelle de la montée en trois étapes, à l’aide de la typologie du personnage d’Élie et des trois prolongations de l’ultime voyage du prophète avant son « enlèvement » au ciel. Les trois étapes peuvent alors être étudiées successivement, selon une présentation qui se donne comme un commentaire suivi, choisissant les sections dont l’étude sera plus largement développée. Au début comme à la fin, la succession des thèmes répond à un procédé de tuilage ou, comme le désigne plus justement S.B., d’entrelacement des faits, la symplokè tôn pragmatôn, chère aux anciens.

Le passage de l’envoi en mission des disciples à la réception ou au rejet de la Parole forme l’armature de la première section. S.B. propose ici une clé de lecture originale et féconde en considérant que Luc réutilise la typologie qu’offrait l’explication allégorique de la parabole du semeur ; aux quatre terrains renvoyant à des récepteurs différents de la Parole correspondent différentes façons de recevoir la Bonne Nouvelle et de se comporter (de 11,14 à 12,59). Il apparaît alors que la réception de la Parole ou son rejet anticipent déjà le jugement eschatologique, déterminant l’action finale de Dieu.

La thématique du salut occupe la deuxième étape, avec pour caractéristique l’action renversante de Dieu par laquelle les derniers deviennent les premiers. S.B. introduit l’opposition insiders/outsiders qui se développe depuis la scène programmatique dans la synagogue de Nazareth jusque dans les Actes des Apôtres. Derrière l’accueil des exclus et des pécheurs, se profile l’accueil des païens qui sera au centre du tournant missionnaire pris par les apôtres dans les Actes.

La troisième étape se termine sur l’entrée de Jésus au Temple de Jérusalem, où s’opère un jugement : la ville qui accueille d’abord Jésus en roi, le rejettera en refusant d’entendre sa parole. À l’arrière-plan de cette dynamique d’ensemble, S.B. évoque la trajectoire de grands prophètes de l’Ancien Testament, affrontés au refus de leur peuple : Élie d’abord, Ézéchiel ensuite, dans la figure du bon pasteur.

Le tissage thématique appuyé sur des récurrences de mots, d’expression, de citations ouvre maintes perspectives nouvelles ; le style fluide de S.B. soutient l’attention dans des analyses pointues et denses. Certes, le lecteur peut ici ou là se sentir frustré : le choix de commenter l’ensemble du texte conduit à analyser certains passages avec la plus grande précision, à en effleurer d’autres. Certains rapprochements structurels ne sont pas entièrement convaincants (Luc 13,4 et Actes 13). Mais pouvait-il en être autrement dans une étude qui repère les ensembles thématiques et construit la structure dynamique d’un texte aussi ample ? Plutôt que d’un commentaire, il s’agit bien d’une lecture à la fois littéraire et théologique de la grande montée ; une lecture qui privilégie la perspective missionnaire unifiant les deux livres de Luc, la prédication de la Parole dont la réception implique un choix décisif de vie ; la réponse du destinataire fait partie du message. (R. Dupont-Roc)
Niveau de lecture : moyen
 
Lc 9,51-19,48
51« Pensez-vous que ce soit la paix que je suis venu mettre sur la terre  ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division.
52Car désormais, s'il y a cinq personnes dans une maison, elles seront divisées : trois contre deux et deux contre trois.
53On se divisera père contre fils et fils contre père, mère contre fille et fille contre mère, belle-mère contre belle-fille et belle-fille contre belle-mère. »
54Il dit encore aux foules : « Quand vous voyez un nuage se lever au couchant, vous dites aussitôt : "La pluie vient", et c'est ce qui arrive.
55Et quand vous voyez souffler le vent du midi, vous dites : "Il va faire une chaleur accablante", et cela arrive.
56Esprits pervertis, vous savez reconnaître l'aspect de la terre et du ciel, et le temps présent, comment ne savez-vous pas le reconnaître ?
57« Pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes de ce qui est juste ?
58Ainsi, quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, tâche de te dégager de lui en chemin, de peur qu'il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre au garde et que le garde ne te jette en prison.
59Je te le déclare : Tu n'en sortiras pas tant que tu n'auras pas payé jusqu'au dernier centime. »
60Mais Jésus lui dit : « Laisse les morts enterrer leurs morts, mais toi, va annoncer le Règne de Dieu. »
61Un autre encore lui dit : « Je vais te suivre, Seigneur ; mais d'abord permets-moi de faire mes adieux à ceux de ma maison. »
62Jésus lui dit : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n'est pas fait pour le Royaume de Dieu. »
1Entré dans Jéricho, Jésus traversait la ville.
2Survint un homme appelé Zachée ; c'était un chef des collecteurs d'impôts et il était riche.
3Il cherchait à voir qui était Jésus, et il ne pouvait y parvenir à cause de la foule, parce qu'il était de petite taille.
4Il courut en avant et monta sur un sycomore afin de voir Jésus qui allait passer par là.
5Quand Jésus arriva à cet endroit, levant les yeux, il lui dit : « Zachée, descends vite : il me faut aujourd'hui demeurer dans ta maison. »
6Vite Zachée descendit et l'accueillit tout joyeux.
7Voyant cela, tous murmuraient ; ils disaient : « C'est chez un pécheur qu'il est allé loger. »
8Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Eh bien ! Seigneur, je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens et, si j'ai fait tort à quelqu'un, je lui rends le quadruple. »
9Alors Jésus dit à son propos : « Aujourd'hui, le salut est venu pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham.
10En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »
11Comme les gens écoutaient ces mots, Jésus ajouta une parabole parce qu'il était près de Jérusalem, et qu'eux se figuraient que le Règne de Dieu allait se manifester sur-le-champ.
12Il dit donc : « Un homme de haute naissance se rendit dans un pays lointain pour se faire investir de la royauté et revenir ensuite.
13Il appela dix de ses serviteurs, leur distribua dix mines et leur dit : "Faites des affaires jusqu'à mon retour."
14Mais ses concitoyens le haïssaient et ils envoyèrent derrière lui une délégation pour dire : "Nous ne voulons pas qu'il règne sur nous."
15Or, quand il revint après s'être fait investir de la royauté, il fit appeler devant lui ces serviteurs à qui il avait distribué l'argent, pour savoir quelles affaires chacun avait faites.
16Le premier se présenta et dit : "Seigneur, ta mine a rapporté dix mines."
17Il lui dit : "C'est bien, bon serviteur, puisque tu as été fidèle dans une toute petite affaire, reçois autorité sur dix villes."
18Le second vint et dit : "Ta mine, Seigneur, a produit cinq mines."
19Il dit de même à celui-là : "Toi, sois à la tête de cinq villes."
20Un autre vint et dit : "Seigneur, voici ta mine, je l'avais mise de côté dans un linge.
21Car j'avais peur de toi parce que tu es un homme sévère : tu retires ce que tu n'as pas déposé et tu moissonnes ce que tu n'as pas semé."
22Il lui dit : "C'est d'après tes propres paroles que je vais te juger, mauvais serviteur. Tu savais que je suis un homme sévère, que je retire ce que je n'ai pas déposé et que je moissonne ce que je n'ai pas semé.
23Alors, pourquoi n'as-tu pas mis mon argent à la banque ? A mon retour, je l'aurais repris avec un intérêt."
24Puis il dit à ceux qui étaient là : "Retirez-lui sa mine, et donnez-la à celui qui en a dix."
25Ils lui dirent : "Seigneur, il a déjà dix mines !" -
26"Je vous le dis : à tout homme qui a, l'on donnera, mais à celui qui n'a pas, même ce qu'il a lui sera retiré.
27Quant à mes ennemis, ces gens qui ne voulaient pas que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les devant moi." »
28Sur ces mots, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem.
29Or, quand il approcha de Bethphagé et de Béthanie, vers le mont dit des Oliviers, il envoya deux disciples
30en leur disant : « Allez au village qui est en face ; en y entrant, vous trouverez un ânon attaché que personne n'a jamais monté. Détachez-le et amenez-le.
31Et si quelqu'un vous demande : "Pourquoi le détachez-vous ?" vous répondrez : "Parce que le Seigneur en a besoin." »
32Les envoyés partirent et trouvèrent les choses comme Jésus leur avait dit.
33Comme ils détachaient l'ânon, ses maîtres leur dirent : « Pourquoi détachez-vous cet ânon ? »
34Ils répondirent : « Parce que le Seigneur en a besoin. »
35Ils amenèrent alors la bête à Jésus, puis jetant sur elle leurs vêtements, ils firent monter Jésus  ;
36et à mesure qu'il avançait, ils étendaient leurs vêtements sur la route.
37Déjà il approchait de la descente du mont des Oliviers, quand tous les disciples en masse, remplis de joie, se mirent à louer Dieu à pleine voix pour tous les miracles qu'ils avaient vus.
38Ils disaient : « Béni soit celui qui vient, le roi, au nom du Seigneur ! Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux  ! »
39Quelques Pharisiens, du milieu de la foule, dirent à Jésus : « Maître, reprends tes disciples ! »
40Il répondit : « Je vous le dis : si eux se taisent, ce sont les pierres qui crieront. »
41Quand il approcha de la ville et qu'il l'aperçut, il pleura sur elle.
42Il disait : « Si toi aussi tu avais su, en ce jour, comment trouver la paix... ! Mais hélas ! cela a été caché à tes yeux  !
43Oui, pour toi des jours vont venir où tes ennemis établiront contre toi des ouvrages de siège ; ils t'encercleront et te serreront de toutes parts  ;
44ils t'écraseront, toi et tes enfants au milieu de toi ; et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le temps où tu as été visitée. »
45Puis Jésus entra dans le temple et se mit à chasser ceux qui vendaient.
46Il leur disait : « Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière  ; mais vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »
47Il était chaque jour à enseigner dans le temple. Les grands prêtres et les scribes cherchaient à le faire périr, et aussi les chefs du peuple ;
48mais ils ne trouvaient pas ce qu'ils pourraient faire, car tout le peuple, suspendu à ses lèvres, l'écoutait.
49« C'est un feu que je suis venu apporter sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé !
50C'est un baptême que j'ai à recevoir, et comme cela me pèse jusqu'à ce qu'il soit accompli !
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org