647
Apocryphes chrétiens
1014
Mémoire
1022
Traditions
236
Humann François-Marie
237
Pérès Jacques-Noël
Les Apocryphes chrétiens des premiers siècles. Mémoire et traditions.
2-220-06101-6
Les Apocryphes chrétiens des premiers siècles. Mémoire et traditions.
Recension
 
Approfondir
 
Par François-Marie Humann et Jacques-Noël Pérès (dir.)
 
François-Marie Humann et Jacques-Noël Pérès (dir.)
Les Apocryphes chrétiens des premiers siècles. Mémoire et traditions.

Paris Desclée de Brouwer, 2009, 286 p., 27 €

Le chantier de l’« apocryphité » est très ouvert, tant du point de vue de la recherche, actuellement très féconde, que du point de vue du public, de plus en plus large. Cet excellent ouvrage collectif devrait répondre à nombre de questions sur le sujet. Il propose, à la suite d’un colloque organisé en 2007 à l’Institut catholique de Paris, un premier bilan en forme de dix contributions. Se croisent donc les approches historiques, ecclésiologiques, liturgiques, politiques, théologiques, artistiques, littéraires et exégétiques.

La Lettre de Jésus au roi Abgar est exemplaire, par sa production comme par sa postérité : B. Chevallier-Caseau nous dévoile un de ces textes qui tentent de combler le fait que Jésus n’a pas laissé d’écrits directs. La correspondance légendaire du roi d’Édesse et de Jésus connaît une postérité étonnante, puisque la lettre elle-même devient protectrice de la cité d’Édesse et que ses copies sont chargées d’un pouvoir miraculeux. S’y rajoutent une image miraculeuse du Christ et même un linge portant l’empreinte de son visage.

J.-N. Pérès nous propose, de façon incisive, de replacer la question disputée de la succession apostolique au sein des traditions apocryphes relatives aux apôtres : il en va des inventions d’apôtres mais aussi de leurs champs missionnaires. Il montre comment, à des fins ecclésiologiques, toute une littérature « légitimante » s’est constituée. La liturgie devient elle-même lieu de la transmission d’une tradition apocryphe, ce que s’attache à analyser I.-C. Gazzola à travers le cas de la fête de la présentation de Marie au Temple, liée au Protévangile de Jacques. La narration et la célébration se croisent à maintes reprises au cours de l’histoire. La diversité des traditions est, là aussi, indéniable. La légende syriaque de l’invention de la Croix, élément important de la Doctrine d’Addaï, nous permet, selon I. Jurasz, de comprendre certains aspects politiques et théologiques du développement apocryphe. F. Boespflug étudie de quelle manière l’art religieux chrétien a mis en place, de par son développement, un véritable évangile apocryphe : la réflexion pourrait ouvrir de nouvelles perspectives à l’art contemporain.

Depuis la découverte des manuscrits de Nag Hammadi en 1945, la figure de Thomas émerge. J.-D. Dubois nous en retrace les principaux traits depuis l’évangile et les actes éponymes jusqu’au texte intitulé Thomas l’athlète. P.-H. Poirier se livre à une analyse minutieuse d’un texte gnostique de révélation, La Pensée première à la triple forme, montrant à quel point « apocryphité » et gnosticisme chrétien se sont croisés en plusieurs textes. L’exégèse classique retrouve ses droits dans la comparaison fructueuse faite par M. Berder entre l’enfance de Jésus dans les évangiles canoniques et dans les apocryphes. À la lumière de ces textes, il n’est que plus stimulant de reprendre les étapes de la constitution du canon des Écritures : Y.-M. Blanchard permet d’en retrouver l’unité dans la diversité, mettant en valeur l’apport théologique des textes apocryphes eux-mêmes. En conclusion, F.-M. Humann nous invite à reconsidérer cette littérature multiple, aux contours variés, qui marque incontestablement l’histoire du christianisme ancien et confirme par contraste la valeur et le statut de nos textes canoniques.

Ensemble de contributions de savants, cet ouvrage n’est pas réservé aux savants, bien au contraire. Sa richesse de perspectives permettra à tous ceux et celles qu’intéresse cette littérature de la lire de façon plus stimulante. (H. Giraud)
Niveau de lecture : moyen

 
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org