1029
Manuscrits
401
Qumrân
245
Berthelot Katell
246
Legrand Thierry
99
Paul André
La Bibliothèque de Qumrân. T. 1 : Torah. Genèse.
2-204-08305-8
La Bibliothèque de Qumrân. T. 1 : Torah. Genèse.
Recension
 
Approfondir
 
Par Katell Berthelot, Thierry Legrand et André Paul.
 
La Bibliothèque de Qumrân. T. 1 : Torah. Genèse.
Édition bilingue des manuscrits, à l'initiative d'André Paul, dirigée par Katell Berthelot, Thierry Legrand et André Paul. Texte, traduction, introductions et notes par une équipe internationale de chercheurs francophones. Le Cerf, Paris, 2008, 590 p., 89 €

Les éditions du Cerf ajoutent un beau fleuron à leurs éditions de textes anciens (Bibles, « Sources chrétiennes », « Bible d'Alexandrie », « Œuvres de Philon d'Alexandrie »). Le présent volume ouvre la publication intégrale des fameux manuscrits de la mer Morte, en hébreu ou araméen (voire grec) sur la page de gauche, avec la traduction française largement annotée en page de droite. Cette ambitieuse Bibliothèque de Qumrân devrait se composer au final de neuf volumes qui vont suivre l'ordonnance de la Bible hébraïque : trois volumes comportant les textes en lien avec la Torah, deux donnant ceux liés aux Livres prophétiques, trois sur les autres Écrits, et un dernier intitulé « Synthèse. Index et compléments ». Pour mener à bien cette longue tâche, André Paul - bien connu des lecteurs des Cahiers Évangile pour ses publications sur les écrits intertestamentaires et les manuscrits de la mer Morte - s'est entouré d'une équipe qui a tous les titres nécessaires pour réussir ; la jeunesse de la plupart d'entre eux (entre 30 et 45 ans) est aussi l'assurance que l'œuvre ne s'achèvera pas faute de combattants. Les études qumrâniennes ont de longs jours devant elles !

L'énoncé du plan de la Bibliothèque indique la nouveauté du projet qui, à côté des textes non bibliques souvent traduits, doit intégrer en effet les textes bibliques quand ils diffèrent du texte hébreu reçu (TM). En outre - et c'est surtout ce qui frappera le lecteur - les différents manuscrits ne sont pas classés selon leur genre littéraire ou la grotte où ils furent découverts, mais en fonction de leur lien thématique ou formel avec l'ordonnance de la Bible hébraïque. Les fragments du livre des Jubilés seront ainsi publiés dans le volume sur l'Exode. Quant aux œuvres comportant des prescriptions juridico-religieuses (halakha), elles seront regroupées à la fin du volume 3 qui clôturera la Torah ; ainsi la Règle de la Communauté, l'Écrit de Damas, le Rouleau du Temple, la Lettre halakhique (4QMMT). Avec les « autres Écrits » enfin, se trouveront non seulement des textes sapientiels et liturgiques, mais aussi des textes, tels les horoscopes, qui n'ont aucun lien avec un livre biblique.

Le contenu du premier volume, qui est consacré à la Genèse, permet d'entrer plus avant dans cette Bibliothèque de Qumrân. En tête vient la mention des manuscrits (souvent très fragmentaires) de la Genèse qui ont été découverts à Qumrân (20) et à Massada (1) ; ils ne sont ni reproduits, ni traduits car ils ne diffèrent que de façon minime du TM ; les curieux regretteront que chapitres et versets représentés ne soient pas cités. Puis sont publiés les manuscrits classés selon l'ordre de Gn. Chacun fait l'objet d'une courte introduction. La traduction est accompagnée de notes pour l'essentiel techniques.

Ne pouvant donner ici le détail de tous les manuscrits, signalons ici seulement les blocs d'importance, qui font d'ailleurs l'objet d'une introduction plus développée. Le premier (p. 13 à 151) offre le Livre astronomique d'Hénoch et, surtout, avec une introduction plus longue, le Livre d'Hénoch, un ouvrage dont les 108 chapitres nous sont connus par une traduction éthiopienne qui est reçue comme canonique par l'Église de ce pays ; les fragments de onze manuscrits araméens trouvés dans la grotte 4 attestent la popularité de l'ouvrage, certains datant de la fin du IIIe s. av. J.-C. Seul le « Livre des paraboles », une des cinq parties du Livre d'Hénoch, n'est pas attesté à Qumrân. Un second bloc (p. 153 à 243) est constitué par les fragments du Livre des Géants, dont le point de départ est Gn 6,1-4, texte qui introduit le récit du déluge. Mais, pour le lecteur peu initié aux textes de Qumrân, l'ouvrage le plus accessible est l'Histoire des patriarches (ou Apocryphe de la Genèse). Ce long récit midrachique de vingt-trois colonnes (p. 319 à 385) est une libre réécriture en araméen de Gn 5,28 à 15,4, avec au centre les figures de Noé et d'Abraham. Ce patriarche raconte notamment ce qui arriva, en raison de la beauté de Sara, chez le Pharaon (cf. Gn 12 ; 20) et comment il guérit ce dernier en pratiquant un exorcisme par imposition des mains (il faut lire les lire les colonnes 19-20, aux p. 361-373). Enfin, un quatrième bloc est constitué des manuscrits de la Guénizah du Caire (découverts à la fin du XIXe s.) et des fragments de Qumrân concernant le Document araméen de Lévi (p. 421 à 467), qui pourrait dater du IIIe s. av. J.C. Deux index (sources anciennes ; manuscrits de Qumrân) ainsi qu'une présentation détaillée des dix traducteurs viennent clore le volume (p. 553 à 583).

On referme le T. 1 de la Bibliothèque de Qumrân avec la certitude de posséder un instrument de travail indispensable : une édition de référence tant des textes araméens ou hébreux de Qumrân que de leur traduction française. André Paul et ses collègues souhaitent que leur travail serve à l'appropriation de ces textes anciens « par bien des personnes soucieuses de mieux connaître les racines lointaines de leur culture. » Au lecteur de vérifier que ce but est atteint. (Hugues Cousin)
Niveau de difficulté : exigeant
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org