252
Bible
128
Histoire
244
Liverani Mario
La Bible et l'invention de l'histoire
2-227-47478-9
La Bible et l'invention de l'histoire
Recension
 
Approfondir
 
Par Mario Liverani
 
Mario Liverani
La Bible et l'invention de l'histoire
Éd. Bayard, Montrouge, 2008, 616 p., 28 €

Oltre la Bibbia. Storia antica di Israele : « Au-delà de la Bible, Histoire ancienne d'Israël » : le titre italien de l'ouvrage de M. Liverani, professeur d'histoire de l'Orient Ancien à l'université Sapienza de Rome est sans doute plus représentatif de son projet que le titre français.

Dans la première partie du livre (p. 63-270), le texte biblique est sollicité au même titre que d'autres sources documentaires et archéologiques pour restituer les grands « tournants » historiques de la période s'étendant du XIVe siècle avant notre ère à la conquête babylonienne : l'effondrement de la civilisation urbaine qui s'était constituée sur le territoire « cananéen » survient au moment où émergent de nouveaux groupes, d'origine tribale, dont la sédentarisation sur les hautes terres va conduire progressivement à la constitution de nouvelles entités politiques, de taille modeste : Israël d'abord (930-740), puis Juda, et, en Transjordanie, Ammon et Moab. Ces états, hormis Juda, ne survivent pas à l'expansion assyrienne, et à son corollaire, la déportation (p. 199-209). Si l'intermède entre l'expansion assyrienne et l'expansion babylonienne permet en Juda la réforme religieuse de Josias, le choc provoqué par l'expansion babylonienne conduit à la fin du système monarchique.

La deuxième partie de l'ouvrage (intermezzo, p. 275-335) montre comment l'événement de l'exil porte en germe les débats théologiques et les conflits d'identité de la période post-exilique. Car, pour M.L. l'historiographie biblique reflète essentiellement les préoccupations de l'époque perse (troisième partie : p. 339-507) et la réflexion des différents groupes qui, par la médiation de récits historiques, cherchent à exprimer et à définir leur identité théologique dans ce contexte nouveau. Le propos ne doit pas déconcerter, car il reflète les intuitions et les données de la recherche exégétique contemporaine : des traditions narratives anciennes sont relues, réinterprétées, complétées et réécrites au sein de compositions littéraires post-exiliques. Plus que d'une « invention » de l'histoire, il s'agit d'une « mise en récit » d'une réflexion théologique reflétant des prises de position diversifiées et cherchant à répondre aux défis de l'époque : la question de l'identité et des frontières de la communauté, celle de son organisation politique et religieuse, la question des relations entre les exilés et les autres groupes, etc... Ici, des références plus systématiques aux hypothèses concernant l'histoire de la composition littéraire du Pentateuque et de l'Ennéateuque, à la période post-exilique, auraient sans doute aidé le lecteur à mieux appréhender le lien entre critique historique et critique littéraire.

Le lecteur trouvera cependant dans l'ouvrage de M.L. une information riche,  présentée avec rigueur, résultant d'un travail critique et faisant droit à l'apport des travaux épigraphiques et archéologiques les plus récents. Une bibliographie détaillée offre de nombreuses pistes de recherche pour ceux qui souhaitent continuer l'étude après la lecture d'un livre qui n'est pas réservé aux spécialistes, et qui sera sans doute utilisé comme manuel de référence dans son domaine. Notons enfin que l'absence de documentation cartographique rend parfois nécessaire l'usage d'un atlas. (Olivier Artus)
Niveau de difficulté : moyen
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org