1053
Luc-Actes
1052
Venue de Jésus
58
Gerber Daniel
« Il vous est né un Sauveur ». La construction du sens sotériologique de la venue de Jésus en Luc-Actes
2-8309-1243-2
« Il vous est né un Sauveur ». La construction du sens sotériologique de la venue de Jésus en Luc-Actes
Recension
 
Approfondir
 
Par Daniel Gerber
 
Daniel Gerber
« Il vous est né un Sauveur ». La construction du sens sotériologique de la venue de Jésus en Luc-Actes
Préface de D. Marguerat. « Le Monde de la Bible » 58, Labor et Fides, Genève, 2008, 294 p., 30 €

Daniel Gerber (D.G.), professeur à la Faculté de Théologie Protestante de Strasbourg et auteur de nombreux travaux sur l'œuvre de Luc, nous livre ici un ouvrage important par son caractère synthétique et par la méthode employée. Comme l'indique son sous-titre, il s'intéresse à la manière dont l'auteur de Luc-Actes propose à son lecteur une présentation organisée et cohérente de la venue de Jésus de Nazareth comme événement de salut, prenant sens dans le cadre d'un projet divin concernant Israël et l'humanité entière.

Dans son introduction, D.G. mentionne le débat, parfois très vif, qui s'est engagé entre exégètes sur la place à accorder à la croix dans la présentation du salut dans l'œuvre de Luc. On a souvent traité le problème sous forme d'alternative entre « théologie de la croix » et « théologie de la gloire ». L'hypothèse exposée et argumentée tout au long de cet ouvrage est que la thématique du salut dans Luc-Actes ne se concentre pas uniquement sur la mort et la résurrection de Jésus. Elle se déploie de manière très large à travers l'ensemble de sa vie, notamment par des traits liés à ce qu'on peut désigner comme sa « venue » : naissance, entrée en scène et activité publique. En conformité avec le fait que l'œuvre à Théophile se présente comme un « récit ordonné », D.G. privilégie dans son étude les outils offerts par l'analyse narrative, sans exclure des considérations sur l'insertion du texte dans l'histoire.

La démarche de l'ouvrage suit une progression logique qui prend en compte la lecture suivie du récit de Luc. Elle se décline en quatre étapes. La première partie, consacrée à Lc 1-2, est intitulée : « l'événement initial ». L'attention se porte sur le « faire de Dieu » et souligne les dimensions christologiques de ces deux chapitres. Dans la section suivante, qui traite de Lc 3-24 (« l'événement en action »), l'auteur passe en revue un certain nombre de péricopes qui font appel à différents vocables liés au thème de la venue de Jésus. Sont examinés successivement les témoignages fournis par Jean-Baptiste, par Jésus lui-même, puis par d'autres acteurs. La troisième partie consiste en une lecture des Actes : « l'événement proclamé ». L'essentiel de cette section porte sur les discours d'annonce d'Ac 2-13. Au terme du parcours, la dernière partie recueille les observations effectuées et les regroupe dans une reprise synthétique : « L'importance de la venue de Jésus dans le dessein sotériologique de Dieu ». Une brève conclusion met en valeur l'aspect cohérent et délibéré de l'accentuation sotériologique du récit de Luc. D.G. signale lui-même deux prolongements possibles de son enquête : l'étude du lien entre la venue de Jésus et la suite de sa destinée jusqu'à la parousie ; le repérage de cette même thématique dans l'ensemble du N.T.

Nous disposons là d'un ouvrage de grande qualité, à conseiller à toutes les personnes qui veulent lire de manière précise et rigoureuse l'œuvre de Luc. La présentation et la rédaction sont soignées, bénéficiant de l'expérience pédagogique de l'auteur. Précisons qu'il recourt régulièrement à des citations en grec, en prenant la peine de fournir les références, ce qui permet au lecteur non familier avec cette langue de trouver des points de repère. La préface, très laudative, de D. Marguerat aide à situer ce travail dans l'histoire récente de l'exégèse de Luc. Parmi les heureuses formules de ces pages de présentation, je citerais volontiers la phrase suivante (p. 10) qui a l'avantage de faire saisir en quelques mots l'originalité de la perspective de Luc : « Si Marc écrit un évangile où la vie de Jésus est une longue annonce du sens de sa mort, Luc écrit une œuvre où la mort de Jésus est l'aboutissement d'une vie qui produit le salut. » (Michel Berder)
Niveau de difficulté : moyen
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org