398
Jésus
1057
Médecin
1058
Thaumaturge
269
Dulaey Martine
Symboles des Évangiles (Ier - VIe siècles). « Le Christ médecin et thaumaturge »
2-253-12255-5
Symboles des Évangiles (Ier - VIe siècles). « Le Christ médecin et thaumaturge ».
Recension
 
Commencer
 
Par Martine Dulaey
 
Martine Dulaey
Symboles des Évangiles (Ier - VIe siècles). « Le Christ médecin et thaumaturge ».
« Références » 613, Le Livre de Poche, Paris, 2007, 320 p., 8 €

Martine Dulaey (M.D.), directeur à l'École Pratique des Hautes Études (section des sciences religieuses) et spécialiste de Saint Augustin, avait publié, en 2001, dans la même collection économique un inédit : « Des forêts de symboles ». L'initiation chrétienne et la Bible (Ier - VIe siècles). Le volume qui vient de paraître procède de la même démarche : introduire aux grands thèmes de la foi chrétienne à travers les interprétations symboliques écrites et imagées des premiers siècles, sachant leur fécondité intellectuelle et artistique. M.D. agit ainsi en historienne mais aussi en pédagogue, soucieuse de rappeler les racines religieuses de la culture occidentale.

L'allégorie antique n'aurait pu se développer sans la puissance visuelle de certains récits bibliques. Dans son premier ouvrage, M.D. recueillait les images les plus connues : Jonas, le rocher de Moïse, le sacrifice d'Abraham, Daniel dans la fosse aux lions, Noé, Adam et Ève, Lot et sa femme, David et Goliath. Présentes en particulier dans l'art funéraire, elles sont pour nous un bon exemple de la lecture « typologique » des Anciens qui, dans les récits de l'A.T., discernaient le modèle en creux du salut divin accompli en Jésus le Christ. Le catalogue raisonné établi par M.D. était étayé par de courtes citations allant en gros de Clément de Rome (Ier siècle) à Isidore de Séville (VIIe siècle).

Un seul chapitre intriguait, celui consacré au « bon pasteur », image issue des évangiles. Les chrétiens reprenaient là un symbole païen (Orphée) mais sans jouer de l'allégorie. Le symbole du bon pasteur n'aurait pas détonné dans le volume paru en 2007, plus original, axé sur Jésus médecin. C'est en effet la compassion pour des foules « sans berger » qui enclenche un long enseignement puis la multiplication des pains (Mt 14,14). Pains multipliés, vin de Cana, guérisons de paralytiques et d'aveugles, résurrections : pour les liens entre santé et salut et, d'une autre manière, entre lettre et esprit, physique et spirituel, il y a là une mine ! La figure de la Samaritaine s'y raccroche par la thématique du don de la vie. Par contre, il est moins facile, même sous le titre « Emmanuel, ‘Dieu-avec-nous' » de justifier dans ce cadre la présence de la Nativité et de l'Adoration des mages (chap. 1).

À la fin d'un C.E. où il a été question de la résurrection de Lazare, lisons les p. 153 à 178. M.D. commence par présenter non le texte-source en son entier mais le passage qui, selon elle, a été le plus souvent commenté : Jn 11,32-44. Son étude comprend alors sept titres : Lazare, gage et image de la résurrection / La r. de Lazare, figure du baptême / R. de Lazare et réconciliation des pénitents / « Lazare, sors ! » / « Dégagez-le et laissez-le aller » / La r. de Lazare et la vie spirituelle / La r. de Lazare dans l'iconographie. Sous chacun des six premiers titres, sont classées quelques idées-forces témoignant de la puissance symbolique de l'épisode (là un résumé de l'opinion de tel Père, ici une brève citation de tel autre). Le dernier titre décrit plusieurs images (sarcophages, peintures, mosaïques mais l'illustration est réduite à trois vignettes) dont la symbolique est étayée par de nouvelles citations patristiques. Au final, on a une présentation analytique qui paraît exhaustive (mais que sont devenues Marthe et Marie ?). Certains préféreront des dossiers plus anthologiques (comme les Suppléments aux C.E. - non cités en bibliographie, malgré les numéros sur Les bergers et les mages, Cana, la Samaritaine). En effet, l'accumulation des citations brèves empêche de bien saisir le cheminement de la pensée des auteurs invoqués. Quoiqu'il en soit, nous avons là un excellent répertoire, bourré d'informations de première main. Il se consulte plus qu'il ne se lit et, vu son petit prix, il fera le bonheur des étudiants intéressés par la réception des textes bibliques ou l'histoire de l'art. (Gérard Billon)
Niveau de difficulté : aisé
 
Monastère Ste Catherine, Sinaï.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org