252
Bible
1042
Regards croisés
Regards croisés sur la Bible. Études sur le point de vue
2-204-08421-5
Regards croisés sur la Bible. Études sur le point de vue
Recension
 
Approfondir
 
RRENAB (Réseau de recherche en narrativité biblique)
 
RRENAB
Regards croisés sur la Bible. Études sur le point de vue
(Actes du IIIe colloque international du Réseau de recherche en narrativité biblique, juin 2006)
Paris, Le Cerf, « Lectio Divina » hors série, 2007, 480 p., 42 €

Différentes perspectives entrent en jeu dans le récit, se distinguent, s'opposent en contraste, s'articulent, convergent. Il s'agit de ce que les études récentes en narrativité appellent « le point de vue ». Point de vue des personnages du récit, mais aussi point de vue du narrateur : les uns et les autres sont maintenant plus facilement repérables, grâce aux études théoriques, notamment celles, en France, d'Alain Rabatel. Cet aspect de l'analyse narrative, à côté de l'étude de l'intrigue ou de la caractérisation des personnages, entre maintenant dans le champ des études bibliques, ce dont le colloque du RRENAB, qui s'est tenu à Paris en juin 2006, a voulu rendre compte.

Un colloque du RRENAB est construit sur un parcours de quelques grandes conférences et sur un travail des participants en « séminaires ». Une première grande conférence fut donnée par Alain Rabatel (CNRS), qui, après des indications théoriques, analyse le récit du combat entre David et Goliath, en 1 S 17, et met en évidence les points de vue en jeu dans la narration. Le rôle informationnel des perceptions est ainsi mis en avant, lesquelles perceptions (« point de vue ») doivent être analysées dans leur rapport avec les paroles et les actions. Rabatel termine la conférence en discutant les positions de M. Sternberg sur le narrateur biblique omniscient : la représentation des rapports entre l'homme et Dieu joue sur une tension entre transcendance et dépassement de soi.

Dans la seconde conférence, John Darr (Boston College), a élargi la question du point de vue en faisant valoir, à propos de l'éthique de l'Évangile de Luc, le poids du contexte socio-culturel du lecteur dans l'interprétation des récits ; on notera une intéressante discussion, avec R. C. Tannehill, sur l'interprétation du personnage des pharisiens dans le troisième évangile.

Jean-Pierre Sonnet (Bruxelles) a donné la troisième grande conférence sur « Les aspects narratifs et théologiques du point de vue dans la Bible hébraïque ». Lecteur assidu de M. Sternberg, il discute en quelque sorte avec A. Rabatel en ce qui concerne le point de vue de Dieu et celui du narrateur, tel qu'ils sont mis en place au début de la Genèse et se prolongent dans la tradition narrative biblique. Ce qui caractérise le récit biblique, c'est en premier lieu la différentiation des points de vue, mais aussi l'intrigue de leur possible convergence.

Il est difficile de rendre compte de l'ensemble des dix séminaires du colloque, dont les interventions - plus courtes - sont réunies dans le volume. La richesse de ces apports est remarquable, on y glanera, selon son intérêt, des remarques ou des analyses qui témoignent de la fécondité de l'approche narrative. Donnons seulement trois exemples : Claire Clivaz (Lausanne) explicite l'énigmatique « Incroyants de joie » en Lc 24,41, Élian Cuvillier (Montpellier) suit « Le personnage de Judas dans l'évangile de Mathieu », André Wénin (Louvain) s'intéresse aux « personnages secondaires en Gn 12-50 ». Il y aurait bien d'autres apports à citer. Et notamment, les exposés ou les séminaires qui ont travaillé aux « marges » de la Bible, mais toujours selon la question du point de vue : ainsi celui sur « Point de vue et réécriture », avec la contribution de Vincent Sénéchal (ICP) sur Lv 10 ; ou le séminaire sur « Bible, littérature et mystique », avec l'exposé de Patrick Goujon (Centre Sèvres) sur les citations bibliques chez Jean-Joseph Surin.

L'ensemble présente un caractère technique assez marqué, certes. Au-delà de cette difficulté, la manière très ouverte d'aborder la question du point de vue au sein de l'approche narrative, la grande qualité des réflexions et la richesse des lectures de textes permettront au lecteur de cet ouvrage d'acquérir une plus grande sensibilité au style des écrits bibliques. Ce qui est sans prix. (Jean-Marie Carrière)
Niveau de difficulté : exigeant
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org