1382
Emmanuel
570
Evangile de Matthieu
580
Isaïe
8
Debergé Pierre
"Ils l'appelleront Emmanuel "
Théologie
 
Commencer
 
La citation d'Isaïe 7,14 occupe une place centrale au début de l'Évangile de Matthieu...
 
La citation d'Isaïe 7,14 occupe une place centrale au début de l'Évangile de Matthieu. Cependant elle a subi des modifications… qui sont particulièrement révélatrices de la théologie de Matthieu.


Dès le début de l'évangile, l'ange Gabriel annonce à Joseph qu'il ne doit pas craindre de prendre chez lui Marie, son épouse, car "ce qui a été engendré en elle vient de l'Esprit Saint" ; et il ajoute : "Elle enfantera un fils auquel tu donneras le nom de Jésus, car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés" (Mt 1,20-21). A son réveil, précise Matthieu, "Joseph fit ce que l'Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse, mais il ne la connut pas jusqu'à ce qu'elle eût enfanté un fils auquel il donna le nom de Jésus" (v.24).

Cette annonce ne poserait aucun problème si l'évangéliste Matthieu n'avait introduit entre ces deux passages la citation d'Isaïe commentant l'annonce que l'ange vient de faire à Joseph : "Tout cela arriva afin que s'accomplisse ce que le Seigneur avait dit par le prophète : Voici que la vierge concevra un fils auquel ils donneront le nom d'Emmanuel, ce qui se traduit : Dieu avec nous (vv.22-23).

 Jésus ou l'Emmanuel ?

C'est la première question que l'on se pose : alors que Joseph donne à l'enfant le nom de Jésus (qui veut dire "Seigneur, sauve ! "), pourquoi Matthieu éprouve-t-il le besoin d'évoquer en plus le nom d' "Emmanuel, Dieu avec nous" ?

La réponse est sans doute à chercher dans la communauté à laquelle il s'adresse : une communauté de Juifs et de païens qui a souffert de la séparation avec le judaïsme. Matthieu la conforte dans sa foi en lui montrant que Jésus est héritier de la promesse de Dieu. D'abord, puisque c'est Joseph, issu de la lignée davidique, qui donne à Jésus un nom, celui-ci est indiscutablement "fils de David". Ensuite, grâce à la prophétie d'Isaïe, il devient clair que la naissance de Jésus, et plus particulièrement sa conception virginale, accomplissent les Écritures.

Cependant, le nom de Jésus, "sauveur de son peuple" (v.21), aurait pu donner l'impression que la promesse de Dieu était limitée au seul lignage de David. En le désignant comme "Emmanuel", Matthieu indique aussi que le salut apporté par Jésus a une dimension universelle. En Jésus, Dieu est avec nous, mais ce "nous" comprend des Juifs et des païens, comme dans l'Église.

"Tu l'appelleras…" ou "ils l'appelleront…" ?

C'est la deuxième question que se pose le lecteur de ces quelques versets (20-24) : alors que l'ange avait indiqué à Joseph que c'est lui, Joseph, qui donnerait à Jésus son nom, pourquoi la citation d'Isaïe – revue et corrigée par Matthieu (cf. encadré) – annonce-t-elle "qu'ils (lui) donneront le nom d'Emmanuel" (v.23) ?

Ici aussi la réponse est à chercher dans l'ensemble de l'évangile de Matthieu où la non-reconnaissance de Jésus par les siens coïncide avec sa reconnaissance par les païens. Présent dès le début, avec l'épisode des mages, ce thème trouve son accomplissement à la fin de l'Évangile, lorsque, Ressuscité, Jésus – qui a été rejeté par les siens – envoie les Onze "faire de toutes les nations des disciples" (28,19).

Différemment du nom qui lui a été donné par Joseph, la désignation de Jésus comme "Emmanuel, Dieu avec nous" semble donc, pour Matthieu, ne pouvoir venir que des croyants qui reconnaîtront en lui la présence de Dieu et le messager d'un salut pour tous. C'est vraisemblablement le sens du pluriel et du futur qui ponctuent la citation d'Isaïe : "ils l'appelleront Emmanuel".

Avec nous et avec vous

C'est une autre caractéristique de la présentation de Matthieu : à la désignation de Jésus comme "Emmanuel, Dieu avec nous", correspond, à la fin de l'évangile, la promesse du Ressuscité aux Onze qu'il envoie en mission : "Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps" (Mt 28,20). Cette promesse s'appuie sur sa Seigneurie : "Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc… "

Au début de son évangile, Matthieu avait laissé sous-entendre que l'ouverture aux nations présente dès la naissance de Jésus était conforme au dessein de Dieu. A la fin de l'évangile, la promesse du Christ à ses disciples révèle un autre aspect de l'Emmanuel : "Dieu avec nous", il est désormais le Seigneur de l'univers qui accompagne, tout au long de leur mission d'évangélisation, ceux qui l'ont reconnu et ont été baptisés dans sa mort et sa résurrection.

En même temps qu'il traduit la manière dont Dieu, en Jésus-Christ, s'est révélé à tous les hommes pour leur apporter le salut, le titre "Emmanuel" traduit donc également la façon dont le Ressuscité accompagne aujourd'hui l'Église. Aussi peut-on dire que l'évangile de Matthieu "se déploie entre un 'Dieu avec nous' qui l'inaugure et un “Jésus avec nous” qui le conclut sans pour autant le fermer" (Michel Quesnel). En ce sens, Jésus est bien l'Emmanuel qui accomplit pleinement le dessein de Dieu.


© SBEV. Pierre Debergé


 
Is 7,14
14Aussi bien le Seigneur vous donnera-t-il lui-même un signe : Voici que la jeune femme est enceinte et enfante un fils et elle lui donnera le nom d'Emmanuel.
Mt 1,22-23
22Tout cela arriva pour que s'accomplisse ce que le Seigneur avait dit par le prophète  :
23Voici que la vierge concevra et enfantera un fils auquel on donnera le nom d'Emmanuel, ce qui se traduit : « Dieu avec nous ».
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org