168
Accomplissement
171
Bonne nouvelle
165
Libération
14
Soupa Anne
"Aujourd'hui, cette parole est accomplie..." (Lc 4,14-30)
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Pour une lecture sainte de Lc 4,14-30
 

Regarder – méditer – prier : nous respectons les trois temps de la "lectio divina" ou lecture sainte afin que méditation et prière, pour ceux et celles qui le souhaitent, s’appuient sur une écoute attentive du texte biblique.  

Regarder

Jésus rentre chez lui, il retourne sur les lieux de son enfance, de cette origine qui, pour chacun de nous, garde sa part de mystère. Souhaite-t-il voir sa prédication en Galilée cautionnée par les témoins de son enfance ? Suivons le texte pour le savoir. Une seule information nous met sur la piste : Jésus se rend à la synagogue, le lieu de l’assemblée et de l’écoute de la Parole de Dieu, la source de toutes les valeurs culturelles de son peuple (v. 16). N’est-ce pas là qu’il retrouvera sa véritable origine ? N’est-ce pas là qu’il a rendez-vous avec le cœur de son identité ?

Et là, dans un récit totalement ordonné autour de ce que fait Jésus (v.17-21) celui-ci "trouve" le passage de l’Écriture qui définit son "programme". Lisons d’une traite jusqu’au verset 21 qui donne la clé à notre question : "aujourd’hui, cette écriture est accomplie". Nous y reviendrons, car cette phrase contient toute la méditation à venir.

Observons comment le récit, maintenant, prend un tour plus conflictuel (v.22-29) : L’unique commentaire des auditeurs de Jésus y suffit : "N’est-ce pas là le fils de Joseph ?" Ces hommes n’ont-ils rien d’autre à dire de Jésus ? Ils ne le définissent que par la référence à son père, comme on le ferait d’un tout petit. La réaction de Jésus est vive : Il secoue l’image fixiste que ces gens portent sur lui. Il les agresse, il les discrédite : comme il est difficile de savoir changer son regard quand on ne bouge pas !

Enfin, souverain dans sa liberté, Jésus déjoue les pièges que la colère leur avait fait dresser : il passe au milieu d’eux, et va son chemin, plus loin, ailleurs (v.30) …

Méditer

Nous, aujourd’hui, savons que seul Jésus pouvait dire "aujourd’hui cette écriture est accomplie", car il est l’envoyé de Dieu et tient sa mission de son Père. Pour nous qui méditons et prions sur ce texte, la Bonne Nouvelle de sa venue est d’une inépuisable richesse. Certains ont pu dire que ce passage était une "auto révélation" de Jésus.

La façon dont Jésus procède est aussi source de réflexion. Il retrouve sa propre histoire en s’émerveillant de l’accomplissement de Dieu à l’œuvre. Il accueille l’aujourd’hui de Dieu. Ni captif de sa famille ni aveuglé par son passé, Jésus sait voir la bonne nouvelle et l’annoncer. Et quel est le geste qui lui permet cela ? C’est "l’accueil", mot prononcé à deux reprises, comme "mot-programme" du Seigneur, et sous forme de reproche aux gens de la synagogue : "Aucun prophète ne trouve accueil en son pays". Jésus, lui, est disponible, les yeux prêts au changement, le cœur ouvert à l’appel de ceux qui souffrent, ses frères, exclus, captifs ou aveugles, qu’ils soient proches ou lointains.

Même si Jésus seul accomplit l’Écriture, un peu de son audace nous est cependant offert "pour vous qui l’entendez", selon sa parole (v.21). À chacun de nous aussi, donc, de lire l’aujourd’hui de Dieu dans nos vies, et de savoir en quels lieux, en quelle mission l’Écriture nous appelle. De quels aveuglements, de quelles rigidités du regard peut-être, Jésus cherche-t-il à nous délivrer ? Vers quelle inimaginable liberté peut-il nous conduire ?

Prier

Seigneur, ouvre nos yeux, afin qu’ils voient l’aujourd’hui que tu nous offres:

”Aujourd’hui, dans nos ténèbres, le Christ a lui.
Pour ouvrir les yeux des hommes qui vont dans la nuit.
L’univers est baigné de sa lumière."
(Didier Rimaud)


© SBEV. Anne Soupa.

 
Lc 4,14-30
14Alors Jésus, avec la puissance de l'Esprit, revint en Galilée, et sa renommée se répandit dans toute la région.
15Il enseignait dans leurs synagogues et tous disaient sa gloire.
16Il vint à Nazara où il avait été élevé. Il entra suivant sa coutume le jour du sabbat dans la synagogue, et il se leva pour faire la lecture.
17On lui donna le livre du prophète Esaïe, et en le déroulant il trouva le passage où il était écrit :
18L'Esprit du Seigneur est sur moi parce qu'il m'a conféré l'onction pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté,
19proclamer une année d'accueil par le Seigneur.
20Il roula le livre, le rendit au servant et s'assit ; tous dans la synagogue avaient les yeux fixés sur lui.
21Alors il commença à leur dire : « Aujourd'hui, cette écriture est accomplie pour vous qui l'entendez. »
22Tous lui rendaient témoignage ; ils s'étonnaient du message de la grâce qui sortait de sa bouche, et ils disaient : « N'est-ce pas là le fils de Joseph  ? »
23Alors il leur dit : « Sûrement vous allez me citer ce dicton : "Médecin, guéris-toi toi-même." Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm, fais-en donc autant ici dans ta patrie. »
24Et il ajouta : « Oui, je vous le déclare, aucun prophète ne trouve accueil dans sa patrie.
25En toute vérité, je vous le déclare, il y avait beaucoup de veuves en Israël aux jours d'Elie, quand le ciel fut fermé trois ans et six mois et que survint une grande famine sur tout le pays ;
26pourtant ce ne fut à aucune d'entre elles qu'Elie fut envoyé, mais bien dans le pays de Sidon, à une veuve de Sarepta.
27Il y avait beaucoup de lépreux en Israël au temps du prophète Elisée ; pourtant aucun d'entre eux ne fut purifié, mais bien Naamân le Syrien. »
28Tous furent remplis de colère, dans la synagogue, en entendant ces paroles.
29Ils se levèrent, le jetèrent hors de la ville et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline sur laquelle était bâtie leur ville, pour le précipiter en bas.
30Mais lui, passant au milieu d'eux, alla son chemin.
Lc 4,14-30
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org