401
Qumrân
859
Rouleau de cuivre
855
Rouleaux de la Mer Morte
144
Duhaime Jean
Des trésors cachés ? Le Rouleau de cuivre
Gros plan sur
 
Approfondir
 
En 1952, l'équipe d'archéologues de Qoumrân découvrit deux rouleaux de cuivre déposés sur le sol de la grotte 3...
 

En 1952, l’équipe d’archéologues de Qoumrân découvrit deux rouleaux de cuivre déposés sur le sol de la grotte 3, à proximité de fragments de jarres et de manuscrits. Ces deux rouleaux constituaient à l’origine un seul et même document que l’on désigna sous le nom de Rouleau de cuivre (3Q15). Très vite, ce document, actuellement conservé au musée jordanien d’Amman, se révéla exceptionnel par sa nature, son contenu et sa langue.

À l’époque de sa découverte, l’oxydation du cuivre avait rendu le déroulement du rouleau si difficile qu’il fallut le découper en 23 lamelles pour pouvoir lire le texte. Cette opération délicate, réalisée en 1955-1956 à Manchester, fut suivie d’une édition officielle en 1962. Quarante années plus tard, une nouvelle édition scientifique fut réalisée, sur la base d’une radiographie complète des fragments et d’un moulage qui permet désormais de visualiser l’ensemble du rouleau à plat.

Sur trois longues et fines plaques de cuivre (env. 2,3 mètres de long, 28 à 30 cm de large), rivetées les unes aux autres, ce rouleau transmet une liste de cachettes et de trésors : argent, or, monnaies, ustensiles divers, vêtements sacerdotaux, livres, etc. Les douze colonnes de texte sont gravées dans une forme ancienne de l’hébreu utilisé dans la Michnah qui témoigne de l’évolution significative de la langue hébraïque au tournant de notre ère. Cette inscription sur un matériau noble (du cuivre pratiquement pur) devait permettre la conservation à long terme du document. La mauvaise qualité de l’écriture, due au travail d’un artisan sans doute peu lettré et pressé par le temps, et la présence de quelques lettres grecques accolées au texte hébreu compliquent le déchiffrement et la compréhension de ce rouleau ; celui-ci garde donc une certaine part de mystère.

3Q15 présente une liste d’une soixantaine de lieux de dépôt. Les notices, souvent très succinctes, sont généralement construites sur un même modèle indiquant le lieu de dépôt (fosse, tombeau, grotte, canal, un nom de localité, etc.), quelques précisions supplémentaires sur sa localisation (à l’ouverture, à une hauteur de, au nord, à x coudées, etc.) et le contenu de la cachette ainsi que sa quantité (poids, nombre en toutes lettres ou sous forme de signes). La plupart de ces cachettes contiennent une grande quantité de métal précieux, or ou argent, conservée dans des récipients divers (vases, marmites, etc.). La valeur exacte des unités de mesure utilisées à l’époque (talent, karch, mines, etc.) n’est pas facile à préciser, mais d’après les chiffres indiqués, on constate l’importance du trésor des commanditaires du Rouleau de cuivre, qui disposaient de plusieurs dizaines de tonnes de métal précieux.

Voici deux notices représentatives du contenu du rouleau.

31a  3Q15 I 1-4 ; VI,1-6

(I 1) Dans la ruine qui (se trouve) dans la vallée d’Achor, sous (2) les marches qui vont vers l’est, (à une distance de) (3) quarante coudées d’une demie brique : un coffre d’argent et ses vases, (4) d’un poids de dix-sept talents – ΚΕΝ*.

(VI 1) [Dans] le caveau du pilier qui a deux (2) ouvertures, orientées à l’est, (3) à l’ouverture nord, enfouie (à) (4) trois coudées, (il y a) là une urne (5) dans laquelle (il y a) un livre ; dessous (6) quarante-deux k.a.*

La vallée d’Achor (I 4) se situe au sud ou au sud-ouest de Jéricho. D’après É. Puech, l’ensemble des lieux de dépôt sont d’ailleurs situés en Palestine. Ces sites sont dispersés en Judée, à Jérusalem (jamais mentionnée par son nom) et à proximité, dans les environs de Qoumrân (Sokokah) et de Jéricho. Le Rouleau de cuivre mentionne aussi le mont Garizim, Beth-Shéam et Bezek. Mais la localisation précise de certains de ces lieux fait toujours débat. Ils correspondent peut-être à des localités dans lesquelles vivaient des sympathisants de la communauté essénienne. Ce serait le cas notamment pour Bezek et surtout pour Kohlit, mentionné cinq fois dans le rouleau : il devait s’agir d’une localité importante pour le groupe qui disposait de ces richesses.

Les lettres grecques qui apparaissent ici et là après des sommes d’argent, à la fin d’une ligne, indiquent peut-être le début du nom du responsable d’un dépôt. On peut supposer, par exemple, que les lettres KEN (I 4) forment le début des noms propres Kenedaios, Kenadios ou Kenezos, etc. Ces groupes de lettres apparaissent à sept reprises, uniquement sur la première feuille de cuivre, pour les colonnes I à IV.

Quelques notices évoquent plus clairement des dépôts à contenu religieux, tels que le produit des offrandes (III 3.9 ; V 7), la dîme et des objets consacrés.

© Jean Duhaime et Thierry Legrand, SBEV / Éd. du Cerf, Supplément au Cahier Évangile n° 152 (juin 2010), "Les rouleaux de la mer Morte", p. 104-106.

 
Jérusalem: l'esplanade des mosquées
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org