Lectures du dimanche

LITURGIE CATHOLIQUE

Retrouvez les commentaires bibliques des textes liturgiques des dimanches, réalisés par notre Service, en partenariat avec les Fiches Dominicales.

Vidéo actu
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org

Vidéo

Voyages bibliques
Nous proposons des voyages sur les terres de la Bible, ainsi que des images et des cartes des pays de la Bible.
A la une


Les fêtes juives d'automne

Roch Hachana (10 septembre 2018) ouvre le début de l'année juive, et dure dix jours, les « dix jours austères » qui conduit jusqu’à Yom Kippour (19 septembre 2018), le jour du Grand Pardon. Pendant ces dix jours, chacun est invité à faire « techouva » c’est-à-dire un retour vers le frère, vers Dieu et vers soi -même.

Le Jour de l'an : Rosh hashana
La fête de Roch Hachana, littéralement « tête de l’année », est la fête du Nouvel An et marque le commencement de l’année religieuse. On se souhaite une « bonne année » (chana tova), douce comme la pomme trempée dans le miel.
Avant l'exil, l'année commençait à l'automne. Mais quand elle commença au printemps, on continua de solenniser l'ancien Jour de l'an, le 1er tishri. Seuls quelques textes tardifs du Pentateuque en parlent : « Le 7e mois, le 1er du mois, c'est pour vous un repos sabbatique, un mémorial d'acclamation, une réunion sacrée » (Lv 23,24); « c'est un jour d'acclamation » (Nb 29,1).
Les sonneries de shofar (corne de bélier, cf. photo ci-dessous) sont caractéristiques de cette fête qui célèbre la royauté de Dieu sur la création et sur Israël. Peut-être est-ce le reste d'une fête de Yahvé-Roi dont semblent parler certains textes, notamment des Psaumes. Ce jour-là, on chante : « Heureux le peuple qui sait t'acclamer, Seigneur; il marchera à la lumière de ta Face » (Ps 89,16) et on lit l'annonce d'une nouvelle alliance dans les cœurs (Jr 31,31-34). Cette fête ouvre les dix jours de pénitence pendant lesquels Israël se prépare au grand Pardon.


Le Jour du Pardon : Kippour
Yom Kippour est le jour de la repentance, considéré comme étant le jour le plus saint et le plus solennel de l’année juive. Son thème central est le pardon et la réconciliation.La fête de Kippour, 10 jours après le Nouvel An, est attestée dans la Bible à une date récente seulement, après la réforme d'Esdras (Lv 23,27-32). Le verbe kippèr signifie effacer, expier. C'est la fête du Pardon, jour de pénitence et de joie à la fois. On doit jeûner totalement pendant 24 heures, mais on prie en habits de fête blancs.
Le rituel de Lv 16 décrit deux sacrifices : un taureau est offert pour les péchés des prêtres et un bouc pour ceux du peuple. Le grand prêtre asperge de leur sang l'autel des sacrifices et aussi le Saint des Saints; c'est le seul jour de l'année où il y pénètre à deux reprises. Parce que le sang est la vie, ce rite obtient de Dieu le pardon (cf Lv 17,11).
Kippour est « jour de grande joie pour Dieu », dans la tradition juive, puisque ce jour-là il voit les hommes se détourner de leurs fautes et revenir à lui. La longue liturgie synagogale consiste en confessions des péchés et en louanges de la miséricorde divine.
Le Talmud rappelle que Dieu ne pardonne les péchés envers autrui que si d'abord on s'est réconcilié, ou si du moins on a essayé de le faire. L'auteur de l'épître aux Hébreux compare le sacrifice de Jésus aux sacrifices de taureaux et de boucs de Kippour, qui existaient encore de son temps (He 9-10)


 

INFORMATIONS
Le Service Biblique catholique "Evangile et Vie" (SBEV) a changé d'adresse.  Si vous souhaitez nous écrire par voie postale, par exemple pour commander un Cahier Evangile, les nouvelles coordonnées sont les suivantes:
SBEV - 25 rue Gandon - 75 013 Paris -
T: 0033 (0)1 42 22 03 89 (lundi matin, mardi matin et jeudi après-midi)


 Notre confrère québécois, "Interbible" (www.interbible.org), propose des quizz bibliques. Nous vous en proposons un qui rappelle que le chritianisme (et notamment les fêtes) trouve ses racines sans le judaïsme.   ICI


Savez-vous que les FICHES DOMINICALES vous proposent les commentaires des textes bibliques eucharistiques des dimanches et fêtes? Vous en avez des extraits sur cette page, en haut à gauche...


 

 

Cahiers Evangile Suppléments Cahiers Evangile
Un livre à lire

Catherine Vialle
L’arbre
« Ce que la Bible dit sur », Nouvelle Cité, 2016, 123 p., 13 €

Ce livre de la collection dirigée par Bénédicte Draillard invite le lecteur, en ces mois d'été, à arpenter les sentiers de la forêt biblique, guidé par Catherine Vialle (C.V.), professeur d’exégèse à l’Université catholique de Lille. Au cours de l’entretien, on croise le figuier, l’olivier, le chêne, le palmier dattier, le térébinthe, le sycomore, le cèdre du Liban etc. L’énumé­ration signale l’importance du motif dans la Bible, même s’il ne s’agit pas d’une singularité israélite (voir les détours par le Proche-Orient Ancien).(suite)


Niveau de lecture: facile