Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
635
Analyse narrative
3
Billon Gérard
L'analyse narrative : pas toujours évidente, 1
Fiche de travail
 
Commencer
Animer
 
Un exercie d'analyse narrative à partir du récit de Gn 22,1-19
 

Pour être maîtrisées, les étapes de l'analyse narrative demandent des exercices... En voici un à partir du récit de Gn 22,1-19...

Ce texte très célèbre (Gn 22,1-19) est intitulé suivant les Bibles « Sacrifice d’Isaac », « Sacrifice d’Abraham », « Abraham sacrifiant », « l’épreuve d’Abraham », « Ligature d’Isaac »… La variété des titres montre d’emblée que l’interprétation de ce texte n’est pas évidente. Est-ce voulu par la « stratégie narrative » de l’auteur ?

Clôture du récit : de Beer Sheva à Beer Sheva

Il est devenu habituel de considérer le chapitre 22 comme un ensemble. L’action démarre et se termine à Beer Sheva (voir Gn 21, 33-34 et Gn 22, 19). Mais combien de scènes avons-nous ? À première vue, 9, compte tenu des changements de décor, de personnages et d’action :

- une première scène se déroule entre le Seigneur et Abraham (v. 1-2)

- une deuxième décrit le départ (v. 3-4)

- une troisième porte sur la séparation entre Abraham et son fils d’un côté, les serviteurs et l’âne de l’autre (v. 5) 

- une quatrième se concentre sur la marche d’Abraham et d’Isaac à flanc de montagne (v. 6-8) 

- une cinquième se déroule sur la montagne autour de l’autel, avec Abraham et Isaac (v. 9-10)

- une sixième est introduite par l’ange du Seigneur           (v. 11-12)

- une septième décrit le sacrifice du bélier (v. 13-14)

- une huitième raconte une deuxième intervention de l’ange (v. 15-18) 

- et une neuvième, le retour (v. 19).

Or il n’y a que quatre lieux de décor : le campement à Beer Sheva (scènes 1 et 2),  la route vers la montagne (aller : scène 3; retour : scène 9), le flanc de montagne (scène 4) et le lieu du sacrifice (scène 5 à 8).

Peut-être avons-nous tort de trop séparer les scènes entre elles ? Reprenons et modifions le découpage. 

Au campement, il y a d’abord l’ordre du Seigneur      (v. 1-2). C’est la scène 1.

La scène 2 n’est-elle pas constituée par les préparatifs successifs, Abraham prenant puis laissant l’âne et les serviteurs (v. 3-5) ? À cette scène, qui a pour cadre le voyage, ferait pendant le v. 19 (retour, scène 5), toujours avec les serviteurs… mais sans Isaac, du moins explicitement ! 

La scène 3 serait constituée de tout ce qui se passe sur la montagne, aussi bien sur le flanc qu’autour de l’autel. En effet, Abraham et Isaac sont seuls et il est fait mention au début (v. 6) et à la fin (v. 9-10) des « bûches » et du « couteau ». L’enjeu en est les relations entre Abraham, Isaac et l’obéissance à l’ordre du Seigneur. 

Quant à la scène 4, elle serait introduite par le nouveau personnage de l’ange (« Abraham ! Abraham ! », écho redoublé de l’appel initial du Seigneur au v. 1) ; elle se continue jusqu’à la fin de la deuxième parole de l’ange  (v. 18). Cette scène, très longue, est composée de trois moments qui s’enchaînent : ange – bélier – ange ; elle a aussi la particularité de passer sous silence le personnage d’Isaac, silence, qui, on le sait, a beaucoup interrogé les rabbins. 

Alors : 5 ou 9 scènes ? Les deux options se justifient. Pour trancher (mais est-ce vraiment utile ?) peut-être faudra-t-il revenir sur l’intrigue. Peut-on y repérer cinq étapes ? (voir p. 4). Vraisemblablement, mais pour compliquer l’analyse, ces cinq étapes ne correspondent pas vraiment aux 9 ni aux 5 scènes repérées ici. Nous y reviendrons dans le prochain numéro du BIB  ! 

Personnages : les énigmes (entre autres) de Sara et d’Isaac

Personnages : le Seigneur, Abraham, Isaac, l’âne, les serviteurs, l’agneau, l’Ange, le bélier. Et déjà, une chose frappe le lecteur qui a lu l’histoire qui précède : où est Sara, dont le personnage a été si important dans les épisodes précédents ? D’autant qu’elle mourra au début du chap. 23.

Le héros est Abraham : il est de toutes les scènes ! Âne et serviteurs ont un rôle de figuration (à leur utilité pour le voyage s’ajoute une dimension dramatique : par leur présence, ils évitent à Abraham d’être seul avec son fils). Le bélier et, par anticipation, l’agneau évoqué par Isaac sont bien autre chose que des personnages passifs, leur présence (ou non-présence) étant essentielle au déroulement de l’intrigue : on peut les appeler « personnages-ficelle ». 

Isaac est-il un personnage secondaire ? Sans doute pas.  Evoqué dès la première scène, il est l’enjeu du drame, comme le rappellera l’Ange (v. 16). Son absence narrative à partir du v. 11 n’est que plus surprenante. 

Enfin, le Seigneur est le troisième protagoniste de cette histoire. Sa parole la déclenche (v. 1) et la dénoue (v. 11); l’Ange peut être considéré comme l’expression narrative de sa transcendance. Le Seigneur n’est pas un personnage au même plan que les autres et, s’il n’est présent qu’aux vv. 1 et 11-18, son ombre plane tout au long (voir en particulier la parole d’Abraham au v. 8). 

Étant donné les silences et les énigmes du récit, il est difficile de considérer ces trois protagonistes comme des personnages « plats ». Ils ont de l’épaisseur, même (et surtout) si nous ignorons ce qui les fait agir. Le jeu des focalisations (voir p. 4) est ici intéressant à remarquer. 

Dès le v. 1, le lecteur sait que la demande du Seigneur est une « mise à l’épreuve ». Abraham l’ignore. D’où un intérêt pour la lecture : comment et quand va-t-il découvrir ce que nous savons ? Suspense. Au v. 7-8, Abraham pense savoir (et le lecteur avec lui) pourquoi il n’y a pas d’agneau. Isaac l’ignore. Quand le découvrira-t-il ? Suspense. 

Or ces attentes sont déjouées. Nous ne saurons jamais comment Isaac a réagi. Et le narrateur nous cache les débats intérieurs d’Abraham : nous le voyons agir, sans pouvoir pénétrer ses pensées… Nous ne pénétrons pas non plus les pensées d’Isaac – dont la « disparition » narrative au v. 11 épaissit le mystère. Et si nous savons bien que toute cette histoire est une mise à l’épreuve (v. 1), nous ignorons pourquoi le Seigneur l’a voulue. Nous ne le saurons, en même temps qu’Abraham – et Isaac ? – que par la bouche de l’Ange (vv. 11ss).

Le lecteur, mis soi-disant en position « de supériorité » par rapport aux personnages, découvre finalement qu’il ne sait pas grand chose ni d’Abraham, ni d’Isaac, ni du Seigneur ! En finale aussi, il ignore pourquoi le narrateur passe sous silence la présence d’Isaac (est-il là ou non ? Logiquement oui, mais le v. 19 semble dire non), voire celle de Sara. Autant de questions qui suscitent chez le lecteur une attention sans cesse en éveil : le « midrash » de la tradition juive comme les commentaires des Pères de l’Eglise ont là-dessus beaucoup glosé.

À nous de continuer !


© Gérard Billon, SBEV / FPF), Bulletin Information Biblique n° 62 (juin 2004), p, 11.

[_REF:977] › › › Pour lire l'article suivant

[_REF:975] › › › Pour lire l'article précédent

 
Gn 22,1-19
1Après ces événements, il arriva que Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il lui dit : « Abraham » ; il répondit : « Me voici. »
2Il reprit : « Prends ton fils, ton unique, Isaac, que tu aimes. Pars pour le pays de Moriyya et là, tu l'offriras en holocauste sur celle des montagnes que je t'indiquerai. »
3Abraham se leva de bon matin, sangla son âne, prit avec lui deux de ses jeunes gens et son fils Isaac. Il fendit les bûches pour l'holocauste. Il partit pour le lieu que Dieu lui avait indiqué.
4Le troisième jour, il leva les yeux et vit de loin ce lieu.
5Abraham dit aux jeunes gens : « Demeurez ici, vous, avec l'âne ; moi et le jeune homme, nous irons là-bas pour nous prosterner ; puis nous reviendrons vers vous. »
6Abraham prit les bûches pour l'holocauste et en chargea son fils Isaac ; il prit en main la pierre à feu et le couteau, et tous deux s'en allèrent ensemble.
7Isaac parla à son père Abraham : « Mon père », dit-il, et Abraham répondit : « Me voici, mon fils. » Il reprit : « Voici le feu et les bûches ; où est l'agneau pour l'holocauste ? »
8Abraham répondit : « Dieu saura voir l'agneau pour l'holocauste, mon fils. » Tous deux continuèrent à aller ensemble.
9Lorsqu'ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait indiqué, Abraham y éleva un autel et disposa les bûches. Il lia son fils Isaac et le mit sur l'autel au-dessus des bûches.
10Abraham tendit la main pour prendre le couteau et immoler son fils.
11Alors l'ange du SEIGNEUR l'appela du ciel et cria : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici. »
12Il reprit : « N'étends pas la main sur le jeune homme. Ne lui fais rien, car maintenant je sais que tu crains Dieu, toi qui n'as pas épargné ton fils unique pour moi. »
13Abraham leva les yeux, il regarda, et voici qu'un bélier était pris par les cornes dans un fourré. Il alla le prendre pour l'offrir en holocauste à la place de son fils.
14Abraham nomma ce lieu « le SEIGNEUR voit » ; aussi dit-on aujourd'hui : « C'est sur la montagne que le SEIGNEUR est vu. »
15L'ange du SEIGNEUR appela Abraham du ciel une seconde fois
16et dit : « Je le jure par moi-même, oracle du SEIGNEUR. Parce que tu as fait cela et n'as pas épargné ton fils unique,
17je m'engage à te bénir, et à faire proliférer ta descendance autant que les étoiles du ciel et le sable au bord de la mer. Ta descendance occupera la Porte de ses ennemis  ;
18c'est en elle que se béniront toutes les nations de la terre parce que tu as écouté ma voix. »
19Abraham revint vers les jeunes gens ; ils se levèrent et partirent ensemble pour Béer-Shéva. Abraham habita à Béer-Shéva.
Gn 22,1-19
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org