658
Dieu jaloux
97
Renaud Bernard
"Je suis un Dieu jaloux... "
Théologie
 
Approfondir
 
"Yahvé est un Dieu jaloux"...
 

« Tu ne prosterneras pas devant un autre dieu, / car Yhwh, Jaloux est son Nom. Il est un Dieu jaloux » (Ex 34,14). Cette formulation abrupte du premier commandement se situe à l'intérieur du petit ensemble législatif (Ex 34,11-26) intégré au récit du renouvellement d'alliance (Ex 34,10-28), de rédaction deutéronomiste, qui suit la trahison du veau d'or et la rupture d'alliance symbolisée par le bris des tables. Ex 34,14 fait partie de « ces paroles sur la base desquelles l'alliance est à nouveau conclue » (Ex 34,27). La formulation de cet interdit est incisive, comme le montre la disposition en chiasme (abcb'a') :

Yhwh (a)  / Jaloux (b)  / est son Nom (c) / un Dieu jaloux (b') / Lui (a')

Les parties externes (a et a') se correspondent (« Yhwh », « Lui »), ainsi que les parties médianes (b et b') avec la reprise du mot « jaloux ». Au centre : le terme « Nom ». Ce chiasme s'accompagne de trois procédés rhétoriques qui ne sont pas sans portée théologique : d'abord la mise en relief du nom de Yhwh par le biais d'un casus pendens ; ensuite l'inversion à l'intérieur de la première proposition : le prédicat « jaloux » placé avant le sujet, « le nom » ; enfin la correspondance entre Yhwh et « Lui ». Cette écriture soignée dit assez l'importance que le rédacteur veut donner à cette déclaration divine.

Arrêtons-nous d'abord au casus pendens : placé en tête, le nom divin Yhwh n'a pas de fonction grammaticale dans la phrase. Cette donnée est associée au fait que dans la première proposition, le prédicat est placé avant le sujet et qu'ainsi le terme « Nom » se trouve au milieu de la formulation. Or, dans la Bible, le Nom renvoie à la réalité de l'être même de Dieu. Il faut en conclure que le propre de Dieu est d'être » jaloux », ce que confirme la seconde proposition.

La correspondance entre Yhwh et le pronom « Lui » souligne avec force cette conclusion : non seulement Yhwh s'appelle « Jaloux », mais il est réellement un Dieu jaloux. Comme, en même temps, le Nom dit la présence pour la rencontre, la déclaration divine d'Ex 34,14b retentit comme un avertissement solennel, voire comme une menace. Dans le premier commandement du décalogue, Yhwh disait déjà : « Moi, Yhwh ton Dieu, je suis un Dieu jaloux » (Dt 5,9 ; Ex 20,5). Ex 34,14 renchérit sur cette déclaration déjà quelque peu subversive : le propre de Dieu est d'être jaloux.

En Ex 34, l'expression 'él-qanna' « Dieu jaloux », est donc rattachée, elle aussi, au premier commandement : le v. 14 vise le culte des « autres dieux » ; en Ex 34,15-16, la prostitution renvoie au service cultuel de ces mêmes dieux et, en Ex 34,17, l'interdiction des images concerne le culte des idoles. N'oublions pas cependant que le renouvellement d'alliance (Ex 34,10-28) à l'intérieur duquel ces prescriptions sont insérées a été rendu nécessaire par la rupture d'alliance, conséquence de l'érection du veau (Ex 32). Or, cette statue se veut une représentation de Yhwh : « Fête en l'honneur de Yhwh », proclame Aaron (Ex 32,5). Dans l'unité rédactionnelle d'Ex 32-34, cette image de Yhwh se trouve ainsi placée au rang des idoles païennes. Elle pervertit tellement la conception orthodoxe de Yhwh qu'elle équivaut pratiquement à une idolâtrie : la représentation a pour visée de maîtriser cette puissance imprévisible qu'est devenue Yhwh aux yeux des Israélites. C'est là « le grand péché d'Israël » (Ex 32,21.30-31), expression aussi rare que solennelle.

La présentation de Dieu qu'implique la formulation d'Ex 34,14 connote donc l'intolérance de Yhwh qui ne peut supporter de rivaux et qui refuse d'être rabaissé au rang d'une divinité païenne. Il ne faut pas pour autant oublier que cette formule « Yhwh, un Dieu jaloux » résonne dans un contexte de renouvellement d'alliance qui repose sur le pardon (34,9) et sur la miséricorde (34,5-7) que Yhwh vient de révéler dans la grande théophanie du Sinaï.


© Bernard Renaud, SBEV / Éd. du Cerf, Cahier Évangile n° 149 (septembre 2009), "Un Dieu jaloux entrre colère et amour", pages 28-29.

 

 
Ex 34,14
14Ainsi donc : Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu, car le nom du SEIGNEUR est "Exigeant", il est un Dieu exigeant.
Ex 34,14
 
Vidéo
La fenêtre du père Marc :
"Je ne chante pas pour passer le temps"