Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
252
Bible
1079
Traductions chrétiennes anciennes
1615
Vulgate
Traductions chrétiennes anciennes
Gros plan sur
 
Commencer
 
La Bible, dans bien des cas, a servi à fixer la langue des pays où l'Évangile était annoncé ou même à la mettre pour la première fois par écrit.
 
La Bible, dans bien des cas, a servi à fixer la langue des pays où l'Évangile était annoncé ou même à la mettre pour la première fois par écrit. C'est le cas pour les Goths de Germanie au 4e siècle, pour les Arméniens au 5e siècle et pour les Slavons de Moravie au 9e siècle. Mais, de toutes les traductions qui se sont succédées au cours des siècles, retenons-en trois : la Vulgate, la Bible de Luther et la Bible de Port-Royal.

La Vulgate (de ''vulgata editio'', version répandue) est due à St Jérôme (347-420). Jusqu'alors les traductions latines (sur le grec) étaient fort diverses, suivant les régions et les manuscrits. C'est pourquoi le pape Damase commande à Jérôme une version plus uniforme. Après une première révision des Évangiles et du Psautier, Jérôme s'embarque pour la Palestine où il apprend l'hébreu, s'informe auprès des rabbins et recherche les meilleurs manuscrits. Son désir le plus cher était de retrouver la ''veritas hebraica'' par delà l'héritage grec. Il lui faudra plus de 15 ans pour mener son travail à bien… qui mettra presque deux siècles à s'imposer. Mais tout en privilégiant l'hébreu pour l'Ancien Testament, Jérôme a néanmoins gardé l'ordre des livres hérité de la Septante ainsi que les interprétations chrétiennes devenues traditionnelles. C'est la Vulgate que Gutenberg choisit pour imprimer son premier livre, en 1455. C'est la Vulgate que le Concile de Trente déclare ''authentique'' en 1546. Révisée en 1592, elle est, pour les catholiques, la base de toutes les traductions postérieures jusqu'à la fin du 19e siècle.

Martin Luther (1483-1546) publie une version en allemand du Nouveau Testament en 1522 et de la Bible complète en 1534. Jusqu'à sa mort, il corrigera son travail, convaincu qu'il servait et la diffusion de Bible et la langue allemande. En bon héritier de l'humanisme – et tel Jérôme autrefois – il se base sur les manuscrits hébreux et grecs ; il va même jusqu'à considérer comme secondaires (bien que profitables à lire) les livres de l'Ancien Testament écrits en grec et que les Juifs écartent (les ''deutérocanoniques''). En bon réformateur, soucieux de la réception par le peuple, il forge un allemand compréhensible par tous. Au terme, l'influence de cette traduction a été considérable pour la culture allemande.

Bénéficiant de traductions françaises antécédentes, la Bible de Port-Royal est plus exactement celle de Lemaître de Sacy (1613-1684), ami de Blaise Pascal et de Racine. Son Nouveau Testament, voulu par les jansénistes de Port-Royal, interdit en France, autorisé aux Pays-Bas, paraît en 1667. Le texte de base en est la Vulgate, mais Sacy travaille également avec l’hébreu et le grec sous les yeux ; il signale et commente les passages où le latin s’écarte des originaux. Il peaufine ensuite une traduction de l'Ancien Testament qui sera achevée en 1693, après sa mort. Reconnue pour sa qualité littéraire, la traduction de Lemaître de Sacy, rééditée de multiples fois, sera aimée des écrivains, tels Chateaubriand, Victor Hugo ou Arthur Rimbaud.
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org