Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
789
Grecs
1403
Histoire du peujple juif
790
Romains
3
Billon Gérard
Histoire du peuple juif sous les Grecs et les Romains (de ~330 à 135 ap. J.C.)
Note historique
 
Commencer
 
http://expositions.bnf.fr/parole : Abrégé du Talmud d'Asher ...
Les successeurs d'Alexandre le Grand se disputent son empire. La littérature ''apocalyptique'' naît dans ce temps d'épreuve.
 

- 320
Les successeurs d'Alexandre le Grand se disputent son empire. Les Lagides (descendants du général Lagos) gouvernent la Judée. Colonies juives en Égypte.
Écriture des livres d'Esther et de Qohélet (appelé par la suite ''Ecclésiaste'')
Vers 250, à Alexandrie en Égypte, la «Torah» est traduite en grec (= la Septante)


- 200
La Judée est soumise aux Séleucides (descendants du général Séleucos). La persécution du monarque Antiochus IV Épiphane provoque la révolte des Maccabées (167-164). Celle-ci débouche sur un essai d'autonomie politique sous la dynastie des Hasmonéens.
La réflexion sapientiale s'approfondit avec les livres du Siracide, des Maccabées, de Judith…
Un nouveau mouvement de pensée apparaît : l'apocalyptique, centré sur l'espérance du salut et la résurrection à la fin du monde (livre de Daniel).


- 63
Le général romain Pompée pénètre dans Jérusalem et installe une domination romaine.
Livre de la Sagesse (entre 30 et 10)

- 34
Soutenu par les Romains, Hérode le Grand se révèle à la fois tyran sanguinaire et grand bâtisseur : on lui doit les travaux de restauration du Temple. Dans les années qui suivent, les mouvements religieux foisonnent : pharisiens, sadducéens, esséniens, baptistes, zélotes…

La littérature apocalyptique redonne espoir dans les temps présents du malheur. En s'appuyant sur les grandes figures du passé (Énoch, Moïse, Élie, Esdras etc.) elle «révèle» la fin des temps. Son langage est «extraordinaire» pour dire l'extraordinaire du salut de Dieu, juge de l'Histoire. Les Bibles juive et chrétienne ont gardé peu d'exemples de cette littérature juive ancienne, mais on en a trouvé à Qoumrân (2e s. av. J.-C. - 1er s. ap. J.-C.). Pour les chrétiens, la résurrection de Jésus inaugure «les derniers temps».

+ 30 (ou 33 ?)
Crucifixion de Jésus, suivie de ''l'évangile'' de sa Résurrection et des débuts de l'Église.

+ 70
Révolte Juive contre le pouvoir romain. Jérusalem et le temple sont incendiés par le général Titus. Sous l'influence du mouvement pharisien, le judaïsme se réorganise, alors que le christianisme se répand sur le pourtour de la Méditerranée.

Du côté juif, vers 90, les rabbins officialisent une liste de 24 livres en 3 ensembles : «Torah» (= Loi), «Neviim» (= Prophètes), «Ketouvim» (= Écrits). Les textes hébreux sont traduits et commentées en araméen (les «Targoumim»).

Du côté chrétien, les premiers écrits sont les Lettres de St Paul (50 – 65 ?), suivies des récits sur Jésus, les Évangiles (Marc ~ 70, Luc ~ 80, Matthieu ~ 85 et les Actes des Apôtres (~ 80). L'œuvre attribuée à Jean (évangile, lettres, Apocalypse) est complexe et s'échelonne entre 85 et 100.

+ 132
Une seconde révolte juive est écrasée par le pouvoir romain. Jérusalem perd son nom et devient Aelia Capitolina.

Du côté juif, à partir du 5e s., des rabbins, réfugiés en Galilée, fixent le texte hébreu et rédigent en araméen le Talmud (à côté du Talmud palestinien, édité en Galilée, il existe le Talmud de Babylone, composé sur le lieu de l'ancien exil). Le Talmud est un recueil des interprétations rabbiniques de la «Torah orale» (commentaires narratifs et législatifs de la Torah écrite).

Du côté chrétien, avant 200, les Églises chrétiennes ont à peu près fixé la liste grecque de leurs «Hagia biblia», «Saintes Écritures», divisées en deux parties : «Ancien Testament» et «Nouveau Testament». Suivent des traductions en syriaque, arménien, copte, latin etc., des commentaires des Pères de l'Église et une floraison de légendes pieuses (les «apocryphes»).

Les difficultés d'interprétation religieuse ont fait l'objet de débats à la fois chez les Juifs et chez les chrétiens.

Les discussions orales entre savants juifs, les rabbins, ont été rassemblées dans un ouvrage imposant, trésor de la culture juive, le Talmud (d'un mot hébreu qui signifie «étude» ou «enseignement»).

Les discussions entre savants chrétiens sont éparpillées dans les œuvres des «Pères de l'Église» (théologiens du 2e au 6e siècle environ), des conciles, des poètes, des théologiens…

Beaucoup de légendes pieuses rapportées dans les écrits «apocryphes» (à partir du 2e siècle) développent des situations ou des personnages sur lesquels la Bible ne dit rien ou si peu : ainsi sur l'enfance de Jésus, sur celle de Marie sa mère ou encore sur les voyages de St Pierre et sa mort à Rome… Il faut savoir les lire avec un recul critique !

Pour une introduction à l'univers des «Pères de l'Église» : http://www.patristique.org

© SBEV. Gérard Billon 

 
  • http://expositions.bnf.fr/parole / Genèse I, 1 : Bereshit P ...
    La Torah dirige la vie du peuple juif et elle est portée par une Tradition vivante.
     
  • http://expositions.bnf.fr/parole/feuille/02.htm : Et le Ver ...
    Le terme ''évangile'' vient du grec et signifie ''bonne – ou heureuse – nouvelle''. Plus précisément il comporte l'idée de salut.
     
  • Crucifixion et saint Dominique se flagellant; Fra Angelico. ...
    Il a fallu plusieurs années aux Chrétiens pour proclamer, sans gêne, leur foi en un Messie "crucifié'' .
     
  • http://www.enluminures.culture.fr : Tables de concordance de ...
    Les ''évangiles synoptiques'' peuvent être lus en parallèles.
     
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org