252
Bible
1000
Personnages
368
Lefebvre Philippe
Brèves rencontres Vies minuscules de la Bible
2204103633
Brèves rencontres. Vies minuscules de la Bible
Recension
 
Commencer
 
Par Philippe Lefebvre
 

Philippe Lefebvre
Brèves rencontres Vies minuscules de la Bible
Cerf, 2015, 256 p., 19 €

Clin d’oeil au recueil de Pierre Michon (Vies minuscules, 1984), cet ouvrage est dû à Philippe Lefebvre (P.L.), professeur d’Ancien Testament à Fribourg. En quatre études parues dans diverses revues et remaniées pour l’occasion, il s’arrête sur des personnages évoqués en quelques versets : Melchisédeq (Gn 14,18-20), Ritspah (concu­bine de Saül, 2 S 21,10-11), la prophétesse Anne (Lc 2,36-38) et un dernier, plus étrange, le serpent Python (Ac 16,16-18). Le résultat est surprenant, par­fois déroutant.

Contrairement aux nouvelles de Michon, ces personnages ne sont pas des inconnus et le ton n’est pas autobiographique. Mais il est personnel, P.L. n’hé­sitant pas à dire « je », osant des rapprochements de vocabulaire et de situations à travers les Écritures et forgeant des signi­fications nouvelles. Ses lecteurs habituels ne seront pas éton­nés, les autres s’initieront vite à sa lecture en parcourant l’intro­duction (pp. 6-35) où il est ques­tion de l’évangile dans l’histoire de David, de la mission de Joseph, de la paternité de Dieu, le tout à partir de personnages dits « secondaires » dont la défi­nition est ici moins littéraire que théologique (« Ce qui n’est rien dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi... » [1 Co 1,28]. La conclusion, pleine d’empathie pour la veuve pauvre et géné­reuse (Mc 12,41-44), rejoint de ce point de vue l’étude de Vian­ney Bouyer (« Les anonymes de l’Évangile », Cahiers Évangile n° 160, 2012, pp. 6-13).

Arrêtons-nous sur le premier chapitre qui affronte une triple énigme : l’arrivée abrupte de Melchisédeq dans un récit qui concerne Abraham et le roi de Sodome, le décryptage de son nom (« roi de justice »), sa double identité de roi et de prêtre. P.L. a lu les analyses rédactionnelles qui y voient une insertion tar­dive mais, avec juste raison, il s’intéresse surtout au « brouil­lage » narratif ainsi produit : « Les anomalies du texte sont nécessaires pour dire à la fois l’expérience concrète, située dans l’espace et le temps, et la perception d’une réalité d’un autre ordre » (p. 95). Quelle réalité ? L’enquête, enrichie de la thématique du pain et du vin offerts à Abraham, explore de multiples directions avant de se concentrer sur la notion de « pictogramme théologique » (pp. 100-101) – notion hélas peu reprise dans la suite de l’ouvrage. Si l’on a bien com­pris, il s’agit, en Genèse 14, d’un entrecroisement de plu­sieurs « trajectoires de sens » en l’occurrence « la malédiction et la bénédiction, le monde agité et la rencontre sereine, la vision d’un autre quand on regarde quelqu’un… » (p. 102). Sensible aux échos intra et intertextuels, la lecture de P.L. peut être qua­lifiée de « figurative », voire de « canonique ».

La chose est encore plus flagrante dans le deuxième chapitre où P.L. s’arrête sur l’émouvant passage où Ritspah veille ses fils morts. Nous voya­geons dans les livres de Samuel, mais aussi dans la Genèse et en Jean 19,13 par le seul fait du vocabulaire (le rocher sur lequel se tient la mère éplorée, en grec lithostrôton, est rapproché du lieu du jugement de Jésus par Pilate). En même temps, P.L. relie Ritspah à Rachel et à Anne, la mère de Samuel. On retrouve Anne dans le troisième chapitre, consacré à une autre Anne (la prophétesse de Luc 2), avec Myriam, Marie, Sara, Éli­sabeth, Léa, Zilpa : « Chacune manifeste un rapport spéci­fique à l’Esprit et à la parole » (p. 163) : par l’énumération, un sentiment de vertige saisit le lecteur !

Enfin le quatrième chapitre, examinant la scène où Paul chasse le serpent Python (Ac 16,16-18), convoque les reptiles bibliques, depuis ceux de Genèse 3 et Nombres 21 jusqu’à la vipère d’Actes 28 (au passage, belles remarques sur le contraste entre la pythonisse et Lydie) – mais pas le dragon d’Apocalypse 12 alors que le mythe chtonien et cosmique est, pour certains, en filigrane. Sur bien des points, P.L. fait mouche. À défaut de toujours convaincre, ses études inter­rogent et donnent envie « d’y aller voir ». Avec leur enthou­siasme, leurs limites et surtout leur engagement critique et spi­rituel, elles font déjà référence. (Gérard Billon)
Niveau de lecture : aisé

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org