1278
Pharisiens
554
Révélation
374
Massonnet Jean
Aux sources du christianisme. La notion pharisienne de révélation
2-87299-236-2
Aux sources du christianisme. La notion pharisienne de révélation
Recension
 
Approfondir
 
Recension du livre de Jean Massonnet : "Aux sources du christianisme. La notion pharisienne de révélation", par Jean-Marie Carrière.
 

Jean Massonnet
Aux sources du christianisme. La notion pharisienne de révélation
« Le livre et le rouleau » n°42, Lessius, Bruxelles 2013, 410 p., 39,50 €

Grâce à une grande familiarité, et à une compétence remarquable pour les textes du judaïsme rabbinique (Michnah, Talmud, Midrash, Haggadah), Jean Massonnet (= J.M.), ancien directeur du Centre d’études du judaïsme à  Lyon, nous fait comprendre dans toute son ampleur ce que représente la Torah orale pour les Pharisiens ; parce qu’elles sont le vecteur essentiel de la vie religieuse en Israël, les conceptions pharisiennes nous font découvrir « le terrain dans lequel le christianisme plonge ses racines et où il peut encore puiser la sève qui lui permettra de se développer selon ses propres potentialités » (p. 137).

De quelle manière l’ouvrage procède-t-il ? Nous commençons par nous intéresser aux Pharisiens à l’époque du second temple, cherchant à préciser leur origine, leur position par rapport à la diversité du judaïsme de la fin de l’époque biblique. Cette enquête, de tonalité plutôt historique, fait percevoir combien les pharisiens sont un « repère de cohésion » dans un judaïsme complexe.

Nous pouvons alors découvrir de manière approfondie ce qui fait le centre de la conception pharisienne, à savoir la Torah orale ; en établissant l’importance de l’oralité dans la pratique et la réflexion pharisienne, et surtout en soulignant combien la discussion et les décisions sont liées à l’avis de la communauté toute entière, puisqu’elle est le destinataire majeur de la Torah orale. On notera de très belles pages sur la grande figure de Hillel. La position constitutive de la Torah orale s’accompagne d’une interdiction d’écrire, cette même Torah orale possédant néanmoins aussi un caractère de document historique. Toute cette découverte met au jour la forte idée centrale du courant pharisien, à savoir : « la voix du Sinaï demeure ».

La troisième partie se demande pourquoi utiliser les textes rabbiniques pour éclairer le Nouveau Testament. J.M. fait le point sur la détermination d’ « envoyé » tant pour Jésus que pour Moïse, puis établit un parallèle entre le fonctionnement du Sanhédrin et celui de l’assemblée de Jérusalem en Ac 15. Il apparaît ainsi que la matrice juive du Nouveau Testament n’est pas seulement l’Écriture, que les chrétiens appellent Ancien Testament, mais aussi la vie selon la Torah telle qu’elle s’est élaborée lors du Second Temple sous l’impulsion pharisienne (p. 321). La conclusion générale médite sur le mystère de l’Église, à partir du concile Vatican II qui marque un tournant majeur dans le regard que l’Église porte sur le peuple juif.

Le lecteur trouvera vraiment un grand profit à se laisser conduire par la dextérité très informée et très judicieuse avec laquelle l’ouvrage nous expose les textes du judaïsme rabbinique ; par là, se trouve tout à fait justifié le sous-titre du livre : « la notion pharisienne de révélation ». J’aurais été intéressé à ce que J.M. discute un moment les positions de Daniel Boyarin sur la « séparation », sur la fonction de l’assemblée de Yavne. Enfin, en lisant les pages majeures sur la pratique de la Torah orale, sur l’importance de l’oralité et sur l’interdiction d’écrire, je me suis posé une question : comment comprendre alors l’acte d’écrire du Nouveau Testament sur le mystère du Christ, acte d’écrire que les auteurs chrétiens suggèrent de considérer à hauteur des Écritures d’Israël, que nous appelons Ancien Testament ?

                                                                                         Jean-Marie Carrière
Niveau de lecture : exigeant

Recension parue dans le Cahier Évangile n° 167.

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org