Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
979
Dieu
398
Jésus
205
Luneau René
Jésus, l’homme qui évangélisa Dieu
2-226-19100-7
Jésus, l’homme qui évangélisa Dieu
Recension
 
Commencer
 
Par René Luneau
 
René Luneau
Jésus, l’homme qui évangélisa Dieu

« Espaces libres », Albin Michel, Paris, 2009, 300 p., 9 €.

Cet ouvrage est paru pour la première fois en 1999. René Luneau (R.L.), dominicain, l’a repris en tenant compte des recherches effectuées depuis lors. Longtemps anthropologue en Afrique, chercheur au CNRS, il privilégie une présentation de Jésus dans son cadre social et culturel. Trois citations structurent l’ouvrage. La première est de l’écrivain Jean Sulivan : « Jésus est ce qui arrive quand Dieu parle sans obstacle dans un homme » (p. 15). La dernière est du pasteur Dietrich Bonhoeffer : « Si un homme comme Jésus a vécu, alors il vaut la peine que nous vivions, nous, les autres hommes » (p. 251). Entre les deux, il développe un titre inspiré par son frère dominicain Jean Cardonnel. En deux parties et neuf chapitres, cet essai montre que ce n’est pas Dieu mais l’image que nous nous faisons de lui qui a besoin d’être évangélisée ; il s’agit de faire de Dieu une « Bonne Nouvelle ».

R.L. se déplace dans les Évangiles comme un poisson dans l’eau. Dans la première partie, « Un homme en son pays », il replace Jésus dans le quotidien galiléen que celui-ci met en scène dans ses paraboles. Pour autant qu’il est possible, il relève tout ce qui permet de toucher l’humanité du « Fils de Dieu ». Dans la deuxième partie, « Dissonances et ruptures », il souligne en quoi les attitudes et l’enseignement de Jésus contrastent avec l’image du juif exemplaire de son époque : repas et propos de table (peut-être le chapitre le plus étonnant), relations de maître à disciples, limites de la fratrie, rapport à l’institution capitale du Temple, exercice d’une autorité de service, homme-signe controversé, rejeté, ressuscité.

Dans ses références bibliographiques, S. Ben Chorin, C. Perrot, G. Theissen, H. Zahrnt ont la part belle. On remarquera que R.L. a lu le grand œuvre de J. P. Meier paru depuis la première édition de son ouvrage, mais que, visiblement, il n’a pas trouvé d’éléments vraiment neufs chez celui-ci par rapport à ses devanciers (au passage, c’est une remarque que certains font, tout en admirant l’érudition de Meier).

Évidemment, les Évangiles sont démembrés par l’argumentation. Soucieux de relever les faits et leurs sens, peut-être R.L. néglige-t-il l’importance de leur mise en écriture narrative. De même, on attendrait une mise au point sur les présupposés de sa démarche (rapports faits et récits). Enfin, les longues citations d’auteurs consultés qui émaillent son texte sont à double tranchant : elles pourraient devenir lassantes (côté négatif) tout en ouvrant au lecteur des pistes complémentaires de recherche (côté positif). Retenons cette deuxième possibilité. Sous le format qui est le sien (avec un prix modique), voilà un essai vigoureux, argumenté et de lecture facile.
(Gérard Billon)
Niveau de lecture : aisé
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org