980
Galilée
398
Jésus
206
Beaude Pierre-Marie
Jésus, une rencontre en Galilée
2203024410
Jésus, une rencontre en Galilée
Recension
 
Commencer
 
Par Pierre-Marie Beaude
 
Pierre-Marie Beaude
Jésus, une rencontre en Galilée

Illustré par Bruno Pilorget. – « Épopée » n° 28, Casterman, Paris, 2010, 238 p., 9 €.

Dans la collection où il s’inscrit, l’ouvrage est destiné aux adolescents et pré-adolescents. Mais les adultes trouveront beaucoup de plaisir à leur emprunter. On y suit Mika, jeune juif de dix-sept ans originaire de Sepphoris, qui vend huile, vin, miel et autres productions de ses parents. Il sillonne les routes avec ses deux ânes, la fière Agava et le petit Qatan. Au fil d’une intrigue simple, il va croiser Barrabas, Jean le Baptiste, Marie de Magdala, Hérode Antipas, Pierre et André, Gamaliel et, bien sûr, Jésus. L’ânon Qatan va jouer le rôle que l’on devine lors de l’entrée à Jérusalem pour la dernière Pâque. Cela pourrait paraître pesamment pédagogique, il n’en est rien.

C’est quasiment dans la même période que Pierre-Marie Beaude (PM.B.) a rédigé une somme sur saint Paul (voir C.E. n° 156, 2011, p. 75-77) et ce récit frais, pacifié, presque joyeux. Il est vrai qu’il n’en est pas à son coup d’essai et l’une de ses plus belles fictions, Marie la passante (2002, pour des adultes et non plus pour des jeunes) vient à l’esprit du lecteur. D’une part, Marie de Magdala est identique dans les deux récits. D’autre part, le mystère de Jésus est abordé de manière tout aussi indirecte par les répercussions qu’il provoque chez les héros.

L’écriture de ce type d’ouvrages pour jeunes suit des codes imposés : vraisemblance du cadre historique (les pages 210-238 donnent les éclairages requis), respects des sources (ici évangéliques), destins fictifs inscrits dans la « grande histoire », maturation du héros dans une intrigue d’apprentissage ou d’initiation. PM.B. s’y soumet sans effort visible (sauf peut-être dans le chapitre 7 consacré à Qumrân). La manière dont Mika rencontre Jésus donne lieu à un passage d’une grande beauté – introduire dans un roman un personnage d’une telle stature sans briser la fragilité des fils tissés précédemment relève du grand art. On peut être surpris par ce que Mika retient de la rencontre. On ne le dévoilera pas ici. Plus tard la crucifixion et le tombeau vide sont l’objet d’une présentation tout aussi simple et surprenante. Le jeune héros ressemble fort à nombre d’adolescents d’aujourd’hui, généreux mais à distance d’un engagement réel dans la foi, même si des choix de vie sont posés. Un roman du même genre, il y a un demi-siècle, se serait terminé de façon plus triomphaliste. Le prosélytisme a fait place à la pudeur. N’y a-t-il pas là un accord évangélique ? À offrir et à relire.
(Gérard Billon)
Niveau de lecture : aisé
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org