Ce site peut être amené à utiliser des cookies pour son bon fonctionnement. En continuant à naviguer sur ce site sans modifier le paramétrage de votre navigateur vous consentez à l'utilisation de ces cookies.
Pour en apprendre plus au sujet des cookies et pour savoir comment les désactiver, consultez le site de la CNIL. Pour plus d'information lisez les infos légales du site.
177
Amour
149
Espérance
44
Foi
343
Saint Paul
196
Jourdan Christine
Foi, espérance, amour chez saint Paul. Aux sources de l’identité chrétienne
2-204-09148-0
Foi, espérance, amour chez saint Paul. Aux sources de l’identité chrétienne
Recension
 
Commencer
 
Par Christine Jourdan
 
Christine Jourdan
Foi, espérance, amour chez saint Paul. Aux sources de l’identité chrétienne

« Lire la Bible » n° 163, Éd. du Cerf, Paris, 2011, 192 p., 19 €

Christine Jourdan (C.J.), enseignante à l’Institut théologique d’Auvergne (Clermont-Ferrand), démontre ici que les trois vertus théologales jouent un rôle majeur de « tuteurs » pour consolider les jeunes communautés chrétiennes. Dans un premier chapitre, elle repère le vocabulaire de la foi, de l’espérance et de l’agapè dans les écrits de Paul pour en cerner le sens, en particulier quand les trois termes sont réunis. Elle procède ensuite à une analyse de la triade dans 1 Th (chapitre 2) et 1 Co (chapitre 3). Elle aborde trois aspects : la situation concrète des communautés et ce qui conduit Paul à leur écrire, puis la façon dont Paul y définit la foi, l’espérance et l’amour, et, enfin, la manière dont Paul fait appel à la triade pour résoudre les questionnements communautaires. C.J. réalise une analyse philologique et lexicale très fine et les « structures » de chacune des deux lettres et de chaque passage étudié sont bien mises en valeur, tableaux à l’appui.

Pour 1 Th, la triade se situe « au cœur de l’identité chrétienne », c’est « comme une deuxième peau » (citation de J. Becker). La foi fonde la communauté et la rassemble, l’amour garantit les bonnes relations intracommunautaires, et l’espérance doit être partagée par tous. L’ensemble de la lettre est structuré selon la triade. 1 Th 1–3 exposent des rappels sur la foi et sur la pratique de l’amour alors que 1 Th 4–5 présentent des enseignements fondés sur l’amour (qui a donc un rôle charnière) et l’espérance.

Dans un excursus (p. 96-100), C.J. enquête sur l’origine de la triade. Elle serait née avec 1 Th à partir du livre de la Sagesse relu à la lumière de la foi pascale. À l’occasion de la mort des premiers fidèles, Paul se serait approprié le concept d’espérance qu’il associe alors aux concepts de foi et d’amour.

Dans 1 Co, la triade apparaît comme « le ciment de la communauté » qui permet à celle-ci de tenir dans le temps : la foi (ou le Christ) rassemble, l’amour tisse les liens et veille à leur entretien, et l’espérance oriente les croyants vers un avenir commun. Dans cette lettre, l’ordre de la triade est différent et adapté aux besoins des Corinthiens : foi, espérance, amour. Mais l’amour reste à la place centrale (voir l’hymne de 1 Co 13).

Au total, la triade apparaît de manière convaincante comme une clef de lecture de ces lettres. Le lecteur, averti mais pas nécessairement expert, trouve ici une invitation à les relire d’un œil neuf, dans le contexte de l’émergence de l’identité chrétienne, mais aussi pour aujourd’hui. Le croyant peut alors mieux comprendre ce qui le fonde et le structure seul ou en communauté. Juste un regret : l’analyse du vocabulaire grec de l’amour aurait pu être plus fouillée. C.J. parle bien de passer de la philadelphia à l’agapè. Mais une étude du vocabulaire de la philia chez Paul dans le premier chapitre aurait donné encore plus de relief à celui de l’agapè. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage permet assurément une lecture renouvelée de ces deux lettres majeures.
(Christophe Raimbault)
Niveau de lecture : aisé
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org