524
Ancien Testament
1028
Histoire critique
153
Inspiration
243
Simon Richard
Histoire critique du Vieux Testament - Suivi de Lettre sur l'inspiration
2-227-47803-9
Histoire critique du Vieux Testament - Suivi de Lettre sur l'inspiration
Recension
 
Approfondir
 
Par Richard Simon
 
Richard Simon
Histoire critique du Vieux Testament - Suivi de Lettre sur l'inspiration
Nouvelle édition annotée et introduite par Pierre Gibert. Bayard, Paris, 2008, 960 p., 75 €

Rééditer aujourd'hui un ouvrage de 1678 ? Bibliste et historien, Pierre Gibert (P.G.) est convaincu de l'utilité de l'entreprise et s'en explique dans une copieuse introduction. Nous avons en effet ici une œuvre fondatrice de l'exégèse moderne. À l'époque, le tout puissant Bossuet la fit interdire au prétexte qu'elle représentait un danger pour la religion, car elle tendait « à affaiblir l'authenticité des saints livres ». L'accusation indique le lieu d'un malentendu qui n'est peut-être pas terminé. Les enjeux théologiques sont d'ailleurs développés dans la Lettre sur l'inspiration, dans laquelle R. Simon répond aux objections de l'abbé Pirot pour qui les résultats de la critique historique détruisent l'inspiration. Cette position a été, en gros, celle de l'Église catholique jusqu'à l'encyclique Divino afflante Spiritu de Pie XII en 1943.

La première partie de l'ouvrage traite « du texte hébreu de la Bible depuis Moïse jusqu'à notre temps » et explique, par son histoire, les nombreuses contradictions et obscurités dont le texte courant est affecté ; il faut, explique Simon, accepter de remettre en cause l'attribution du Pentateuque à Moïse et supposer une pluralité d'auteurs qui ont peu à peu construit le texte par ajouts et suppressions. C'est cette idée surtout qui a paru insupportable aux adversaires de Simon, d'autant plus que l'examen est mené avec érudition : reconstruire l'histoire du texte exige en effet de faire celle de ses supports, c'est-à-dire pratiquer la critique textuelle, mais aussi de pouvoir comparer toutes les versions anciennes, connaître les langues concernées etc. À cet égard, la méthode suivie par Simon reste valable, et la recherche n'a progressé que grâce au plus grand nombre de documents dont nous disposons aujourd'hui.

La deuxième grande partie du livre traite plus à fond les différentes versions du texte, tant anciennes que modernes, tandis que la troisième s'attache à définir une bonne méthode de traduction et passe en revue les différents types de commentaires de l'Écriture. Logiquement, Simon regrette que le sens littéral et historique ait été, depuis les Pères, le plus souvent méprisé ; le long succès du commentaire allégorique s'explique d'ailleurs autant par un souci apologétique ou pastoral que par la différence culturelle qui sépare le milieu d'origine de la Bible de celui où elle s'est finalement diffusée. Les multiples développements du sens, pour le pire ou le meilleur, doivent beaucoup à ce déplacement culturel fondateur.

La perspective dans laquelle se situe l'œuvre de R. Simon a finalement rendu la théologie plus lucide et plus mûre, à l'égard tant de son contenu que de sa méthode. Pour le contenu, la critique historique a eu pour effet de permettre une compréhension plus profonde de l'implication de Dieu dans l'histoire et donc de l'Incarnation. Mais la méthode y a elle aussi gagné ; paradoxalement, la lecture critique renforce la « sacralité » du texte en révélant son irréductible être historique. Quiconque s'en réclame ne peut le faire qu'à visage découvert, sans se l'annexer et en assumant ainsi pleinement sa responsabilité. Ceci vaut entre autres pour le Magistère qui a fini par reconnaître la légitimité de la démarche historique. C'est d'ailleurs parce que celle-ci demeure un rempart contre le fondamentalisme et l'intégrisme que la réédition de l'Histoire critique a paru à P.G. aussi utile qu'urgente. Elle est un passage obligé de toute réflexion sur l'exégèse. Les étudiants et les animateurs bibliques, effrayés par sa dimension et son prix, pourront toujours se référer aux extraits que P.G. lui-même a donnés dans le Supplément au C.E. n°125 (2003) : « L'invention de l'exégèse moderne. Les ‘livres de Moïse' de 1650 à 1750 ». (Stéphane Beauboeuf)
Niveau de difficulté : exigeant
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org